Quelle liberté nous apporte l’ « Opération Libero » ?

 

Quelle liberté nous apporte l’«Opération Libero»?, Horizons et débats, No 18 , 19.8.2019

L’«Opération Libero» suisse ne se considère pas comme un parti, mais comme un «mouvement politique». Il a été fondé en octobre 2014 et s’est fait connaître surtout pour ses tentatives d’influencer des votations populaires. Actuellement, elle intervient également dans la campagne électorale pour les sièges au Parlement fédéral.

km. Le dernier week-end de juillet, de nombreux journaux suisses ont donné à la coprésidente de l’«Opération Libero» Flavia Kleiner toute latitude pour la publication d’une longue interview. La majeure partie de cet entretien consiste en une polémique rhétorique contre le parti UDC et en particulier contre son ancien président et ancien conseiller fédéral Christoph Blocher. Le lecteur y apprend peu de choses sur des points spécifiques du programme de ce nouveau mouvement. Que signifie, par exemple, «pour une Suisse progressiste, tournée vers l’avenir et ouverte»?
Néanmoins, l’objectif principal de l’«Opération Libero» apparait clairement: «une nouvelle majorité au Parlement» pour «aller de l’avant […] notamment en coopération avec l’Europe». L’«Europe», c’est le régime linguistique de l’UE. Elle aime se nommer ainsi pour tromper son monde. Et l’on ne se trompe probablement guère, en considérant l’«Opération Libero» comme un «mouvement» de soutien à l’accord-cadre négocié par le Conseil fédéral avec l’UE et, à moyen terme, également à l’adhésion de la Suisse à l’UE – avec toutes les conséquences négatives pour l’indépendance du pays et la démocratie directe.
Les considérations stratégiques formulées par Mme Kleiner dans cet entretien sont intéressantes. Elle compare son «mouvement» à un «cygne noir», un phénomène complètement inattendu, mais fascinant, qui attire l’attention de tout le monde. Pas du tout fascinant est une autre comparaison, qui suit l’affirmation que l’on voit l’opportunité de «changer la situation de la majorité aux élections de 2019»: «C’est comme avec les Navy Seals: ils arrivent par l’air, remplissent leur mission et redisparaissent». Les «Navy Seals» sont une unité spéciale de la marine américaine, responsable, entre autre, d’assassinats ciblés au-delà du droit et de la loi.
A la demande concernant le financement du «mouvement», Mme Kleiner nie tout soutien provenant de milieux influents. D’autres voient cela différemment. Dans un article du portail Inside Paradeplatz du 28 novembre 2018, Isabel Villalon écrit: «Notre collègue Heinz Karrer d’économiesuisse semble être responsable dans le domaine du financement. Le parti PLR est impliqué en arrière-plan. C’est de la magouille à grande échelle.»
Isabel Villalon voit également des parallèles avec les développements dans deux autres pays européens: «En France, ce format a été créé pour la première fois avec succès. La ‹démocratie en marche› a conquis la présidence également en sortant du néant: de nombreuses belles et jeunes personnes et une grand-maman (Brigitte). A l’heure actuelle, nous assistons à la fin d’une création de marketing politique, prometteuse mais vide de contenu et à une politique favorable à la globalisation, soumise à l’UE, plongeant le pays dans un chaos profond. En Espagne, le format de commercialisation a par la suite été affiné. Le ‹C› (espagnol pour Ciudadanos = citoyen) est apparu, pour être actuellement considéré comme le troisième plus grand parti du pays. C’est du déjà-vu! Dans ce cas précis sous la couleur orange. Un intelligent et beau garçon comme chef de parti, quelques jeunes femmes intelligentes, rappelant des mannequins de haut niveau, comme membres de la direction du parti: le même format, la même communication, les mêmes contenus, le même comportement que dans notre pays. Donc, des ‹liberos› version espagnole.»
Villalon a également répondu, avec prévoyance, à la question du financement: «L’affirmation d’être financé uniquement par un grand nombre de petits dons est la même qu’en Espagne et en France. Cependant, ce n’était pas la vérité. En Espagne, ce sont les grandes banques et l’Union des organisations patronales qui ont lancé le ‹mouvement› avec des sommes à dix chiffres. En France, ce sont également les grandes banques, qui ont investi de grosses sommes d’argent. Tant en Espagne qu’en France, une banque a servi de bassin de collecte pour les ‹dons› des autres banques (en Espagne Banco Sabadell, en France la Banque Edmond de Rothschild).»
Une telle chose ne cadre pas vraiment bien avec la Confédération suisse et son principe de la bonne foi.     •

 

Un commentaire

  1. Posté par Maurice le

    Heureusement, quelques commentateurs de certains articles ne se font pas trop d’illusions sur les dessous d’ « Opération Libero » :

    « Effectivement Johan Rochel avoue être membre chez Opération Libero (mouvement à la solde de George Soros, simples rumeurs ? vrai ou faux ?)
    Que dit Mme Flavia Kleiner sur les dons importants ? à prendre avec des pincettes ! »
    « Johan Rochel est un malin ! Appel citoyen en Valais ne serait donc qu’un sous-parti d’Operation Libero dont Johan Rochel avoue être membre ? »
    « Vive la Constituante de 2089 ! »
    L’1dex
    https://1dex.ch/2018/11/vive-la-constituante-de-2089/#.XVckHMQxn7o

    « J’espère que votre prochaine enquête sera sur Operation Libero qui semble avoir comme mission l’affaiblissement de l’UDC et le rapprochement de l’UE, façon Georges Soros. »
    « Greta Thunberg: l’envers du décor »
    https://bonpourlatete.com/actuel/greta-thunberg-l-envers-du-decor

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.