Hong-Kong stupéfie l’Occident et déstabilise les communistes

post_thumb_default

 

Samedi, les habitants de Hong-Kong étaient encore un million sept cent mille à manifester dans la rue. Le mot d’ordre des organisateurs était de réaliser l’un des rassemblements pacifiques les plus importants de tous les temps. Ceci pour répondre aux accusations de Pékin selon lesquelles les manifestations sont systématiques violentes, assimilables à du terrorisme, et comportent des actions antipatriotiques qui font des opposants à Pékin des agents de l’étranger. Ce discours avait été passé en boucle dans la Chine continentale, comme pour préparer les esprits à une action de répression d’une ampleur considérable.

Mais peut-on réprimer, voire exterminer un million sept cent mille personnes d’un coup ? Les Khmers rouges, soutenus par la Chine communiste, l’avaient fait, en 1975. On pouvait – on peut toujours – le craindre. Toutefois les moyens de communication ont évolué, et ce que les Khmers rouges réalisèrent, au nez et à la barbe du monde, dupant même les organisations internationales présentes sur le territoire, est devenu impossible.

Hong-Kong a connu cinq mois d’affilée de mobilisation, très exactement depuis le 31 mars. La planète entière suit, en direct, au jour le jour, ce qui se passe là-bas. Et rien ne permet de penser que la mobilisation va s’essouffler, bien au contraire.

Pékin semble dorénavant hésiter à employer la manière forte. Carrie Lam, la représentante de Pékin, qui dirige Hong-Kong et qui avait jusqu’à présent employé des formules très violentes, laissant craindre un bain de sang, appelle à présent au dialogue, et va même jusqu’à laisser entendre que le projet de loi prévoyant la possibilité d’extrader les Hongkongais vers la Chine continentale serait non pas suspendu, mais purement et simplement annulé.

Pékin utilisait à haute dose les réseaux sociaux pour discréditer les Hongkongais, tenter de susciter la haine de la part des Chinois continentaux, et favoriser des divisions internes aux opposants. Mais même Facebook et Twitter, habituellement très complaisants à l’égard des autorités chinoises, et s’accommodant des pratiques totalitaires du parti communiste chinois dans le contrôle des informations, se sont sentis obligés de réagir, face aux manipulations des services chinois.

Pékin craint par-dessus tout un phénomène de contagion

Ce qui désarçonne Pékin, c’est certes la détermination du peuple de Hong-Kong, mais aussi le fait que les Hongkongais semblent prêts à sacrifier leur prospérité économique à cette revendication de libertés. Or la prospérité économique de la Chine continentale dépend pour partie de la prospérité de Hong-Kong.

Ce qui sauve le régime communiste chinois, à ce jour, c’est la croissance économique. Si celle-ci chute fortement, en raison des événements de Hong-Kong, c’est tout le système qui pourrait s’effondrer.

Carrie Lam semble donc prête à abandonner sa tentative de normalisation de l’enclave capitaliste en pays communiste.

En revanche elle ne veut pas entendre parler d’élections libres des organes dirigeants de Hong-Kong. Elections, oui, mais au sein du Parti communiste chinois (puisque le PC n’est rien d’autre que l’avant-garde du peuple, selon la terminologie traditionnelle). De même un non catégorique a été opposé à l’idée d’une commission d’enquête, hors du contrôle du Parti communiste, pour examiner les violences policières, et celles de bandes mafieuses, inféodées au pouvoir.

Dorénavant ce que voudrait Pékin, c’est un retour à la situation d’avant mars, cet équilibre précaire entre une Chine communiste toujours étroitement contrôlée, et une île de Hong-Kong, hypercapitaliste, en régime de semi-liberté.

Mais les Hongkongais en veulent désormais davantage, et les figures que la contestation a fait émerger, savent que leur révolte ne restera pas impunie, si rien d’autre ne change. •

 

Agathon

Cet article Hong-Kong stupéfie l’Occident et déstabilise les communistes est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Michel Vasionchi le

    Hong Kong se bat seule, contre les tentacules de la dernière dictature communiste dominante au monde , mais les soutiens occidentaux en socialo/bobocratie française , ne sont pas très visibles .. voir inexistants .. même que cette même bobocratie finissante était mieux représentée aux funérailles du dictateurs Maximal Fidel Castro!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.