Le « socialisme scientifique » de Stéphane Rossini, nouveau directeur de l’OFAS, RTS.11.7.2019

Uli Windisch
Rédacteur en chef

Lien vers l'émission de la radio romande du 11.7.2019: ici

https://www.rts.ch/play/radio/la-matinale/video/linvite-de-la-matinale-video-stephane-rossini-a-la-tete-de-loffice-federal-des-assurances-sociales-des-le-1er-decembre?id=10566944

Ne riez pas Stéphane Rossini, socialiste virulent autrefois , dixit la RTS, très admirative par ailleurs de ce politicien socialiste virulent, évidemment, nous dit que dans sa nouvelle fonction il ne fera pas de politique mais sera le simple conseiller scientifique qui accompagnera et conseillera les politiques. Cela fera beaucoup de socialistes pour ces secteurs clefs des assurances sociales puisque son chef sera le conseiller fédéral Alain Berset  et qu'il sera, en plus, en lien direct avec un autre socialiste, le nouveau chef syndicaliste national Pierre-Yves Maillard.

Si "la droite" laisse faire cela,  est-ce pour pouvoir compter sur l'appui du PS et des syndicats en vue de la signature de " l'Accord institutionnel" de soumission à l'UE? Pourquoi ne pas directement passer à une République socialiste suisse?  En tout cas le socialisme est en marche en Suisse. Et comme d'habitude, l'UDC  toujours seule contre tous, bien que premier parti de Suisse, lutte fermement  pour s'opposer à l'idéologie socialiste.

D'autre part, les employés de l'Office fédéral des assurances sociales, le plus grand office de la Confédération nous rappelle aussi la RTS, n'ont qu'à bien se tenir  car un petit rappel est nécessaire pour montrer que ce même Stéphane Rossini a aussi été il y a peu un idéologue fanatique, même  partisan du Berufsverbot (interdiction professionnelle pour des raisons de non-conformité à l'idéologie socialiste) :

Ci-dessous quelques-uns de nos articles consacrés au passé récent  de cet idéologue socialiste qui se dit simple  "accompagnateur" et "conseiller scientifique" pour les parlementaires fédéraux:

Elections cantonales valaisannes 5 et 19 mars 2017. Petit rappel historique concernant Stéphane Rossini, candidat au gouvernement valaisan (et partisan du Berufsverbot!).

Uli Windisch

Rédacteur en chef

15.3.2017. Rediffusion actualisée. Quand les socialistes s’accusent eux-mêmes de prise d’otages, de mensonges, de déni de légitimité, d’incompétence et de manque de démocratie…
NDLR. Un gouvernement de gauche même en Valais après les élections cantonales de 2017?
Les socialistes valaisans putschistes et adeptes de Berufsverbot ( en l’occurrence Stéphane Rossini ) semblent prêts à tout pour arriver au gouvernement, quitte à éliminer d’une manière ou d’une autre leur collègue socialiste, Esther Waeber Kalbermatten, actuelle membre du gouvernement et désireuse de se représenter. Le candidat PDC déclaré Cristophe Darbellay, bien que co-auteur avec les socialistes notamment du putsch qui a éliminé Christoh Blocher du Conseil fédéral, avec sa haine de l’UDC, sa réputation de girouette, et père récemment d’un enfant hors mariage, bien que grand défenseur de la famille, enfant annoncé aux médias comme « grave erreur » (qu’en pensera cet enfant une fois susceptible de comprendre?), sera sans doute et malgré tout quand même élu au gouvernement valaisan en 2017. Il suffirait donc que le futur membre du parti majoritaire du Haut-Valais soit teinté à gauche, ce qui ne semble pas exclu, pour que la majorité puisse passer à gauche, même ponctuellement et sur certains thèmes. Cette nouvelle majorité pourrait, en plus, et contre les règles établies, vouloir ravir le Département de l’instruction et de la sécurité à l’UDC Oskar Freysinger.
Pour éviter un tel bouleversement idéologique du gouvernement valaisan, il faut espérer qu’en cas de nécessité, l’UDC valaisanne présentera deux candidats à ces élections au gouvernement. Car un tel changement entraînerait des conséquences en matière d’ « avancées » sociétales dont la très grande majorité des Valaisans ne veulent certainement pas.

 

Quand les socialistes s’accusent eux-mêmes de prise d’otages, de mensonges, de déni de légitimité, d’incompétence et de manque de démocratie…

Ces accusation proviennent de Stéphane Rossini, socialiste valaisan, ex-Conseiller national et même premier citoyen du pays comme récent président de ce même Conseil national, Chambre basse du Parlement fédéral suisse.

Pourquoi ces accusations? Sans doute par  ce que de retour au pays natal, le Valais, il n’a pas été retenu comme candidat au Gouvernement valaisan pour les élections de l’automne 2016.

Il est piquant de relever ces graves accusations contre l’actuelle membre socialiste du Gouvernement valaisan qui est donc la première femme élue à ce gouvernement dans l’histoire politique valaisanne.

A ce propos, on peut se souvenir qu’en tant que grand démocrate et adepte de la liberté d’expression, il avait aussi demandé que des sanctions (voire l’exclusion) contre  moi-même (Uli Windisch) comme professeur  de l’Université de Genève soient prises par l’Université et le Gouvernement genevois, cela parce que j'avais critiqué les socialistes et montré  à quoi pouvait parfois mener le socialisme  dans l’histoire.

La manœuvre, appuyée  même par le président du parti socialiste suisse, avait lamentablement échoué et l’Université qui avait créé une Commission ad hoc pour analyser mon écrit n’en était pas nécessairement ressortie grandie, étant donné que pour une fois j'avais obtenu un large soutien médiatique et politique (voir à ce sujet mon livre consacré à cette période très pénible et angoissante et qui a duré des mois : L’Affaire UW, Un révélateur politique et médiatique, Ed L’Age d’^Homme, 2010, 260 p.).

Je rappelais aussi dans l’ouvrage susmentionné que lorsque le même  Stéphane Rossini avait été proposé pour une charge de cours en politique sociale dans la Faculté  même où j’enseignais je ne m’étais pas opposé à sa nomination.

Je continuerai constamment de rappeler ces façons d’agir de certains socialistes qui se veulent toujours exemplaire mais capables des pires pratiques politiques et autres formes de Berufsverbot.

I. Le communiqué de Stéphane Rossini, 23 juin 2016 :

"Stéphane Rossini CP320, 1997 Haute-Nendaz / Tél. 079-628’88’17 / www.stephanerossini.ch / stephane.rossini@bluewin.ch Le 23 juin 2016 Communiqué de presse

Election au Conseil d’Etat VS 2017

Le putsch du SPO est un affront pour le Valais romand Conformément à toutes mes déclarations relatives à l’élection au Conseil d’Etat valaisan de mars 2017, puisque la Conseillère d’Etat Esther Waeber-Kalbermatten se représente pour une troisième législature, malgré qu’elle sera rentière AVS dès le 24 septembre prochain (ce qui n’est pas sans signification politique pour une élue PS !), je suis contraint, dans le contexte actuel et à moins d’éléments nouveaux, de renoncer à une candidature.

Ces derniers mois, j’ai reçu de très nombreux appels à faire acte de candidature de la part de citoyen.ne.s valaisan.ne.s de tous bords, insatisfaits de la faiblesse de l’actuel Gouvernement et désireux de changement. Néanmoins, les conditions politiques adéquates pour une candidature n’étant pas réunies à l’interne du Parti socialiste valaisan, le Valais romand étant pris en otage par l’arrogance coutumière du haut, il n’est pas judicieux d’entrer dans la ronde électorale.

Dans ce contexte, j’entends dénoncer l’attitude du PS haut-valaisan (SPO) et de Mme Esther WaeberKalbermatten à l’égard du PS Valais romand, de son bureau exécutif et de son Président Gaël Bourgeois dans le processus de préparation de cette échéance électorale. Tant sur le fond que sur la forme, leur décision a relevé d’abord de l’épreuve de force, puis du fait accompli, tout dialogue ayant été refusé. La candidature de la Conseillère d’Etat sortante se limite ainsi à une posture de défense des intérêts du Haut-Valais, au mépris de ceux du Parti socialiste et de son avenir. Les mensonges de leur communication confirment cette posture. Car, le siège de la Gauche peut parfaitement être assuré par un.e candidat.e du Valais romand, à condition que le PS du Haut collabore et s’engage... Mais, en a-t-il seulement les moyens ?

Cette décision unilatérale sonne comme un déni de légitimité du Valais romand à revendiquer le siège de gauche au Conseil d’Etat, après 20 ans d’hégémonie haut-valaisanne, alors même que le SPO représente moins de 1/5ème de l’électorat socialiste. Sans bonne intelligence entre les deux parties du canton, on s’empêche une dynamique de (re)mobilisation susceptible de mettre fin à l’érosion de l’électorat de gauche exprimée lors des dernières élections fédérales.

Et puis, on ne saurait passer sous silence le faite que la présence socialiste au Conseil d’Etat génère des insatisfactions notables : –48 millions de subventions LAMal en 2014-15, économies sur le dos des plus faibles dans l’aide sociale, opposition à la caisse publique, échec des PC Familles, aucune voix divergente dans les affaires, échec du dossier électronique du patient, fort mécontentement de nombreux acteurs institutionnels de la santé et du social, exacerbation du régionalisme … Faut-il y être pour ça ?

Avec conviction, plaisir et engagement, j’ai eu la chance de servir notre démocratie durant 22 ans, 6 au Grand-Conseil VS, 16 au Conseil national, et mon parti durant plus de 30 ans avec loyauté, assumant des responsabilités aux niveaux communal, régional, cantonal et fédéral. J’en profite pour remercier toutes celles et tous ceux qui m’ont témoigné leur confiance au cours de ces années. Disponible aussi sur : www.stephanerossini.ch "

 

II. Rediffusion d’un article consacré à ce grand démocrate et défenseur des libertés  lors de son accession à la fonction susmentionnée de président du Conseil National, élu le 24 novembre 2014

Rossini Stéphane : futur premier citoyen de Suisse (et toujours partisan du Berufsverbot et de la police de la pensée?)

Uli Windisch

Rédacteur en chef, LesObervateurs.ch

Crédit photo : Un chasseur de quoi et de qui ? / Article publié le 14.11.2014

RossiniSurTraceChasseurs

Le journal Le Matin Dimanche du 9 novembre 2014 consacrait une pleine page au conseiller national socialiste Stéphane Rossini à la veille de son accession au « perchoir » du Conseil national  (Chambre basse du Parlement suisse), accession qui n’est pas due à la qualité des personnes mais simplement à la coutume du « tournus » entre partis politiques pour ce poste de Président du Parlement suisse.

La journaliste, de connivence pour utiliser un euphémisme, fait l’apologie du politicien et idéologue de gauche jusque dans les moindres facettes du personnage. Il faut bien adoucir, pour l’occasion, un profil trop frénétique idéologiquement. Les aspérités sont gommées les une après les autres, l’homme devient un humble citoyen d’origine modeste, « timide » même, et qui, au luxe des grands hôtels, préfère « un petit hôtel » et aime manger dans un  « petit » restaurant  seul et en silence  « la meilleure pizza quatre saisons du monde ». N’en jetez plus. Bref la perfection faite homme.

Il ne serait plus un idéologue forcené : « Le rugueux a appris la douceur et le consensus, mais sans devenir lisse ». N’est-ce pas merveilleux ? Il est prêt à devenir ce premier citoyen du pays qui va sillonner le pays en se faisant applaudir à qui mieux mieux, de ville en ville et de vallées en vallées, et bien sûr là où l’on est fier de l’enfant du pays quel que soit son passé.

Mon intention n’est pas de gâcher la fête mais juste de rappeler que derrière cette « douceur  et ce consensus » se cache aussi des aspects du personnage qui relèvent du Berusfsverbot et de la police de la pensée. Eh oui ! Je me dois de le rappeler car il a failli avoir ma peau à l’Université de Genève pour une critique que j’avais faite du socialisme, en fait de l’ex  ministre socialiste allemand Steinbrück qui pensait qu’il suffisait de menacer de la cavalerie la Suisse à propos de notre secret bancaire. Mais, et c’est ce que l’on savait moins, ce ministre a également traité les Suisses de criminels à cause de ce même secret bancaire. C’est sur ce dernier point que j’avais réagi en signalant qu’en matière de criminalité, de criminalité  de masse même, l’Allemagne n’avait pas de leçon à nous donner. J’en avais rajouté un peu en rappelant que tout le monde savait que du socialisme au totalitarisme il n’y avait eu à plusieurs reprise qu’un pas. C’en était trop. S. Rossini s’était sans doute senti visé, alors qu’il n’ était nullement question de lui. Il avait, comme le président du Parti socialiste suisse  l’avait fait juste avant lui, réagi avec une rare violence et ajouté, parmi tant d’autres violences verbales, que Uli Windisch était « indigne de sa fonction et de ses responsabilités académiques ». C’est clair, non ? Cela ne rappelle-t-il pas le Berufsverbot, voire les pratiques de certaines polices politiques ? Ces deux dirigeants socialistes avaient même obtenu que l’Université fasse une enquête et décide de ce qu’il devait advenir de moi, puisque j’étais subitement devenu indigne de ma fonction. Du moins pour eux deux.

Ce furent plusieurs mois particulièrement difficiles ! Mais j’ai donc survécu et garder ma fonction.

Il faut aussi rappeler  que S. Rossini, visiblement un habitué du genre, avait déjà intrigué contre Oskar Freysinger, alors enseignant, afin de l’évincer de sa fonction ( voir à ce sujet le Forum internet  du Nouvelliste du 22.05.09).

Je peux aussi rappeler que S. Rossini a été chargé de cours dans le même département que moi à l’Université de Genève ( authentique !) mais que je ne me suis ni opposé à sa nomination ni à son renouvellement.

Pour ceux qui voudraient connaître en détail cette affaire, qui est devenue un vrai feuilleton politique et médiatique en 2009 et qui a duré plusieurs mois, avant que mon Université se contente de me réprimander quelque peu. Il fallait bien ce minimum pour ces consanguins politiques.

J’avais trouvé tellement scandaleux cet acharnement politique sur ma personne, ce n’était d’ailleurs pas le premier, qu’avec le soutien d’un nombre impressionnant de personnes, certaines même de gauche, j’ai trouvé l’énergie de décrire le processus de cette chasse aux sorcières en écrivant un livre sur le sujet, dans lequel je raconte en détails  la nature et l’impact de cette affaire: L’Affaire UW, Un révélateur politique et médiatique, Ed l’Age d’Homme, Lausanne, 2010, 272 pages (info@agedhomme.com): cela pour les lecteurs qui voudraient plus de détails sur l’affaire. L’Age d’Homme à Paris : 5 rue Férou,75006.

Ce petit rappel, de « l’autre » S. Rossini, qui n’est donc pas que « douceur et consensus », parce que cette affaire de maccarthysme de gauche n’est pas antédiluvienne ; elle ne remonte qu’à 2009. Ce n’est pas qu’une  « vieille histoire ».

Ce « tournus politique suisse » permet donc lui aussi de surprenants recyclages, une forme  de blanchiment politique ? Avec, en plus, une euphorie et un soutien enthousiastes des médias.

Il est vrai que même d’ardents communistes se sont tout simplement transformés et recyclés en Partis politiques « Démocrates » une fois le mur abattu en 1989, mur derrière lequel il y a eu  tant de morts. Ces « démocrates » n’ont guère été inquiétés

Il y aura peut-être un autre moment politique cocasse pour Stéphane Rossini, s'il est comme on le dit candidat aux prochaines élections gouvernementales valaisannes. S'il est élu, il devra en principe s'asseoir quotidiennement à côté d' Oskar Freysinger qu'il a tant aimé!

Uli Windisch, 14 novembre 2014

Un commentaire

  1. Posté par G. Vuilliomenet le

    Une analogie peut être faite entre la pourriture de gauche et la moisissure. Si on ne l’éradique pas, elle va s’étendre jusqu’à tuer le corps, social dans le cas de la société humaine.
    Le socialisme se révèle être une terrible maladie mentale voire psychiatrique.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.