Une offensive turque en Syrie pourrait causer un «nettoyage ethnique» des Kurdes (ENTRETIEN)

post_thumb_default

 

Le ministère turc de la Défense a annoncé le 8 octobre 2019, avoir achevé «tous les préparatifs en vue d’une opération» militaire dans le nord de la Syrie, tandis que les Etats-Unis, présents militairement sur le terrain, continuent d’entretenir le flou sur leurs intentions dans cette région. En effet, si la Maison Blanche avait affirmé, le 6 octobre, que les soldats américains ne participeraient pas à une opération militaire turque, Donald Trump a par la suite assuré ne pas avoir «abandonné les Kurdes» et menacé la Turquie d'«anéantir» son économie si elle venait à «dépasser les bornes» en Syrie. 

Tant que la question kurde ne sera pas résolue politiquement, ce problème continuera et les menaces d’Erdogan continueront

Par ailleurs, les récentes joutes verbales entre Ankara et Washington au sujet du dossier syrien ont renforcé les incertitudes sur la viabilité de l'accord americano-turc, scellé en août dernier sans l'aval de Damas. Celui-ci prévoit la mise en place progressive d’une «zone de sécurité» le long de la frontière turco-syrienne, afin d'éviter une énième confrontation entre les combattants kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), le fer de lance des Forces démocratiques syriennes (FDS), et l’armée turque. 

Au micro de RT France, le porte-parole du Conseil Démocratique Kurde en France (CDK-F), Agit Pola, a exprimé ses inquiétudes face à l’éventuelle fin des patrouilles turco-américaines de chaque côté de la zone de sécurité. Selon lui, le risque d’un «nettoyage ethnique» des kurdes est réel si une opération d'Ankara venait à se réaliser. De fait, il a averti que si cela se produisait, l'opération turque provoquerait le départ massif vers l’Europe de «réfugiés» originaire de la région et participerait au renforcement de «Daesh et des autres organisations djihadistes» présentes sur le terrain. 

«Cette guerre ne sera pas limitée à cette zone-là [la zone de sécurité] mais sera étendue à l’ensemble des 600 kilomètres de la frontière [turco-syrienne]», a-t-il en outre prévenu. 

Enfin, invité à exprimer sa position sur le rôle que devrait tenir l’Europe dans ce contexte, Agit Polat a ainsi déclaré : «Les Européens doivent agir dans le cadre de la résolution de la question kurde. Tant que la question kurde ne sera pas résolue politiquement, ce problème continuera et les menaces d’Erdogan continueront.»

Lire aussi : Syrie : pour Trump, il est temps que les Etats-Unis sortent de «ces guerres ridicules et sans fin»

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par SD-Vintage le

    Trump voulait laisser la Syrie à Assad et à son allié naturel la Russie. Les démocrates et les républicains ne l’ont pas laissé faire. L’armée US + Europe Otan attaque régulièrement l’armée syrienne.
    Quand Trump veut quitter la Syrie la gauche hurle, quand Obama a quitté l’Irak tout le monde a applaudi. Obama est le vrai responsable de la situation au Syrie / Irak. Les médias européens sont totalement anti Trump parce qu’il n’est pas assez de gauche (30 ans au parti démocrate quand même, et 10 ans chez les républicains).
    Les USA refuse de couper le lien avec la Syrie. C’était le cas de Bush, d’Obama, aujourd’hui de Trump. Ca a toujours été comme ça. Les Républicains et les Démocrates qui pleurent sont des hypocrites. Les USA n’ont jamais soutenu la création d’un état kurde, au contraire.
    Europe Otan sont complètement absent du terrain sauf quelques forces spéciales autrement dit rien. Mais personne ne fait la remarque. Ce n’est pas les USA avec Obama qui ont stoppé daesh, c’est Poutine.

  2. Posté par Pierre-Alain Tissot le

    Après des siècles de conquêtes, de nuisances et de génocides, la Turquie devrait être démantelée et revenir au Traité de Sèvre de 1920 :
    – restituer les régions, y compris celle du Pont, anciennement peuplées de Grecs à la Grèce ;
    – rendre à l’Arménie ses terres victimes du génocide ;
    – établir un Kurdistan indépendant ;
    – créer un état pour les Assyriens ;
    – et laisser aux Turcs environ la moitié de la Turquie actuelle.
    Un rêve peut-être, mais les frontières injustes ne sont pas intangibles, alors qui sait ? Avec le temps…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.