Un fugitif d’extrême gauche italien arrêté en Bretagne, sortez vos mouchoirs

post_thumb_default

 

L’émoi est vif à Rochefort-en-Terre, Morbihan, nous disent les médias aux ordres, après l’arrestation de Vincenzo Vecchi, l’un de ces fugitifs italiens d’extrême gauche que les gouvernements UMPS successifs aimaient à accueillir sur notre territoire, et à protéger.

Sous le coup d’une condamnation à 13 ans de prison pour des violences lors du G8 de Gênes en 2001, et pour sa participation à une manifestation antifasciste non autorisée à Milan en 2006, l’homme de quarante ans était en cavale depuis dix-huit ans. « [Il a été] interpellé jeudi 8 août dans le Morbihan par la brigade nationale de recherche des fugitifs sur le fondement de deux mandats d’arrêt européens délivrés par les procureurs de Milan et de Gênes, à la suite de condamnations pénales prononcées par les tribunaux de ces villes.Il a été déféré vendredi 9 [août] à la cour d’appel de Rennes où le magistrat délégué par le premier président l’a incarcéré, conformément au code de procédure pénale, en l’attente de sa comparution devant la chambre d’instruction [mercredi] 14 août à 9 heures », a indiqué l’avocat général du parquet général de Rennes, Pascal Bougy.

Le G8 de Gênes avait donné lieu à trois jours d’émeute, causant un mort, 600 blessés du côté des manifestants, plusieurs centaines chez les forces de l’ordre, près de 200 voitures brûlées, des dizaines de banques, stations essence, agences immobilières pillées, etc. Amnesty International avait déclaré sans la moindre ironie qu’il s’agissait de « la plus grave atteinte aux droits démocratiques dans un pays occidental depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale ». Le président américain George W Bush, quant à lui, avait rendu visite aux policiers blessés pour les remercier d’avoir protégé les participants au sommet.

Mais, pour ces « réfugiés » politiques, qui avaient préféré quitter l’Italie plutôt que d’y purger de lourdes condamnations – des centaines selon le journal Le Monde–, tout cela est du passé, et on leur doit la tranquillité. Des activistes qui ont malgré leur mea culpapublic toujours la rébellion à fleur de peau, et qui ont vécu la récente arrestation de l’assassin Cesare Battisti, « exhibé comme un trophée de chasse », comme une véritable humiliation.

Une rébellion qui a ses échos en terre bretonne puisqu’un comité local de soutien fort de 50 personnes s’est immédiatement constitué pour empêcher l’extradition du condamné : « Il n’était membre d’aucune organisation politique, et avait choisi de fuir cette condamnation injuste et disproportionnée. Il vit depuis huit ans sur notre territoire et s’est complètement intégré à la vie locale. Nous nous opposons à ce que l’Etat français livre “Vincenzo” aux autorités italiennes, qui ne manqueront pas l’opportunité d’en faire un exemple ». Oui, car pour ces bonnes âmes, contrairement à la France, l’Italie, qui réclame à la France une quinzaine de ces dangereux activistes déjà condamnés, est dirigée par un gouvernement d’extrême droite répressif et sans pitié ; les Gilets jaunes éborgnés et mutilés apprécieront. •

Cet article Un fugitif d’extrême gauche italien arrêté en Bretagne, sortez vos mouchoirs est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Vautrin le

    Ah ben, voilà un nouveau combat en perspective pour Fred Vargas, grande protectrice des criminels pourvu qu’ils soient de gauche. Car chacun le sait, tout gauchiste est par définition innocent !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.