Immigration. L’Office fédéral de la statistique(OFS) et les médias(RTS) : science, idéologie, militantisme unilatéral et accusateur

Uli Windisch
Rédacteur en chef

Reportage de la  RTS (19.8.2019) qui reprend des chiffres de l’OFS sur l’immigration en titrant : « Près de 20% de la population issue de l’immigration en difficulté financière »

Les chiffres ci-dessous de l’OFS n’ont rien de scientifique et constituent une vraie manipulation, renforcée par une autre de la part de la RTS, avec en plus une interview on ne peut plus partiale et correspondant au politiquement correct sur l’immigration.

Démonstration :

-Il est affirmé que « le revenu médian  de la population immigrée est de frs 46.592, alors que celui de la population non issue de l’immigration est frs 53.745, soit 15% de plus.

-l’OFS précise que « le revenu disponible est l’un des 23 indicateurs  qui permettent de mesurer l’intégration ». Comme si un revenu moins élevé empêchait l’intégration.

- Un autre critère : « la difficulté de joindre les deux bouts » serait de 17,3% et seulement de 7,2% parmi la population helvétique.

Conséquence de cela : « deux fois plus  de personnes issues de l’immigration  renoncent aux soins dentaires, faute d’argent »

-« l’état de santé des immigrés est plus fragile car 44,7% affirment  être régulièrement victimes d’un sentiment de solitude contre 35,1% des Suisses », etc., etc.,

Ce qui est inadmissible  d’un point scientifique et sociologique : il n’est pas nécessaire d’être grand scientifique ou  sociologue pour savoir qu’une grande partie des immigrés se situent dans les couches les moins favorisées de la population et qu’il est donc impossible de comparer ces couches sociales immigrées avec l’ensemble de la population suisse de toutes les catégories sociales. C’est tout de même grave comme conception de la statistique sociale et du point de vue des conclusions qui en sont tirées.

C’est faire dans le misérabilisme  de l’immigration  et la culpabilisation de la population nationale et préparer la justification d’une logique de revendications  sociales ininterrompue.

En plus,  on pourrait pour une fois chercher à comparer les données de cette population immigrée en Suisse  avec les conditions qui seraient les leurs s’ils étaient restés dans leur pays d’origine !

On en déduit que « l’intégration n’est pas un long fleuve tranquille » !.

Pour faire bonne mesure la RTS fait une interview  de la directrice  de l’université populaire albanaise  de Genève qui vient nous dire  qu’il  « reste difficile pour un étranger de trouver une place » car « toutes les voies ne sont pas ouvertes ».

Les immigrés ne viennent-ils pas pour travailler, donc en fonction d’emplois disponibles ? Et au fil des générations  et de la formation il leur est ensuite possible de progresser dans l’échelle sociale comme pour les couches moins favorisées de la population suisse. Qui a une « voie ouverte » automatiquement ?

Cette directrice, également membre de la Commission fédérale des migrations (massivement composée de personnes de gauche ) nous dit que « l’intégration est un processus de toute une vie ». Que  « la Suisse a fait beaucoup de progrès » en la matière ! mais que la politique d’intégration est néanmoins récente » !

Comme si ce n’était qu’au pays d’immigration de prendre en charge l’intégration. Il faut ici rappeler que dans bien des pays, les candidats à l’immigration doivent prouver leur potentiel d’intégration avant même d’être acceptés comme   candidat à l’immigration, par exemple en connaissant la langue et en correspondant au besoin de l’économie du pays d’immigration.

Cette collusion entre médias bien-pensants et culpabilisants et des « représentants » des immigrés toujours dans une logique plaintive, revendicatrice  et accusatrice devient insupportable, même si tout le monde souhaite une amélioration de toutes les couches moins favorisées, nationales et immigrées. On peut encore ajouter que ce n’est pas que parmi les immigrés que se trouvent des personnes peu intégrées (souvent à cause de leur propre « faute » et d’un manque d’activités favorisant l’intégration) et qui souffrent « d’un sentiment de solitude ».

En bref, il faut plus de science et moins d’idéologie de la part de la statistique fédérale et officielle et moins de militantisme politique revendicatif unilatéral et plaintif de la part des médias et des personnes qui se veulent en plus représentatives  des immigrés, immigrés  qui sont eux-mêmes largement très satisfaits de ce que la Suisse leur a permis d’acquérir et que leur propre pays était incapable de leur procurer. Eux le savent et le disent.

En sachant une nouvelle fois que nous souhaitons à TOUTES  les personnes défavorisées une situation constamment meilleure, avec si possible aussi une reconnaissance de la part des immigrés pour les situations déjà acquises grâce à l’immigration.

PS. Pour moi, ce ne sont pas là des vœux pieux car j’ai même accepté de faire partie pendant quelque temps du Comité de cette université populaire albanaise à la demande de jeunes de cette communauté  que je connaissais  et que j’étais prêt à aider dans la mesure de mes possibilités; ils souhaitaient s'intégrer activement et réellement et casser l'image souvent négative à laquelle on les associent fréquemment).

Article complet , transcription de la RTS, et interview de la responsable de l'université populaire albanaise de Genève ici et  ici

 

4 commentaires

  1. Posté par Don Aldo le

    OFS et RTS missions : désinformer, manipuler. Tous les moyens sont bons pour faire les poches de la population! Tout pour la coupole, rien pour le people.

  2. Posté par bonardo le

    Des mensonges un point c`est tout.

  3. Posté par Anna le

    Puisque les immigrés sont si malheureux en Suisse, on pourrait-on commencer par freiner l’immigration ? En ce qui concerne Mme Albana Kraskini qui est interviewée par la RTS, je parie absolument sans aucun risque, que son revenu et sa future retraite sont incomparablement plus élevés que les miens… Si dans une statistique on fait la moyenne entre les revenu du Suisse Bertarelli, et le mien, c’est certain que la moyenne sera plus élevée que celle de deux immigrés lambda. Mais ce ne serait pas une statistique sérieuse. Le but : culpabiliser, culpabiliser, culpabiliser….

  4. Posté par Antoine le

     »C’est tout de même grave comme conception de la statistique sociale et du point de vue des conclusions qui en sont tirées. »
    Les statistiques ont été inventées pour manipuler les masses ou leurs opinions.
    Un spécialiste peut faire dire n’importe quoi des chiffres provenant de statistique !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.