Aid el Kebir et Conseil d’Etat : encore raté ?

post_thumb_default

 

Notre recours devant le conseil d’Etat en référé suspension vient d’être rejeté.

Nous ne nous faisions pas beaucoup d’illusions malgré la solidité de nos arguments car les conséquences auraient été dévastatrices.

Nous nous demandions seulement ce qu’ ils allaient pouvoir nous opposer cette fois .

Eh bien rien, c’est de l’arbitraire pur et simple !

En effet, dans l’ordonnance, après avoir égrené tous les points que nous avons soulevés, et sans en contester aucun, le juge conclut : « ces éléments ne nous paraissent pas, en l’état de l’instruction, de nature à créer un doute sérieux quant à la légalité de la circulaire dont la suspension est demandée »

Le verbe « paraître » est bien vague alors que le droit se caractérise, en principe, par la précision, et la subjectivité n’y est pas de mise. Le juge fait état en fait d’une opinion personnelle…

Il s’agit donc d’une forme d’arbitraire, et si on rapproche cela du paragraphe du mémoire en défense du ministère de l’Agriculture , où il est mentionné qu’en l’absence d’abattoirs temporaires les abattages seraient pratiqués en dehors de structures officielles, on peut mesurer la trahison de nos institutions.

En clair, une communauté nous impose sa loi , la charia, et tout doit suivre. Dans le silence des agneaux… Aucun media ne vient relater ces faits pourtant graves, « dormez braves gens » !!

La peur de troubles à l’ordre public est inscrite en filigrane dans toutes ces décisions.

Alors que le véritable trouble à l’ordre public est de laisser libre cours à cette avancée insidieuse de pratiques exotiques, contraires à nos règles.

Nous pourrions nous décourager mais ce n’est pas le cas. En effet l’affaire doit encore être examinée au fond d’ici 2 ou 3 mois.

Et si nous perdions à nouveau, la cour de justice européenne sera saisie sur une procédure de recours en carence.

Notre défaite n’est qu’apparente et démontre que l’étau se resserre autour de ceux qui nous dirigent, Le droit finit toujours par être vainqueur. Il faut simplement être persévérants , et nous sommes soutenus par la conviction de notre « bon droit », droit positif qui régit notre société qui n’est pas la charia.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Vautrin le

    Il ne faut pas se faire d’illusions : TOUT ce qui relève du social -et la « justice » en relève pleinement- est ARBITRAIRE. Cet arbitraire n’est d’ailleurs pas le fait de régimes spécifiques, il est l’essence même du social. Chercher de la logique dans le social est inutile : la logique peut parler du social, elle ne le gouverne pas. Idem, des dispositions légales -donc juridiques- peuvent nous paraître inéquitables et dépourvues d’éthique, mais le social n’est pas gouverné par l’éthique.
    En revanche, on doit interroger le conseil d’État à propos d’une décision politique dictée par la couardise et l’idéologie. Dans tel cas, l’ensemble de la nation, et ses chances de survie, sont directement concernés. On peut alors parler d’infraction, précisément de forfaiture, puisqu’une telle décision constitue une atteinte à l’équilibre de la société, perpétrée dans l’exercice de fonctions constitutionnelles.

  2. Posté par pepiou le

    La tolérance vis à vis de l’islam et de la charria pousse les musulmans à croire qu’ils sont en pays conquis. Ce qui malheureusement a tendance à être exact.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.