Berlin menace les réfugiés syriens qui partent en vacances… en Syrie

Un migrant syrien qui passe régulièrement des vacances en Syrie ne peut affirmer sérieusement y être persécuté, a estimé le ministre de l’Intérieur allemand. Le statut de réfugié pourrait alors être révoqué.

Quelque 780 000 Syriens, pris en tenaille entre le régime de Bachar el-Assad et les islamistes de Daech, ont fui en Allemagne depuis 2011. Une situation chaotique qui n’empêcherait pas certains réfugiés de retourner dans leur pays natal durant les vacances, rapporte les médias allemands Die Welt et Deutsche Welle. De quoi irriter le ministère allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, qui menace de déchoir lesdits migrants de leur statut de réfugié, et donc de leur droit d’asile outre-Rhin.

 

 

Les déplacements des réfugiés à la loupe

« Si un réfugié syrien passe régulièrement ses vacances en Syrie, il ne peut pas affirmer sérieusement être persécuté en Syrie. Nous devons annuler son statut de réfugié », a ainsi déclaré le ministre dans un entretien accordé à Bild« Nous allons procéder au renvoi quand la situation [en Syrie] le permettra », a-t-il ajouté, expliquant que le Bundesamt für Migration und Flüchtlinge (BAMF), l’office allemand des migrations et des réfugiés, allait suivre de près les déplacements des migrants ayant obtenu leur statut de réfugié en Allemagne.

« Au premier semestre 2019, un total de 62 105 décisions concernant des procédures de révocation [du statut de réfugié] ont été prises » pour diverses raisons, a fait savoir une porte-parole de la BAMF. Parmi eux figuraient 39 806 Syriens. Horst Seehofer n’a pas précisé combien de personnes seraient touchées par cette éventuelle mesure. En Allemagne, comme dans tous les autres pays ayant ratifié la Convention de Genève de 1951, les réfugiés bénéficient d’une protection et ne peuvent être renvoyés dans leur pays d’origine s’ils y sont menacés.

Valeurs Actuelles

8 commentaires

  1. Posté par Christian Hofer le

    Même chose avec les Erythréens en Suisse, protégés par Burkhalter et Sommaruga.

    Mais dans ce cas, il n’y a pas un seul article dans notre presse pour en parler alors que l’on sait très bien que cette ethnie s’intègre très peu et ne travaille pas.

    Tout est fait pour que le Suisse soit pris pour un imbécile et passe à la caisse.

  2. Posté par Hotch le

    Pourquoi « qui passent RÉGULIÈREMENT » leurs vacances au bled ?
    Une seule fois suffit à démontrer l’escroquerie.

  3. Posté par Wild le

    tous les tortures les exactions sont bidons comme tous les réfugiés d’ailleurs,
    les migrants économiques sont réels les profiteurs les parasites.

  4. Posté par Lionel Baland le

    Cette mesure surgit à la veille d’élections dans 3 Etats de l’Est de l’Allemagne afin de couper l’herbe sous les pieds de l’AfD. Après les élections, la CSU retournera sa veste, comme d’habitude.

  5. Posté par Anna le

    S’ils retournent en vacances c’est qu’ils ne sont pas menacés. La convention de Genève ne s’applique donc pas.

  6. Posté par Michel le

    Par naïveté ou calcul les dictateurs de la grosse Europe ont volontairement laissé les vraies victimes (Yézidis, chrétiens…) à leur sort funeste et continuent de nous infliger la venue et l’obligation de supporter le fardeau que constitue l’entretien de leurs bourreaux ! A eux donc le « droit d’asile », les logements refusés aux indigènes, les aides sociales, les services de soins hors de prix , et tout cela GRATOS !
    Les cons de mécréants sont là pour raquer, alors pourquoi se gêneraient-ils : en Europe « on a droit  » aux congés payés aussi .
    Définition du Statut de réfugié par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides : « le terme de réfugié s’applique à toute personne craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner ».
    Donc, quand on est un réfugié et que l’on craint réellement pour sa peau, on ne retourne JAMAIS dans son pays !
    Alors, si nos chers voisins teutons commencent à trouver la pilule amère et à retrouver raison et bon sens, il est encore permis d’espérer… Mais pas besoin de menacer, de réfléchir davantage , on les renvoie , c’est simple pourtant .
    Bon sang qu’il est long à venir le réveil des européens !

  7. Posté par Antoine le

     »Un migrant syrien qui passe régulièrement des vacances en Syrie ne peut affirmer sérieusement y être persécuté. »
     »De quoi irriter le ministère allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, qui menace de déchoir lesdits migrants de leur statut de réfugié, et donc de leur droit d’asile outre-Rhin. »
    Est-ce que M. le Ministre Seehofer se réveillerait-il ?
    Cette affaire me rappelle étrangement l’affaire des soi-disant  »réfugiés » Erythréens en Suisse qui retournaient en vacances chaque année dans leur pays ! Sans y être le moins du monde inquiété …
    Cela s’appelle de l’abus de confiance et de l’extorsion de fonds publics !
    Mme Sommaruga (PS) est dans la ligne de mire !

  8. Posté par Sergio le

    Pour bien comprendre, un réfugié qui a abandonné sa famille et son pays d’origine, tellement celui-ci était dangereux, ne peut y retourner en vacances. Décidément, ces suprémacistes Blancs ne sont que de sales racistes qui ne veulent rien partager des richesses qu’ils ont volées.
    Heureusement que pour tous ces imposteurs, il existe toujours un sursaut citoyen providentiel qui vient sauver ces pauvres hères d’une mort certaine. Ces mêmes Blancs finissent même par payer pour sauver des criminels de guerre.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.