Conférence internationale des jeunes pour le climat: récupération massive par la gauche radicale

Cenator: Tous les reportages de la RTS, tout le battage médiatique de la semaine passée sur la conférence internationale des jeunes pour le climat nous présentaient une jeunesse désespérée par l’inaction des politiciens et qui se sacrifiait pour sauver la planète. Greta Thunberg, qui se prend pour Atlas, s’est plainte dans une de ses conférences de presse que c’était trop lourd pour ses frêles épaules de porter la planète. Que de reproches de ces enfants gâtés contre les « vieux », contre notre société, et surtout contre ce qu’ils croient être le capitalisme.

Toute cette belle jeunesse abrutie par la propagande nous invite à sauver notre âme en changeant notre mode de vie, en cessant de prendre l’avion,  la voiture, à faire pénitence, produire moins et devenir plus pauvres, tout en acceptant l’arrivée des masses de migrants du monde entier – bref, à parachever tout un projet de destruction de notre civilisation.

Le dernier reportage de la RTS montrait la manifestation finale, avec une foule de jeunes qui chantaient « Bella Ciao », et martelait encore que le problème est le réchauffement et rien que le réchauffement.

Mais qu’en est-il vraiment de cette manifestation de jeunes où des professeurs d’université, des personnalités politiques et une nuée de journalistes sont venus rejoindre le cortège ?

En réalité, à part l’épisode « Bella Ciao », les jeunes scandaient à répétition des slogans comme : « À BAS, À BAS, À BAS, LE CAPITALISME, À BAS, À  BAS, À BAS, LE CAPITALISME ».

Le seul tract qui était distribué à notre connaissance était celui d’Ensemble à Gauche, avec un texte bilingue anglais-français. Les pancartes qui réclamaient la fin du capitalisme pullulaient.

Le totalitarisme médiatique a atteint des sommets qui n’ont plus rien à envier à l’ère soviétique. Les journalistes martèlent que l’enjeu, c’est le climat, et même la vie sur notre planète, sans mentionner que ce « climat » est une affaire de gauche, avec un projet de société marxiste, même si le centre-droit essaie de se faufiler également dans le créneau en vue des élections d’octobre.
Résultat: Sur un dogme « réchauffementiste » proprement délirant, les politicards, voulant plaire aux foules hystérisées, acceptent généreusement de spolier la population pour être élus ! Ainsi, Philippe Nantermod, comme la plupart des politicards, se met à réclamer des taxes climatiques, chose qu’il avait refusée encore il y a quelques mois.

La violence mentale exercée sur la population par les journalistes est si forte qu’ils ont réussi à faire plier la classe politique, à faire passer la jeunesse boutonneuse pour de justes et valeureux chevaliers, une jeunesse qui n’est en réalité que totalement endoctrinée, privée de son libre arbitre, subjuguée, désinformée sur le réel problème qui les assaillira dans les décennies à venir.

Les journalistes en Suisse Romande ont bafoué l’éthique la plus élémentaire de leur profession, ils ont allègrement rejoint toute une machination mensongère et guerrière destinée à endoctriner la population.

Cette tradition de la pensée unique journalistique s’est même renforcée depuis l’effondrement du communisme à l’Est. En effet, le débat remettant en question les dogmes marxistes n’a jamais eu lieu. Bien au contraire, le marxisme s’est encore plus incrusté subrepticement à l’Ouest dont l’un des visages est celui des Verts. Si ce débat avait eu lieu, comme cela a été le cas à l’Est, nous n’en serions pas là. Actuellement, faire entendre une opinion qui va à l’encontre des dogmes établis est devenu impossible. L’ENSEMBLE de nos médias a totalement verrouillé toute possibilité de débat non truqué… ou, osons rêver, de réinformation.

La jeunesse romande, et plus largement européenne, qui croit lutter contre un prétendu réchauffement climatique anthropique  payera le prix fort lorsqu’elle devra se confronter au seul problème vraiment BRÛLANT du moment, à savoir le multiculturalisme entrainant une libanisation de toute l’Europe occidentale.

Certains réaliseront que ceux qui leur ont mis des œillères ont appliqué des conseils de guerre à la Sun Tzu, qui préconisait de tout faire pour détourner le regard du véritable ennemi afin de ne pas voir d’où arriverait le vrai danger. Mais, probablement, la majorité n’aura pas la capacité de penser, de réfléchir par elle-même car la capacité permettant d’acquérir librement des convictions se forge durant les jeunes années. Et dans ce sens, la génération moutonnière à la « Thunberg » est vraiment une génération sacrifiée.

*****

Page 1 du flyer :

Changeons le système pas le climat

Ensemble à Gauche (solidaritéS, Décroissance-Alternatives, solidarité & écologie – SE)

Pages 2 :

Dépasser les crises écologiques et sociales actuelles, c’est rompre avec l’ensemble des systèmes d’exploitaiton et  de domination qui menacent d’étouffer toute vie sur Terre. C’est pourquoi nous proposons un modèle anti-productiviste qui soit socialement et écologiquement juste : l’écosocialisme. Nous devons donc sortir du capitalisme, qui implique accroissement des inégalités sociales et surexploitation des écosystèmes.

Voici trois mesures possibles pour nous y amener tou.te.s – en un morceau !

TRAVAILLER MOINS POUR VIVRE MIEUX

Nous passons plus de la moitié de notre vie au travail à produire des richesses pour une infime minorité. [...]

Page 3 :

S’ENGAGER DANS UNE DECROISSANCE JUSTE ET SOLIDAIRE

Les banques investissent massivement dans les énergies fossiles et cachent l’argent des multinationales (Nestlé, Glencore, Syngenta...) qui par leur productivisme et leur extractivisme sont à l’origine du dérèglement climatique. Celles-ci déstabilisent et exploitent des régions entières pour satisfaire leur soif infinie de croissance. Les enfants qui meurent dans les mines de Congo, les femmes dans les ateliers de misère au Bangladesh, les familles empoisonnées par différentes pollutions en Europe, les actuel.le.s  et futur.e.s migranat.e.s – tous et toutes les victimes de l’impérialisme occidental.

OUVRIR LES FRONTIERES

Tandis que les océans se transforment en décharge, la Méditerranée se transforme en cimetière. [...] Si celles-ci ne meurent pas en mer, elles se heurtent aux ports fermés aux navires de sauvetage. Aux groupuscules fascistes qui tentent de leur barrer la route. Et aux politiques racistes et inhumains qui ne respectent jamais leur dignité et s’arrogent le droit de les brimer ou de leur refuser l’asile. Aux causes économiques et désormais climatiques de la migration contrainte s’ajoutent les guerres et les différentes formes de répression dont les pays riches sont souvent les complices. Venant [de] tous les pays marqués au fer rouge par le néocolonialisme et le capitalisme, et face aux défis immenses qui nous attendent, notre objectif doit être la coopération, pas l’exclusion.

Page 4 :

ÉCOSOCIALISME

L’écosocialisme propose une solution aux problèmes tous connectés de la crise climatique, de l’effondrement de l’écosystème, du non-respect des droits humains des migrant.e.s, de l’exploitation salariale, du pillage du Sud global, des rapports discriminatoires de genre, et de la logique de production actuelle. [...]

*****

 

 

4 commentaires

  1. Posté par benz le

    ils ne comprennent pas que l’effondrement des resources naturelles due a l’immigration de masse que nous connaissons actuellement va nous plonger dans une famine meurtrière ainsi que des peinuries d’eau potable qui vont déclencher des conflits d’une violence extrême :/(

  2. Posté par G.Vuilliomenet le

    CHANGEMENT CLIMATIQUE = CRIME CONTRE L’HUMANITÉ

    Slogan absolument débile.
    Pensons à appeler le Climat à la barre, il a quand même le droit de se défendre.
    Nous pourrions l’accuser d’avoir été trop froid il y a quelques siècles. Il a été la cause de mauvaises récoltes qui ont entraîné des famines terribles. Aujourd’hui, son crime est de nous fournir plus de chaleur, et qu’elle tue.
    Il faudrait savoir non d’une pipe. Nous sommes comme ces enfants capricieux, jamais content de ce que l’on a.
    Alors Climat, quelle est ta défense?

  3. Posté par Maurice le

    Quel salmigondis ! Comment s’y retrouver dans tous ces amalgames où tout est mélangé, tout est relatif, tout est universalisé sans discernement.
    Et puis, « Bella ciaò » est la chanson des résistants italiens voulant libérer leur pays, et non de cette jeunesse voulant l’asservir par des taxes et une immigration massive ; alors utiliser cette magnifique chanson pour leur cause est plus que discutable : c’est de l’usurpation.

  4. Posté par Bussy le

    Tout n’est pas faux dans leurs demandes, comme réfléchir aux enfants qui meurent dans les mines du Congo ou les femmes des ateliers de misère au Bangladesh (espérons juste que ces enfants ne meurent pas pour qu’on puisse avoir des natels bon marché…. ou ces femmes dans la misère pour avoir des tee-shirts à 10 balles… n’est-ce pas les jeunes !), mais malheureusement, comme le dit l’article, ces jeunes ne voient pas d’où vient le vrai danger, et leur soutien à l’immigration massive musulmane démontre qu’ils se jettent dans la gueule du loup, pour le plus grand bonheur des oligarques, gros capitalistes, qui veulent casser les peuples européens, et qui sont très forts pour manipuler les cons, en particulier tous ces filles et fils à papa ainsi que leurs parents, marxistes de pacotille, qui occupent des places privilégiées actuellement quand ils ne parasitent pas le système au détriment de la classe laborieuse qu’ils ne soutiennent plus depuis longtemps…..
    Petite consolation : tous ces bien-pensants aussi vont souffrir du piège qui est en train de se refermer sur les Européens….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.