« Fuir le Québec » : Radio-Canada prise en flagrant délit de désinformation ?

 

Frédéric Lacroix revient sur « une information » mise à la une du site d’opinion Radio-Canada (subventionné à coup de plus d’un milliard de dollars par an...).

Le titre original de l'article de la société fédérale


Notons que ce carnet n’est pas un grand partisan de la Loi 21 pour plusieurs raisons dont la principale est qu’il s’agit d’un cautère sur une jambe de bois. Son imposition ne changera pas grand-chose à un problème identitaire qui est d’abord démographique : l’immigration de populations de plus en plus diverses et nombreuses dans un Québec francophone historiquement catholique qui ne fait plus assez d’enfants pour remplacer sa population depuis plus de quarante ans. Il s’agit ensuite d’un problème sociologique et religieux que la laïcité ne résout pas. Si la France doit servir de modèle laïc, on voit bien que la laïcité n’assimile pas et n’empêche pas la croissance du communautarisme. Entretemps, cette laïcité aboutit à chasser la composante religieuse (même purement culturelle) traditionnelle du Québec. Voir toute la saga sur la laïcisation des écoles au Québec, l’imposition du cours d’éthique et de culture religieuse, l’interdiction de prières religieuses chrétiennes dans les instances publiques, le retrait du crucifix de l’Assemblée nationale malgré des promesses électorales de ne pas y toucher, etc. Cette laïcité procure à bon compte un faux sentiment de résolution d’un problème identitaire qui prend d’abord sa source dans la démographie. En outre, elle aboutit, en fin de compte, à une société paradoxalement vidée d’une partie de son identité.

Ceci dit nous partageons l’analyse de Frédéric Lacroix sur la mise en avant suspecte du parcours de cette militante sikhe par l’organe massivement subventionné qu’est Radio-Canada. Militante qui n’a jamais été intégrée à la société québécoise (éducation en anglais et même hors Québec après un cégep anglophone — bien sûr ! — québécois).


« Une enseignante sikhe quitte le Québec en raison de la loi sur la laïcité » titrait Radio-Canada le 23 août dernier. Dans un article qui fleurait bon la charge à fond de train contre la laïcité, le bras médiatique du gouvernement d’Ottawa nous enfilait une série de clichés, d’insinuations et d’omissions qui en ont laissé plusieurs éberlués. Voici quelques morceaux choisis.

On commence à expliquer que cette jeune femme « quitte » le Québec (à noter que le terme choisi originalement était « fuir » et que Radio-Canada l’a modifié) : « Amrit Kaur explique les raisons qui l’ont poussée à quitter le Québec et sa Loi sur la laïcité de l’État, et à commencer une nouvelle vie en Colombie-Britannique. »

On y va ensuite plus explicitement en disant qu’elle a « dû » quitter  le Québec (comprendre « sous la contrainte ») en mettant une bonne couche de pathos : « Elle regrette cependant d’avoir dû quitter ses amis et la province où elle habitait depuis l’âge de 5 ans afin de poursuivre la carrière qu’elle aime. »

Titre modifié

Puis on en rajoute une couche en imaginant une scène digne d’un film Hollywoodien en utilisant la technique de la fausse synchronicité : « Nouvellement diplômée en enseignement, Mme Kaur a appris que la Loi sur la laïcité de l’État avait été adoptée le 16 juin, le soir même où elle célébrait la fin de ses études. »

Vers la fin de l’article, le chat sort cependant du sac : « Amrit Kaur n’est pas seulement une enseignante ; elle est aussi une militante. Elle est vice-présidente pour le Québec de l’Organisation mondiale des sikhs du Canada, qui a ajouté sa voix à la contestation de la loi 21 devant les tribunaux. » Voilà.

Avec ce « reportage », Radio-Canada prête en fait sa tribune — financée à même nos impôts — à une organisation qui conteste la loi 21 du gouvernement du Québec — votée démocratiquement — devant les tribunaux. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les standards de rigueur journalistique ont pris le bord à Radio-Canada. Comme c’est souvent le cas quand il est question du Québec. Cela n’est pas du « journalisme » et de « l’information ». La société d’État verse tout simplement dans la propagande. La correction subséquente du titre (« quitte » au lieu de « fuir ») est un aveu.

La consultation de la page Linkedin de Mme Kaur nous fournit une partie de l’éclairage que Radio-Canada refuse de nous fournir. On y apprend que Mme Kaur est diplômée de John Abbott College avec un DEC en 2011. De Concordia University avec un « Bachelor of Arts (anthropology and sociology) » en 2015. Ensuite de la University of Ottawa avec un « Bachelor of Education » en 2019.

La jeune femme que Radio-Canada nous présente comme un modèle d’intégration ayant dû « fuir » le Québec avait donc déjà choisi de quitter le Québec en 2017 pour effectuer sa formation en anglais en éducation en Ontario. Formée en Ontario, elle n’a donc pas l’autorisation automatique d’enseigner au Québec, comme il est expliqué ici. Notons que son déménagement à Vancouver est un heureux hasard : cette ville est une des bases principales de l’activisme sikh au Canada. Mme Kaur est d’ailleurs, autre heureux hasard, une des vice-présidentes du World Sikh Organization, basé principalement à Vancouver.

Résumons : Cette « enseignante », qui n’enseignait pas, avait déjà quitté le Québec depuis longtemps au moment du reportage. Radio-Canada se livre donc, à nos frais, à une séance de « Québec bashing ».

Notons aussi, parce que ce n’est pas anodin, que Mme Kaur a fait toute sa formation postsecondaire en anglais. Soyons justes en notant cependant que ce choix n’est pas exclusif à Mme Kaur et est fait par la majorité des allophones et par un nombre grandissant de francophones. Rappelons qu’à Montréal, presque la moitié des inscriptions au préuniversitaire se font maintenant dans les cégeps anglophones. À tel point que les anglophones sont maintenant minoritaires… dans les cégeps anglophones !

Le combat contre la laïcité livré actuellement par la coalition des intégristes religieux et des multiculturalistes ressemble à s’y méprendre à celui livré contre la loi 101 : comme jadis, les camps sont séparés largement selon la langue, les opposants à la laïcité étant souvent (mais pas toujours) des anglophones.

Des anglophones ? Oui. Même si, comme Mme Kaur, ils ont été scolarisés sous le régime de la loi 101.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Et si elle rentrait tout simplement chez elle, avec toute sa tribu?

  2. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Et si elle rentrait tout simplement chez elle, avec toute sa tribu?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.