Hommages au tueur de la préfecture : Tariq Ramadan et Hadama Traoré rivalisent d’indignité

Source : Valeurs Actuelles, 8.10.2019

Chacun à leur manière, Tariq Ramadan et Hadama Traoré dédouanent Mickaël Harpon. Photo © UGO AMEZ/SIPA & Capture d'écran Facebook .

 

Hommages au tueur de la préfecture : Tariq Ramadan et Hadama Traoré rivalisent d'indignité

Par 

Victor-Isaac Anne

Publié le 08/10/2019 à 19:31

L'islamologue suisse et le militant associatif se sont livrés à une choquante réhabilitation de Mickaël Harpon, l'auteur de l'attentat à la préfecture de police de Paris.

L’indécence est une disposition incurable chez Tariq Ramadan. Au surlendemain de l’attaque de la préfecture de police de Paris, dès potron-minet, l’islamologue suisse s’est fendu d’un message nauséeux sur Facebook. Tariq Ramadan y explique en substance que l’auteur de cette croisade meurtrière, Mickaël Harpon, n’est pas le terroriste islamiste que l’on croit.

« Après les radicalisés en une heure, voici venir le temps des radicalisés psychotiques », ironise le petit fils du fondateur des Frères musulmans. Et de verser des larmes de crocodiles à l’évocation de l’islamité du tueur : « Même en ayant perdu le contrôle d’eux-mêmes, même instables ou sous l’emprise d’un coup de folie, ils sont d’abord, toujours et avant tout musulmans, radicalisés et terroristes… », déplore-t-il.

Il y a du Michel Foucault chez Tariq Ramadan ; le fou est avant tout une victime, un malheureux réprouvé que nous ne daignons comprendre. Aussi, enjoint-il ses lecteurs à témoigner leur sympathie « aux familles de toutes les victimes […] Même la famille de cet homme [Mickaël Harpon, NDLR] qui a perdu la raison et dont on a commencé à salir la mémoire aujourd’hui. » Pour l’islamologue, c’est entendu, l’abjection n’est pas du côté du tueur.

Une course à l'indignité

Celui qui s’est toujours défendu de toute appartenance à la confrérie de son grand-père en a pourtant adopté les codes. Notamment en usant de la rhétorique d’inversion, ici en faisant passer le bourreau pour une victime. Mais dans cette course à l’indignité, « le professeur » comme aiment à l’appeler ses sectateurs, a un sérieux concurrent en la personne d’Hadama Traoré.

Cofondateur de La Révolution est en marche (LRREM), mouvement politique visant à porter la voix des banlieues, M. Traoré appelle à une mobilisation jeudi devant la mairie de Gonesse, ville du Val d’Oise d’où est originaire Mickaël Harpon, afin de « sensibiliser la population sur la désinformation médiatique et politique » dans cette affaire.

 

Un complot contre l'islam et les musulmans

Dans un communiqué publié sur Facebook, le militant associatif explique que cette tuerie est liée à la surdité de Mickaël Harpon ainsi qu'au manque de considération de sa hiérarchie : « Le fait d'être méprisé à cause de sa situation de handicap a fait qui l'a pété les plombs ». Un texte qu’il conclut toute honte bue en appelant à ne pas stigmatiser l’islam et en adressant « une pensée à cinq victimes de l’institution policière. » 

À partir de 13 heures jeudi, Hadama Traoré sera donc devant l’hôtel de ville de Gonesse pour prouver que les médias – « qui sont la honte de notre pays » (sic) – fomentent en réalité un complot contre l’islam et les musulmans. Une thèse qu'il martèle dans une vidéo publiée il y a deux jours sur Youtube.

En 2014, tandis qu’il se présentait aux élections européennes au nom des banlieues, Hadama Traoré avait reçu une couverture médiatique dithyrambique. Mais aujourd'hui, le parangon de vertu a cédé sa place au militant extrémiste. Comme naguère avec Tariq Ramadan, le voile de l'imposture finit toujours par tomber.

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.