Pour qui roule la Grande Marche nationale pour le climat ?

La propagande écologiste vient d’atteindre des sommets surréalistes et aucune remise en question n’est tolérée.

Nos médias officiels donnent une image de la Suisse qui serait celle d’une unanimité absolue à vouloir changer de système politique et souhaiter encore plus de taxes pour « sauver la planète ». Pourtant, en coulisses, nous avons pu constater une autre réalité. 20minutes.ch a publié un article sur les manifestations lausannoises de vendredi, Manifs dans tout le pays pour l'urgence climatique, et malencontreusement, le journal a ouvert la possibilité de faire des commentaires.

Le samedi à 22h30, 876 commentaires suivaient déjà l’article. D’une manière écrasante, les gens exprimaient leur ras-le-bol et leur rejet de l’urgence climatique et de toute l’hystérie des foules manipulées. Les commentaires les plus désapprouvés étaient ceux qui défendaient la cause réchauffementiste. On ne peut vraiment pas dire que 20minutes.ch soit un journal de droite, c’est pourquoi nous croyons que ces commentaires reflètent mieux les intentions de vote que ne le font les sondages officiels, répétés en boucle par les médias perroquets : « Les grands gagnants des votations seront les Verts et les Vert’libéraux, le grand perdant sera l’UDC. »

***

RTS, TJ 19h30 du samedi : reportage sur la grande marche nationale pour le climat à Berne, réunissant 100'000 personnes (chiffre incertain).

Les images montrent la foule sur la place Fédérale, entonnant Bella Ciao. Puis des jeunes surexcités, une forêt de pancartes avec des slogans mondialisés, les mêmes revendications partout. Nous apprenons que les taxes ne suffisent pas. (Voir aussi : Manifestation géante pour le climat dans les rues de Berne.)

Et surtout, jamais un mot contre la surpopulation, l’immigration de masse, l’explosion de la population en Afrique, ni même le moindre blâme à l’égard des plus grands pollueurs comme la Chine ou l’Inde.

La journaliste remarque un PLR genevois dans la foule. Son interview est suivie de celle d’Yvonne Winteler, coprésidente de l’Alliance climatique suisse, qui appelle à « voter pour quelqu’un qui soit pour le climat, qu’il soit de gauche ou de droite. » (Est-ce qu’il faudrait être également pour l’atmosphère, les cycles lunaires ou les météorites pour être élu ? Qui sait ?)

Suit une variation sur le thème de l’UDC, le grand perdant, intitulée L'UDC romande doit se battre pour assurer la relève lors des prochaines élections fédérales. Après les va-et-vient et les problèmes de santé d’Yvan Perrin, le voici qui fait son come-back, en tant que tête de liste de l’UDC neuchâteloise pour l’élection au Conseil national. Hannah Schlaepfer demande s’il n’y aurait pas d’autres visages à mettre en avant (sous-entendu : Yvan Perrin, on en a marre). Le reportage conclut avec le verdict que l’UDC pourrait perdre 2,6 points par rapport à 2015.

Une autre séquence de propagande-reportage est consacrée aux manifestations écologistes en Autriche, également avant les élections. (Quel est le bilan carbone de ce reportage de 2 minutes 31 secondes ?)
La journaliste demande à une jeune fille parmi les manifestants pourquoi il n’y a pas de membres du FPÖ avec eux. Réponse : « Je ne pense pas que le FPÖ soit un parti pour les jeunes. Ils changent leur programme à chaque élection en fonction de ce qui les arrange. » (Cette idiote ne réalise pas que si le FPÖ était opportuniste, il serait parmi eux à manifester pour le climat !) « Ils essayent de propager la haine alors que les jeunes défendent la tolérance et le développement durable. » Le parti des jeunes, c’est plutôt les Verts.
Le pari autrichien sur les ados manipulés rapporte gros. Moins de 4% pour les Verts il y a deux ans, 13 et 14% aujourd'hui.

En Autriche, le droit de vote est accordé dès 16 ans ! 

***

Et pas de manifestation  des Vert sans Jacques Dubochet, qui serine sa sagesse face à la caméra. A la manifestation de la veille à Lausanne (qui a duré six heures), pour bloquer le giratoire de la Maladière, Dubochet s’était assis par terre avec les membres d’Extinction Rebellion (tout comme le chercheur en sciences de l’environnement Dominique Bourg), et il narguait les forces de l’ordre parmi les boutonneux radicalisés, tandis que la police avait pour mission de les empêcher de paralyser davantage la circulation, tout en les évacuant avec délicatesse les uns après les autres, portés à bout de bras. (Source : 24 heures du 28.09, Blocage de l'avenue de Rhodanie par Extinction Rebellion.)

*********

Rien ne semble pouvoir amener un peu de raison pour barrer le chemin de cette nouvelle révolution bolchévique en cours. La Longue Marche de Mao est devenue « la Grande Marche nationale pour le climat ». Que ce soit Extinction Rebellion ou d’autres acteurs de cette hystérie verte, nous pouvons identifier clairement l’influence révolutionnaire radicale du type prôné par Saul Alinsky. Nous sommes en face d’un phénomène qui est bien plus grave que toutes les mobilisations gauchistes connues jusqu’ici. 

La jeunesse qui arrive actuellement dans la vie adulte a été dressée au politiquement correct depuis son tout jeune âge et n’a pas acquis un minimum d’indépendance d’esprit pour penser par soi-même. La culture i-Phone qui a formaté leur mental ne leur a donné aucun outil pour déceler la manipulation idéologique, encore moins pour y résister.

L’hystérie climatique a tellement colonisé le cerveau de ces jeunes milléniaux qu’ils sont incapables d’imaginer que l’avenir dramatique probable ne proviendra pas du climat mais de l’islamisation, de la société multiculturelle, des portes ouvertes à l’invasion.

Contrairement aux mouvements de gauche précédents, ce cirque réchauffementiste roule sur un boulevard, nos politicards jouent des coudes afin de satisfaire les revendications des « jeunes »  pour « sauver le climat » – et sauver du coup leurs fauteuils. (L’hystérie anti-nucléaire a duré plus de dix ans, mais elle n’a jamais séduit la majorité.) 

L’idéologie climatique se propage et rien ne semble pouvoir stopper le processus destructeur en cours. La rhétorique marxiste s’est adaptée au jargon écologiste, la lutte climatique remplace la lutte des classes, c’est un terme plus globalisant. Il faut tuer le capitalisme, la croissance, le patriarcat ; il faut plus d’étrangers, plus d’Etat, plus de taxes, les particularités culturelles ne comptent plus, on refuse même de parler des migrants, il va de soi qu’il faut tous les « sauver » puisque nous sommes tous issus de la même planète.

De cette façon, le regard est détourné avec succès du problème civilisationnel principal en cours. Il n’y a plus d’obstacle pour que  les « migrants » puissent débarquer en Europe, les contribuables payeront pour eux, comme ils payeront la facture du délire climatique. En Suisse, pile poil avant les élections, la gauche fête déjà sa victoire. Personne ne semble contester le bien-fondé des revendications des manifestants.

A noter que le mouvement de la Grève des femmes est également de la partie lors des actions de désobéissance civile pour le climat. Comme quoi le féminisme n’est plus que l’un des mouvements de la gauche radicale, qui cherchent à remplacer l’ordre établi pour aboutir à une société communiste mise au goût du jour.

Cenator

10 commentaires

  1. Posté par aldo le

    LA PETITE PESTE ANTIFA GRETA THUNBERG NE FAIT PAS L’UNANIMITE, loin de là. Tout le monde n’est pas dupe de ces mises en scènes commandées par les réseaux Soros et les ONG A ALIBI CLIMATIQUE MAIS SURTOUT D’EXTREME-GAUCHE, qui pensent continuer à puiser dans nos poches ce qu’elles distribuent à l’invasion migratoire de masse.
    https://www.midilibre.fr/2019/10/07/un-mannequin-a-leffigie-de-la-jeune-militante-ecologiste-greta-thunberg-pendu-sous-un-pont-de-rome,8464294.php

  2. Posté par Julien Burgy le

    Et bien les gars… Vous vous êtes chié dans le crâne et avez oublié de tirer la chasse on dirait.

  3. Posté par Claude Haenggli le

    Ésaïe 3:12
    Mon peuple a pour oppresseurs des enfants, Et des femmes dominent sur lui; Mon peuple, ceux qui te conduisent t’égarent, Et ils corrompent la voie dans laquelle tu marches.

  4. Posté par Anne Lauwaert le

    Dans les années 1960 aux conférences Exploration du Monde les conférenciers dénonçaient déjà les pollutions, trou dans l’ozone, surpêche, destruction des océans et des montagnes etc… En réalité on n’a pas fait grand-chose, on a même empiré avec des paquebots et avions de vacances et des super tankers qui polluent à eux seuls plus que les gens. Mais que signifie, tout d’un coup cet emballement climatique ? Le climat change ? Bien sûr tout change tout le temps. Mais soudain ce paroxysme et cette manipulation des jeunes ? Une hypothèse : La NASA nous dit que les changements climatiques sont dus à des modifications de l’orbite terrestre, des scientifiques commencent à dénoncer le GIEC, d’autres comme Valentina Zharkova nous disent que le soleil annonce un refroidissement, chaque jour des livres dénoncent les effets désastreux de la guerre pour les métaux rares (La « conquête de l’espace » doit même servir à aller capturer des astéroïdes pour les métaux rares qu’ils contiennent ) les dangers des éoliennes, etc. Pour les multinationales des nouvelles technologies cela signifie la faillite et donc l’éco catastrophisme est impérieux pour faire vendre leurs panneaux solaires, éoliennes, voitures électriques etc.

  5. Posté par leone le

    Il n’y a pas d’urgence climatique, c’est un leurre. Par contre il y a urgence à cesser de polluer les océans et urgence à cesser de mettre tous les 15 ans 1 milliard de bipèdes de plus sur la Terre. Cette surpopulation galopante est la source de toutes les pollutions.

  6. Posté par Antoine le

    L’Europe se suicide !
    https://lesobservateurs.ch/2018/08/18/entretien-avec-douglas-murray-lauteur-de-letrange-suicide-de-leurope/
    On est face à un défi gigantesque ! La surpopulation mondiale menace !
    – Toujours plus d’énergie consommée
    – Toujours plus de nourriture à produire
    – Toujours plus de déchets à recycler
    – Toujours plus de fric à gagner
    – etc …
    Le problème est simple, l’équation est simple, la méthodologie est connue mais TOUS les gouvernements pourris et corrompus ferment les yeux et détourne les yeux vers sainte Greta …
    – Quelle est la population maximum que la Suisse peut atteindre ? Personne ne le dit !
    Serais-ce du politiquement incorrect ?
    Une Suisse à 10, 100 millions, 1 milliard , etc … est-ce concevable, réaliste et responsable ?
    A mon avis 4-5 millions d’habitants était déjà bien assez, il y avait de la place et moins de bouchons, moins de pollution et la biodiversité était assurée !

  7. Posté par Anne-Hélène le

    Ben oui, le capitalisme avec sa recherche frénétique du profit, détruit la planète. « Tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre, l’Humanité sera confrontée au problème global de sa survie » récit prémonitoire avec des tas de vérités incontournables « les corps indécents ». La surpopulation en sera le principal détonateur qui précipitera les choses.

  8. Posté par Bussy le

    La surpopulation n’est pas à leur ordre du jour, donc voilà, s’ils sont vraiment aussi forts qu’on le dit, c’est fin de partie pour l’Occident, fini, « out », et c’est aussi fini pour eux !
    Le salut était dans la technique, les progrès technologiques, eux veulent tout bousiller et nous livrer aux islamistes, ok, on verra !
    Il y en a plein qui se marrent, les Chinois, les Indiens, et peut-être même les Américains, qui ont toujours craint la puissance de l’Europe, l’Allemagne surtout, et là ils se disent que c’est gagné, l’Europe sombre….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.