Grâce à son affiche électorale, l’UDC revient au centre de l’attention politique. Edito Roger Koeppel, Die Weltwoche

Claude Haenggli
rédacteur/traducteur, Berne, Suisse
Grâce à son affiche électorale, l’UDC revient au centre de l’attention politique
 
Non, elle n’est pas morte et enterrée ! L'UDC, grâce à son affiche électorale, revient au centre de l’attention politique. Un coup de maître, estime Roger Köppel dans son éditorial de la « Weltwoche ». Les lignes de conflit redeviennent visibles. Les fronts sont enfin reconnaissables, entre lesquels les électeurs peuvent faire un choix. L’affiche avec les vers dans la pomme agit comme un orage qui vient éclaircir le climat politique lourd et paralysé auparavant. 
Ces vers représentent l’UE, la gauche et les partis bourgeois du centre PLR et PDC. 
Et le fait que certains journalistes s’emportent contre cette affiche montre clairement à quel point ils se sentent interpellés comme complices.
 
 

Enfin, en campagne

Éditorial

Par Roger Köppel

L’affiche avec les vers dans la pomme est un excellent marketing politique porteur d’un message consistant.

La provocation offensive de l’UDC a frappé avec la précision d’un missile longue portée. La nouvelle campagne d’affichage de l’UDC montre une pomme rouge juteuse, symbole de la prospérité suisse, attaquée par d’affreux vers voraces. Ces vers représentent l’UE, la gauche et les partis bourgeois du centre PLR et PDC. Avec le message: «La gauche et les gentils doivent-ils détruire la Suisse?».

Les journalistes s’emportent. Indignation et colère sur tous les canaux d’information. Il est fascinant de voir comment les commentateurs qui qualifiaient l’UDC, il y a tout juste quelques jours, avec soulagement, voire avec condescendance, de force marginale, paralysée et désespérée, de cette année électorale, ont soudainement catapulté ce parti sur le devant de la scène politique. Le piège de la provocation a fonctionné à merveille. Tout tourne de nouveau autour de l’UDC. Dans le silence et le secret, à l’abri des instances dirigeantes, Christoph Blocher, considéré comme le stratège du parti, et Adrian Amstutz, directeur de la campagne électorale, ont monté l’attaque choc. Lorsque le visuel a commencé à circuler, dimanche soir dernier, de nombreux collègues du parti sont tombés des nues. Une attaque surprise pour eux aussi. Est-ce permis? Ou assistons-nous à un retour aux abîmes les plus sombres de la politique d’affrontement en Occident? C’est bien sûr ainsi que l’interprètent les très honorables gardiens de la bienséance dans les médias qui applaudissent toutefois joyeusement, par exemple, lorsqu’un président américain élu légalement est représenté dans les grands journaux depuis un an et demi en terroriste coupeur de têtes ou en supernova engloutissant le monde. L’accusation exagérée du Blick prétendant que l’UDC utilise le langage visuel nazi se retourne contre le calomniateur. Si qualifier de nazi le plus grand parti suisse du Conseil fédéral est la seule réaction qui vient à l’esprit, cela a des relents d’exclusion totalitaire. L’objet n’est pas d’argumenter, mais de diffamer. S’en prendre au style permet, par ailleurs, de ne pas parler du contenu. Ce qui nous ramène à notre sujet: l’art de la provocation politique. Beaucoup s’y essaient, la plupart échouent. En Suisse, l’UDC a fait figure de référence dans le genre, et le fait que le parti ait pris une telle ampleur avec ses provocations face à un électorat suisse intelligent et méfiant laisse à penser que ces provocations étaient plus que de simples provocations.

Provocation vient de «provoquer», du latin provocare, appeler dehors, faire venir. Les provocations sont un instrument visant à générer de l’attention. Mais l’efficacité de toute provocation dépend du message qu’elle doit véhiculer. Si le message qui la sous-tend est faible, la chute sera douloureuse, car plus l’attention est grande, plus l’embarras est grand lorsque le contenu s’avère indigent. Bien sûr, les provocations sont généralement inconvenantes, sales, souvent choquantes, parfois dégoûtantes, avec des risques inhérents pour la réputation de leur auteur, mais tout cela est sans importance, car la provocation sert uniquement de fusée porteuse et de générateur d’attention pour un message qui n’atteindrait pas sans elle la sphère publique. Tout dépend de la substance du message. Et c’est en cela que réside le coup de maître évident de la nouvelle affiche de l’UDC. S’il ne s’agissait que d’une inconvenance provocante insignifiante, d’une provocation histoire de provoquer, cela ne ferait pas écho dans la caisse de résonance des médias politiques. L’opinion publique réagit également avec désintérêt, voire avec irritation, si l’on capte son attention, l’un des biens les plus précieux, pour une futilité. Mais que toutes les têtes couronnées des médias, les faiseurs d’opinion et les adversaires de l’UDC, tous partis confondus, soient si allergiques à l’affiche des vers dans la pomme montre à quel point elle a touché leur corde sensible. Le fait est que l’affiche porte vraiment un message important et substantiel: la Suisse est en train d’être évidée par l’UE et ses affidés. L’image de la pomme symbolise la prospérité, un emprunt au mythe fondateur de la légende de Tell, mais aussi une allusion au frêle pommier de la prospérité des adversaires de l’UDC, brandi par Economiesuisse lors de l’initiative contre l’immigration de masse. La pomme suisse est devenue véreuse, la prospérité est criblée de trous, dévorée. L’UE qui exige de la Suisse le paiement de tributs annuels et un asservissement institutionnel constitue le grand danger. Les Verts-Rouges s’empressent de dévorer la prospérité, dont ils profitent, à laquelle d’autres travaillent durement, «miette après miette, [... ] obtenue au prix d’un rude labeur consciencieux» (Herbert Lüthy).

Les «gentils» partis bourgeois du centre PLR et PDC sont aussi préjudiciables à la Suisse. Ils veulent la soumission à l’UE, la mise sur la touche des citoyens, des cantons et des parlements, mais ils repoussent la question importante après les élections pour jouer les super patriotes avant et mener ensuite le peuple sur une mauvaise voie. L’image provocatrice de la pomme véreuse contient tout cela, et plus. Et le fait que certains journalistes s’emportent si arrogants montre clairement à quel point ils se sentent interpellés comme complices et/ou dissimulateurs du grand évidement de la Suisse. Cela prouve bien que la provocation était nécessaire. Lorsqu’on ne parvient plus à faire passer ses messages parce que les médias se sont alliés à l’adversaire politique, il faut recourir à la provocation pour se faire entendre.

D’un coup, grâce à une affiche, l’UDC donnée pour morte et enterrée par les médias revient au centre de l’attention politique. Un coup de maître. Mais aussi une clarification: les lignes de conflit redeviennent visibles, les fronts se déforment jusqu’à devenir reconnaissables et les électeurs ont soudainement le choix et un panorama complet. L’affiche avec les vers dans la pomme agit comme un orage qui vient éclaircir le climat politique lourd et paralysé auparavant.



Roger Koeppel, 22.8.2019

6 commentaires

  1. Posté par aldo le

    @Lucie le 28 août 2019 à 14h39 merci pour ce soutien. Ca fait plaisir après les piques systématiques de « Christian » la picole, « alias in vino veritas » chez qui toute argumentation passe obligatoirement par le verre dans le nez. https://lesobservateurs.ch/2018/07/15/un-eveque-catholique-denonce-derriere-les-migrants-il-y-a-un-plan-pour-modifier-leurope/ La preuve, voit Christian le 22 juillet 2019 à 14h30… Encore santé.. et dans 15 jours à la même heure…

  2. Posté par Lucie le

    @Aldo, vous avez bien résumé la situation, voyez aussi mon message en réponse au commentaire de Jean-Marc

  3. Posté par Lucie le

    @ Jean-Marc

    Je trouve aussi que L’UDC est trop gentille et votre proposition est intéressante, car pertinente, seulement voilà, elle n’ose, semble-t-il, pas dire les choses TELLES QU’ELLES SONT:

    Premièrement:

    * VOICI donc les projets iniques de nos ennemis qui veulent prendre le contrôle des États-nations en Europe, tout est bien expliqué dans le lien plus bas.

    Deuxièmement: Il ne faut JAMAIS que la Suisse entre de plein pied dans ce système, que ce soit par adhésion indirecte ou directe à l’Union Européenne si elle ne veut pas mourir… Quant à Jean-Claude Juncker qui disait « que la Suisse est un cas particulier » (ce qui ne veut en fait rien dire) je comprends que c’était pour pouvoir mieux mener la Suisse en bateau et pomper notre argent pour une pseudo cohésion, ndlr

    *NOTA BENE: le texte de ce lien est très complet et est traduit automatiquement en français.

    https://www.anonymousnews.ru/2019/08/27/den-feind-erkennen-zionismus-und-islam/

  4. Posté par aldo le

    L’UDC PEUT AUJOURD’HUI REVENDIQUER FIÈREMENT L’ECHEC DES POLITIQUES ANTI-UDC, CAUSES DES TRAHISONS POLITIQUES ACTUELLES VISANT A VENDRE LA SUISSE A L’EUROPE EN ORGANISANT SA DÉSTABILISATION DE L’INTÉRIEUR ! Si les citoyens veulent sauver la Suisse ils doivent accorder à l’UDC la place qui lui revient parce que les expériences de ses opposants dictées par des étrangers, ont radicalement échoué.

    Voilà qui devrait combler les gauchistes et leurs complices des fausses droites dont un auteur sympathisant a publié CE LIVRE A 1,19€, sa véritable valeur sur internet, encore moindre pour les Suisses, depuis près d’une année, parce qu’il finira par ne plus rien valoir face au FRANC SUISSE PLÉBISCITÉ LA FINANCE INTERNATIONALE, QUI N’A PAS TARDÉ A DÉCOUVRIR LA FAILLITE DE L’EUROPE ET DE L’EURO. Elle ne s’est pas trompée, le franc suisse monte face à l’Euro depuis des mois. SURPRISE LES GAUCHES ET LEURS ALLIES EUROPÉENS AVAIENT DÉJÀ POURRIS NOTRE POMME https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/41MTSBAWCGL._SX302_BO1,204,203,200_.jpg

    CETTE POMME ÉTAIT POURTANT A L’EPOQUE MEDIATIQUEMENT TRES DIGESTE, PARCE QU’IL S’AGISSAIT D’UNE DIATRIBE ANTI-UDC ET ANTI-BLOCHER. DONC QUE LES TARTUFFES INDIGNÉS DE LA PRESSE, DES GAUCHES ET DES FAUSSES DROITES AILLENT CONTINUER DE SE FAIRE ENC… TOUS SEULS MAIS SANS NOUS, QUI DEVONS RENVERSER LA VAPEUR DE CE RÉCHAUFFEMENT CLIMATICO-MEDIATIQUE ANTI-UDC.

    C’est donc une TRES BONNE NOUVELLE de savoir que depuis les années 2000, des recettes et expérimentations toujours aussi vieillottes parce qu’ ANTI-UDC, SONT CONCOCTÉES PAR CE TRAITRE ALLEMAND, TOUJOURS AU SERVICE DE L’EUROPE, Dr. foldingue, alias Klaus J. Stöhlker et n’ont fait que de RENDRE NOTRE PAYS ENCORE PLUS VULNÉRABLE. Et cet imposteur propagandiste au service des allemands, ne va pas ravaler son fiel, puisqu’il est l’espion No1 qui a cherché à couler la Suisse.

    LA moindre des constatations, c’est que LA VOIE ANTI-UDC ANTI-BLOCHER DICTEE PAR UN ETRANGER, N’A PAS EU L’EFFET ESCOMPTÉ D’UN BONHEUR POUR LA SUISSE. Bien au contraire, notre pomme est bientôt bonne pour le compost, prompte à fournir du carburant fiscal exploitable au profit exclusif de l’Europe bolchévique UErss comme avec les corruption d’ Erasmus dont on peut supposer qu’elle aussi été initiée par Klaus J. Stöhlker et ses complices de l’intérieur. https://lesobservateurs.ch/2014/03/06/dominik-feusi-seuls-20-derasmus-servaient-aux-echanges-universitaires-audio/

    Et maintenant l’imposteur Klaus J. Stöhlker continue d’aboyer au lieu d’être éjecté dans son pays. Klaus J. Stöhlkerhttps://insideparadeplatz.ch/2018/07/29/der-abstieg-der-schweiz-hat-begonnen-der-neue-aufstieg-fordert-gewaltiges-von-allen/ . Tapez donc https://www.bing.com/Translator puis dans le volet de gauche copiez l’adresse ci-dessus. Vous pourrez alors voir que Klaus J. Stöhlker comme un véritable espion change de nom avec la traduction et s’il vous le faites en italien c’est encore un autre nom…

  5. Posté par Jean Marc le

    L’affiche de la pomme avec des vers est très bien, mais l’UDC est trop gentille. A la place, j’aurai mis un homme, en position baissée, en train de poser un gros étron sur le symbole de la franc-maçonnerie, avec comme slogan :
    Non à la franc-maçonnerie et au Nouvel Ordre Mondial, qui ont pris le contrôle de notre pays

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.