Le fruit bien mal défendu

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

L'UDC vient de lancer en fanfare sa campagne pour les élections fédérales de l'automne, avec une affiche tout à fait explicite: les vers sont dans le fruit. Et ils se gavent.

udc_pomme_vers.png

 

Selon un scénario tellement éculé que 24 Heures le décrit en même temps qu'il tombe dedans, les glapissements d'horreur envahissent les médias. Roulant la charge avec des yeux fous, les rédactions romandes rivalisent d'inventivité pour expliquer tout le mal qu'elles pensent de cette affiche - que la plupart des gens découvrent dans leurs pages. Ce faisant, elles font gratuitement le buzz pour le parti libéral-conservateur.

Au Matin, on fouille dans les archives. On aurait pu trouver la trace du ver dans le fruit dans des livres ou même une affiche de mai 68 mais non: le visuel reprend, évidemment dirais-je, l'imagerie d'une affiche nazie des années trente, dont tout le monde se rappelle bien évidemment. "Une caricature (...) où le ver dans la pomme n'est autre que le juif qu'il faut éradiquer. La suite, on la connaît", explique le pigiste de service avec la subtilité d'un soldat au pas de l'oie.

Diantre! Une pomme, des vers, et hop, Auschwitz? Il me semble que quitte à étudier l'histoire pour éviter le retour de la Bête Immonde au Ventre Fécond, l'examen des programmes d'autres mouvements politiques comparé au programme nazi pourrait être plus parlant qu'une affiche. À ce petit jeu des proximités idéologiques avec le parti à la croix gammée je doute que l'UDC arrive en tête. Mais au cours de leur formation, les journalistes passent probablement plus d'heures à travailler leur mauvaise foi que l'histoire.

Par exemple, aucun d'entre eux ne posera la question qui fâche, l'à-propos de cette affiche. Pareille interrogation est taboue. Elle l'est d'autant plus que toute la classe politico-médiatique connaît la réponse. L'affiche va droit dans le mille.

Miam, miam

Les partis politiques et l'UE sont-ils des vers qui dévorent le fruit helvétique? Allez, sans se fouler, prenons quelques exemples en vrac.

À Genève, nous avons l'affaire Maudet, qui a décroché au mois de juin sa rente à vie. La carrière du politicien franco-suisse s'est arrêtée net depuis que les soupçons de corruption l'ont rattrapé, mais on ne pourra pas dire qu'il reparte les mains vides. Et avant qu'un triste sire ne vienne pleurnicher que ce type puant l'ambition dévorante à des kilomètres n'est qu'une erreur de casting du PLR, je rappelle que le parti lui a renouvelé sa confiance dans une assemblée générale extraordinaire. Pour rester dans le fruit, on se serre les coudes!

Mais attention, hein, en Ville de Genève, après quelques scandales de notes de frais, les magistrats "sonnent le glas de la rente à vie". On serre la vis. Un peu. Parce que les malheureux sortants qui ne bénéficient plus de la rente à vie continueront tout de même à toucher un demi-salaire (soit 10'000 francs par mois, à peine de quoi se payer l'eau minérale) pendant dix ans. Si le texte est approuvé par la commission des finances et le Conseil municipal. Mais qu'on se rassure! Si le texte franchit tous ces obstacles, il s'appliquera... Dès la prochaine législature. Les élus en place bénéficieront encore d'une rente à vie. Ouf, on a eu peur pour eux!

Dans les communes du Canton de Vaud on n'en est pas encore à oser la rente à vie - cela viendra sans doute - mais on découvre par exemple une simple augmentation de salaire à deux chiffres pour tous les membres de la Municipalité de Renens, jusqu'à 170'000 francs annuels pour le Syndic. Il fait bon régner sur une commune d'extrême-gauche. Et encore ne parle-t-on que du salaire de base! Tous les partis soutinrent cette augmentation "proposée par la Municipalité" en 2016, y compris le PLR ; seule l'UDC s'y opposa. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres...

Dans le Canton de Vaud encore, on cumule les emplois au sein d'une même (et belle) famille de gauche. Mme Rebecca Ruiz est élue sans coup férir au Conseil d'État vaudois ; les électeurs sont passés comme chat sur braise sur son étrange contrat de travail au sein du Département vaudois de la formation alors dirigé par la socialiste Anne-Catherine Lyon. Un peu plus tard, par pur hasard, son mari élu socialiste Benoît Gaillard se retrouve promu à la Présidence de la Compagnie Générale de Navigation. Ça fait un peu tousser, mais pas plus que ça, et puis comme ils disent qu'il n'y aura pas de conflit d'intérêt, on les croit sur parole. Une chose est sûre, tous les salaires seront versés à la fin de chaque mois.

Et puisqu'il faudrait aussi parler de la Berne fédérale, rappelons la tentative de l'UDC de faire payer de leur poche les abonnements généraux dont bénéficient les élus (et bien d'autres, pourtant grassement payés!) et qui fut balayée par ces derniers! "Les élus sauvent leur AG de première classe", titrait alors la Tribune face au péril de perdre un privilège. Un vote au National enterra la motion de Lukas Reimann à 154 voix contre 28 - comme d'habitude, l'UDC contre tous les autres partis. "[Les économies s'élèveraient] à 600'000 francs si les parlementaires recevaient un AG 2e classe, elle atteindrait «des millions» si cette mesure était appliquée à tout le personnel de la Confédération", lança le St-Gallois, ce qui donne une idée de la quantité de fonctionnaires qui ne payent pas leurs déplacements.

L'Europe quant à elle a droit à ses courbettes, son milliard annuel de cohésion, le paiement du système SIS de Schengen, les accords bilatéraux léonins, le projet d'accord-cadre... En toute amitié avec les partis pro-UE du Parlement, c'est à dire tous sauf un.

On pourrait multiplier les exemples, parler des lobbies pharmaceutiques ou syndicaux, de la porosité des élus avec les conseils d'administration, de la corruption généralisée, des innombrables trafics d'influence, du commerce des permis de construire... Autant de pratiques confortées par un corps électoral apathique et naïf, dont le péché le plus affligeant est sans doute la confiance aveugle qu'il nourrit envers ses élus.

J'écrivais il y a quelques mois que la Suisse était un pays de cocagne, mais seulement pour certains, suivez mon regard. Ils s'y vautrent aussi confortablement, pardonnez-moi l'image, que des vers dans un fruit. L'image est choquante? Peut-être. Mais l'est-elle parce qu'elle est laide, ou parce qu'elle est vraie?

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 23 août 2019

6 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Merci @Tristan le 24 août 2019 à 11h34 Cette révélation sérieusement censurée ailleurs que sur Vaud a « bénéficié » d’une plus large prise en charge, pour un lectorat plus romand et plus nian-nian, mais cette fois exploitée sous toutes ses coutures par l’ILLUSTRÉ toujours en pannes d’autres sujets moins polémiques. Que les « bonnes consciences » se rassurent, absolument rien à redouter. Pas l’ombre d’une extrême droite qui aurait pu présenter ses arguments. Le breuvage est 100% au goût de bouchon socialistes-vers dans le fruit. UNE VERSION GARANTIE 100% PARTISANE AU PROFIT EXCLUSIF DES ABUS DES INDUSTRIELS DE L’IMMIGRATION. On peut d’avance raccorder tout ce beau monde à quelques tuyaux bien précis des hérauts de cette industrie faite de finances parallèles, elles-mêmes abreuvées de subventions de l’Etat totalitaire, toujours très lucratives et exemptes d’impôts et de taxes pour le ONG les plus décomplexées, tout en exploitant le secret professionnel dans ses moindres recoins aux profits exclusifs de médecins pas trop libéraux, qui peinent à se faire une clientèle privée et d’avocats du même bocal avec leurs complices dans l’Etat, qui aiment faire des boulettes dans leurs intérêts, sans être sanctionnés.

    https://m.20min.ch/ro/news/vaud/story/la-famille-expulsee-de-leysin-est-de-retour-24325765 https://www.24heures.ch/vaud-regions/riviera-chablais/famille-expulsee-leysin-avril-retour-interpelle-autorites/story/26090937 https://www.illustre.ch/magazine/expulses-suisse-vers-georgie-pitie Bizarrement le PKK terroriste les a pris aussi en sympathie en Europe, à croire que les 50’000 soit disant déclarés qui vivent Allemagne ont été importés par ces réseaux et qu’ils continuent à vouloir faire prospérer leur organisation en Suisse. Ça sent l’alibi au profit des Kurdes à plein nez, et ce ne sont pas les partis-pris orchestrés à une époque par la mère Mitterand qui sont là pour nous rassurer sur leurs identités réelles. Yézidy ou Kurdes ? That is the question !

  2. Posté par Antoine le

     »une simple augmentation de salaire à deux chiffres pour tous les membres de la Municipalité de Renens, jusqu’à 170’000 francs annuels pour le Syndic. Il fait bon régner sur une commune d’extrême-gauche ».
    Magnifique exemple d’une municipalité de gôche qui vilipende l’argent des AUTRES !
     »la situation financière de la commune est inquiétante au plus haut point »
    Cela va finir comme la commune de Chavannes-près-Renens par une MISE sous TUTELLE !
    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2016/02/12/municipalite-renens-augmentation-salaire.html
    Lausanne avec un municipalité aussi de gôche devrait être sous TUTELLE depuis des décennies avec sa dette abyssale de plus de 2’600 millions (2017) !!
    https://www.24heures.ch/signatures/editorial/lausanne-dette-creuse/story/13870900

  3. Posté par Peter Bishop le

    Merci Mr Montabert ! Si seulement tout l’UDC etait comme vous…

  4. Posté par pepiou le

    S’il n’y a que la vérité qui blesse alors les blessures infligées par cette affiche, laisseront quelques cicatrices dans l’orgueil de ceux qui non seulement vivent de la crédulité des électeurs mais de plus encore travaillent sans vergogne à la disparition de notre nation et de nos libertés.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.