Qui sont les nationalistes portugais de Chega dont le dirigeant entre au Parlement portugais 

 

Chega.png

Portugal. Un article paru sur le site Internet de l’observatoire Pharos nous apprend que le dirigeant de Chega est : « André Ventura, qui est professeur de droit à l’université autonome de Lisbonne, commentateur et homme politique. Il a quitté le PSD (sociaux-démocrates, centre droite) en 2018 pour fonder son nouveau parti.

André Ventura : un élu local qui séduit et divise…

André Ventura a été élu au Conseil municipal de Loures en 2013 et 2017, sous l’étiquette du PSD. Il a démissionné à l’automne 2018, après avoir quitté le parti.

Loures est située en grande banlieue de Lisbonne. Dans l’ensemble, la circonscription est dans la moyenne nationale pour le taux de chômage, les taux de divorce ou de familles monoparentales, ou encore pour le pourcentage de bénéficiaires des minima sociaux. Le nombre de crimes et délits pour 1 000 habitants se situe autour de 30, comme dans le reste du pays. Seule grande différence, en 2011, le pourcentage d’étrangers y était deux fois plus élevé que la moyenne nationale (9 % contre 4 %, respectivement ; en 2017, les chiffres s’établissent à 7 % contre 4 %, respectivement).

En réalité, les difficultés se concentrent dans deux « quartiers sociaux » (équivalents des « cités » françaises), où 75 à 90 % de la population est africaine ou d’origine africaine (des anciennes colonies) et où vit une grande communauté Rom (Ciganos). Ces quartiers sont parmi les plus dangereux du pays. André Ventura s’est distingué et est apprécié par une partie de la population pour son discours musclé sur la criminalité… et pour ses chroniques sur l’actualité du football.

…et qui cible les Ciganos

Sur place, l’élu a toujours présenté le même visage. Certaines de ses déclarations, aujourd’hui attaquées, datent de 2013. Il ne les renie pas.

On lui reproche notamment de trop singulariser les Ciganos lorsqu’il parle de problèmes sociaux. D’après lui, les Ciganos seraient plus coupables que d’autres populations dans différents domaines : criminalité, bandes organisées, loyers et factures impayés, retrait des jeunes filles de l’école obligatoire, mariages précoces illégaux, dépendance des aides sociales. De plus, il considère que le problème principal est la faiblesse de l’État. Celui-ci n’oserait pas faire appliquer sa propre loi et ne doterait pas les polices locales d’assez de moyens.

« Il faut arrêter de dire qu’il n’y a pas de problème quand une population [les Ciganos] qui représente 0,5 % du total constitue 10 % de la population carcérale » (A. Ventura, débat télévisé lors des élections municipales 2017 – il avait obtenu 21,55 % des voix)

Interrogé, André Ventura persiste et signe, affirmant disposer de données pour étayer ses déclarations. Cependant, il ne fournit pas ses sources. Or, par exemple, le Portugal ne collecte pas de statistiques ethniques pour l’heure (ni lors du recensement, ni dans l’attribution d’aides sociales). Il est donc difficile de confirmer ou infirmer les déclarations de l’ancien conseiller municipal.

Chega : une « vraie droite » aux idées radicales

En quelques vidéos, et un manifeste, les contours du parti sont tracés. André Ventura refuse l’étiquette « extrême droite ». Son parti est « populaire » (pas « populiste ») et se réclame du libéralisme personnaliste. Il veut un parti plus réactif face aux changements économiques, sociétaux et éthiques du siècle. Ses objectifs principaux sont les suivants :

* État moins intrusif et moins bureaucratique,

* baisse des charges fiscales qui asphyxient les classes moyennes,

réforme du système politique (démocratie plus directe) et de la Constitution (pour permettre les points *),

* rétablissement de la prison à perpétuité pour les crimes graves, voire de la peine de mort,

* castration chimique des pédophiles refusant d’être soignés en prison,

* lutte contre la corruption et l’impunité, réforme de la justice,

* défense de la liberté de conscience et d’expression, lutte contre le politiquement correct.

Certains commentateurs l’ont qualifié de « Bolsonaro portugais ». De fait, sur la forme au moins, la ressemblance est parfois frappante. De plus, certains propos sur l’infiltration du milieu éducatif et universitaire par une certaine gauche (notamment préoccupée par « le genre ») rappellent les débats de l’année passée au Brésil sur la neutralité politique de l’école.

Chega et les migrations : entre prise en compte des faits et valorisation du « ressenti »

Concernant les migrants, André Ventura affirme ne vouloir refuser personne « fuyant la guerre, le terrorisme ou les persécutions ». En revanche, il souhaite renforcer les frontières externes de l’Union européenne. Celle-ci doit protéger efficacement les citoyens, qui doivent se sentir protégés. De fait, il associe la montée de l’AfD en Allemagne à la perception de la hausse de la criminalité depuis l’accueil massif de migrants.

Que la perception soit confirmée par les faits ou non, il estime qu’il est du devoir des politiques d’agir en amont pour que les populations soient rassurées. Il pointe du doigt, par exemple, les dangers liés aux mafias qui pratiquent la traite d’êtres humains en Méditerranée, le risque de retours d’anciens membres de Daech, ou encore les cas de personnes ayant déposé plusieurs demandes d’asiles sous des identités différentes.

Chega et l’Union européenne : oui, mais pas comme ça

Contrairement à de nombreux dirigeants traditionnellement associés à l’extrême droite, André Ventura est pro-européen. Le groupement Chega ne cherche pas à miner l’UE de l’intérieur. Il ne vise pas plus à faire sortir le Portugal de l’UE, de l’euro ou de l’espace Schengen. De fait, André Ventura dit rechercher des contacts auprès de partis comme Vox (Espagne) ou la Liga (Italie), mais refuse de s’associer au Rassemblement national français ou à l’AfD allemande, ou encore de s’asseoir parmi les euro-sceptiques dans l’hémicycle bruxellois.

Pour autant, il estime que l’Union européenne ne respecte plus ses valeurs ni sa fonction. Pour lui, elle devrait être une union de nations et se concentrer sur l’essentiel (équité entre les États et citoyens, stabilité économique, notamment). Le respect de l’identité des peuples est pour lui essentiel (plus que la question de la souveraineté institutionnelle).

En particulier, il décrie l’attitude des institutions bruxelloises vis-à-vis du Portugal et d’autres pays pendant la crise post-2008. Il s’insurge notamment lorsque le Portugal, l’Espagne ou l’Italie sont sommés de respecter la limites des 3 % de déficit, mais pas la France. Il accepte cependant complètement le principe de l’équilibre budgétaire des États de la zone euro. »

(https://www.observatoirepharos.com/pays/portugal/chega-basta-deux-synonymes-un-parti-et-une-vraie-droite-pour-le-pays-pt/)

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.