Venezuela : autopsie d’un chaos

Un livre sur le chaos vénézuélien. Pour rendre compte d’une « folie » et dessiller les yeux des crédules séduits par le « socialisme du XXIe siècle ».

Par Lionel Chanel.

Les séides de l’utopie socialiste ont toujours eu un don singulier pour rester sourds et aveugles aux effets funestes et mortifères que leur idéologie produit systématiquement. Au siècle dernier, nous avions affaire aux idolâtres de Staline, aux adorateurs de Mao, aux thuriféraires de Pol Pot et aux admirateurs de Castro et Che Guevara — vers lesquels les témoignages bienveillants existent encore de nos jours. Au XXIe siècle, c’est le Venezuela chaviste qui fait rêver toute une gauche occidentale, française en particulier, du Grand Soir.

« Rendre intelligible une folie »

C’est pourquoi la lecture du livre de la sociologue et anthropologue Paula Vasquez Lezama, Pays hors service. Venezuela : de l’utopie au chaos, publié cette année, devrait s’imposer aux sectateurs du « socialisme du XXIe siècle » et à leurs compagnons de route. L’auteur l’écrit elle-même : elle a dû se battre, en tant que chercheuse, contre cette « fascination pour Chavez et la crédibilité automatique dont il a bénéficié au sein de l’opinion publique française1 ». Elle raconte en particulier ce moment où, lors d’une émission d’Arrêt sur images à laquelle elle était invitée pour débattre avec la militante politique et politologue Janette Habel, celle-ci la traita de menteuse…

L’ouvrage de Paula Vasquez Lezama est une analyse du désastre vénézuélien provoqué par le chavisme, une analyse qui vise à dessiller les yeux de ceux qui refusent de voir la nature tyrannique du régime instauré par Chavez et perpétué par Maduro. La sociologue a voulu « rendre intelligible cette « folie » aux Français2 ». Elle nous donne à voir les persécutions dont sont victimes les opposants politiques, les agissements ignobles des « coopérants patriotiques », ces larbins du régime chargés d’espionner, d’infiltrer les groupes et les manifestations d’opposants et de les dénoncer, les massacres commis par les forces d’actions spéciales chargées du « nettoyage social » dans les quartiers populaires, ou encore la sombre besogne du SEBIN, la police politique du régime.

Son livre se base également sur sa propre histoire familiale, qui a l’avantage d’apporter un éclairage personnel sur la catastrophe. Ainsi, s’appuyant sur le parcours de son père, un universitaire professeur de philosophie qui se définissait comme un « penseur rationaliste3 », Paula Vasquez Lezama souligne qu’il fut en butte à l’hostilité de toute une intelligentsia pro-stalinienne qui lui en voulut d’enseigner une pensée critique différente des dogmes soviétiques. Pour expliquer l’une des raisons de l’avènement du chavisme, l’auteur pointe les affrontements, « non résolus4 », écrit-elle, entre modérés et extrémistes à cette époque.

[...]

Il me semble qu’il y a un consensus autour de l’idée de l’irréversibilité de certaines décisions politiques. […] Cette irréversibilité est un constat récurrent, mais difficilement saisissable dans mes analyses des changements politico-institutionnels de la « révolution bolivarienne » […]. Revenir à un état précédent est impossible, et même contre-productif. La manière de faire « avant » est oubliée, effacée, à cause d’un fossé qui est déjà générationnel.

À lire ces lignes on ne peut s’empêcher de repenser à celles écrites par Jean-François Revel, il y a plus de trente ans, dans Politique internationale, qui traitait de la « réversibilité du communisme » : il posait exactement le même diagnostic sur l’impossibilité d’un retour en arrière une fois le socialisme établi6 :

Toute révolution socialiste a pour objectif d’abolir les structures politiques, économiques, sociales, culturelles existantes et de les remplacer par d’autres ; elle se propose même de substituer à l’homme « ancien » un « homme nouveau ». Bien évidemment, le passage au socialisme est beaucoup plus qu’une simple alternance, sur laquelle on pourrait revenir par une autre simple alternance, de sens contraire : ce retour devient irréalisable, puisque les matériaux de base en ont justement été détruits.

[...]

Paula Vasquez Lezama, Pays hors service. Venezuela : de l’utopie au chaos, Paris, Buchet-Chastel, 2019, 222 pages.

  1. Paula Vasquez Lezama, Pays hors service. Venezuela : de l’utopie au chaos, Paris, Buchet Chastel, 2019, p. 54. ↩
  2. Ibid., p. 200. ↩
  3. Ibid., p. 48. ↩
  4. Ibid., p. 51. ↩
  5. Ibid., p. 202. ↩
  6. Jean-François Revel, « De la réversibilité du communisme », in Politique internationale, n° 41, automne 1988, repris dans Le Regain démocratique, Paris, Fayard, 1992, annexe 1, p. 481. ↩

Article complet : Contrepoints

Voir aussi : https://www.contrepoints.org/2019/07/25/347931-venezuela-letrange-armee-de-reserve-de-nicolas-maduro

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.