Tariq Ramadan visé par une nouvelle plainte pour viol en réunion

A lire également : Quand Tariq Ramadan dénonçait les relations extraconjugales

Merci à L'Île du docteur Moreau

**********

 

Le parquet de Paris a délivré fin juillet un réquisitoire supplétif pour "viol commis en réunion" et "menace ou acte d'intimidation". Tariq Ramadan est cette fois accusé par une femme d'un cinquantaine d'années, journaliste radio au moment des faits en 2014.

"M. Tariq Ramadan m'avait contactée sur Facebook courant 2013 au prétexte que nous avions des amis en commun…" Ainsi commence la plainte, en date du 31 mai 2019, que le JDD a pu parcourir. Elle a été déposée par une femme, aujourd'hui âgée d'une cinquantaine d'années, qui travaillait alors comme journaliste radio. "Il n'y avait aucun acte de séduction de ma part", souligne-t-elle avant de relater le rendez-vous du 23 mai 2014 – l'heure n'est pas précisée – à l'hôtel Sofitel de Lyon, dans la perspective de réaliser une interview : "Il m'avait dit qu'il répondrait à tous les sujets sans retenue."

Nous avons commencé à discuter puis c'est allé très vite, c'était d'une violence inouïe

La rencontre se passe dans la chambre, en présence d'"une personne de son staff". "Nous avons commencé à discuter puis c'est allé très vite, c'était d'une violence inouïe", raconte la plaignante. Elle détaille ensuite plusieurs faits de viol. L'"ami" de Tariq Ramadan aurait pris part à l'un d'entre eux, selon son récit.

La plainte relate enfin un épisode plus récent. Un message de Tariq Ramadan reçu via Messenger le 28 janvier 2019 à 7 h 14 : "J'ai une proposition à vous faire. Sur le plan professionnel. Vous avez toujours le même numéro de téléphone?" Elle ne répond pas mais reçoit, le lendemain vers 19h30, la visite de deux hommes "de type arabe" : "Ils m'ont dit que Tariq Ramadan a essayé de me joindre et que si j'avais des idées mal intentionnées, ils pouvaient arranger ça…"

Lejdd.fr

 

Rappels :

Tariq Ramadan se rend à une réunion contre la violence faite aux femmes

L’argent du Qatar inonde l’islam européen et finance Tariq Ramadan : « Ils ont 113 projets de mosquées en Europe »

Lettre ouverte : Jean Ziegler et Jacques Neirynck demandent à Alain Berset d’aider Tariq Ramadan.

A propos de Martine Brunschwig Graf, ex-Conseillère d’Etat genevoise au moment des violences sexuelles de Tariq Ramadan sur des élèves, dont certaines mineures.

Montpellier : Un imam explique comment contourner la charia pour protéger son frère Tariq Ramadan, coupable d’adultère.

Tariq Ramadan admet désormais des relations extraconjugales avec 5 femmes. Qu’attendent les musulmans pour exiger sa lapidation?

 

 

5 commentaires

  1. Posté par combattant le

    Le célèbre commissaire MOULIN aurait dit FUMEZ-LE,et là ce n’est pas du cinéma ! Ce dégénéré mérite la SENTENCE !

  2. Posté par Michel Vasionchi le

    Rien de surprenant , c’est le comportement ordinaire d’un djihadiste de salon ….

  3. Posté par pierre frankenhauser le

    J’espère que ce porc d’islamiste se fera violer à son tour par d’autres détenus.

  4. Posté par Antoine le

    Tariq tu as tout FAUX !
    Tu est un muzz VIOLENT ! A expulser de Suisse (selon la loi acceptée par le Peuple mais mis sous le coude par le gouvernement félon)
    Tu es un homme SANS scrupule
    Tu a été protégé et couvé par un gouvernement genevois COMPLICE !
    etc … à mettre en tôle ou dans une oubliette et surtout à ne plus avoir de contact avec une femme !
    Dur dur l’abstinence, lorsqu’on est un OBSÉDÉ !

  5. Posté par Michel Vasionchi le

    A la réflexion Tariq , n’est qu’un banal djihadiste démasqué , qui pratiquait le djihad par d’autres moyens pervers .. hélas , une fois de plus c’est les naïfs, naïves et les gogos en général qui se sont fait abuser

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.