14 juin : féminisme de façade pour un agenda marxiste

Cenator : Les manifs écologistes ou féministes sont orchestrées dans le but exclusif de sauver la gauche.

Lors des manifestations écologistes pour sauver la planète qui serait en danger de mort, les slogans anticapitalistes pullulent.

Il en va de même pour la grève mondiale des femmes, comme en atteste l’interview, au TJ de 19h30, de Aude Spang (visage poupon, cheveux teints en blond), membre du collectif pour la grève mondiale des femmes.

Cette interview est précédée par une scène hallucinante. De jeunes étudiantes de l’université de Neuchâtel fabriquent et dessinent des vulves, car « généralement, partout, on voit des pénis dessinés, alors que des vulves on n’en voit pas du tout ».
Singer au féminin le pire machisme... voilà ce qui s’appellerait la libération de la femme et le progrès !

Il y a une constante flagrante que nous retrouvons dans ces différentes hystéries collectives à la mode qui balayent le monde occidental, c'est l’idéologie du marxisme culturel.

Le reportage nous apprend que toutes les femmes sont appelées à se teindre le pouce en rouge. Ce genre de gadget fédérateur rappelle furieusement les recommandations pour la fabrication de révolutions de couleur, à savoir de trouver un signe externe qui donne un sentiment d’appartenance, un drapeau. Mais tout, absolument tout dans ces manifestations « mondiales », que ce soit pour sauver la planète ou pour le féminisme, ressemble à l’appel à une révolution de couleur subversive de type marxiste.

 

Aude Spang explique aux téléspectateurs, sans aucun complexe,  que la grève veut rassembler tout le monde et en même temps que la grève des femmes est anticapitaliste.
« La grève est contre le système capitaliste patriarcal qui nous oppresse tous. » La grève veut rassembler tout le monde, mais c’est une grève qui est contre le système « patriarcal et capitaliste » !

Par ailleurs, la grève est réservée aux femmes, y compris les transgenres et les « non binaires ». Les hommes sont les bienvenus, mais on leur demande de rester pour une fois en arrière des cortèges et de ne pas répondre aux questions des journalistes.

 

La planète, le patriarcat ont bon dos. Le fascisme vert et le fascisme féministe sont juste les différentes facettes du même fascisme déconstructionniste du marxisme culturel. Ce sont des prétextes que la gauche utilise pour liquider notre civilisation et pour l’avènement de son utopie : la domination mondiale de la gauche.

En fait, s’il y a un recul de l’émancipation des femmes dans nos sociétés multiculturalistes, cela provient exclusivement des populations importées par la gauche, issues de sociétés où la femme ne vaut guère plus qu’un animal. Mais là, il n’y aura personne pour relever cette vérité criante, personne pour crier en face des foules manipulées que le roi est nu !

 

Source : RTS, TJ de 19h30, 13 juin 2019 :

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/jour-j-1-de-la-greve-des-femmes--immersion-dans-deux-comites-neuchatelois-en-pleine-ebullition-?id=10505613

https://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/aude-spang-les-femmes-hommes-solidaires-personnes-transgenres-et-non-binaires-sont-bienvenus-?id=10505615

6 commentaires

  1. Posté par Antoine le

    Qui tire les ficelles en sous-marin ?
     » … ressemble à l’appel à une révolution de couleur subversive de type marxiste. »

  2. Posté par Régis Gérard le

    Cette manifestation, entièrement noyauté par la gauche, a des relents de menstrues, de lutte pour l’avortement, pour le transgenre. Parmi les revendications légitimes, un bon 50% des panneaux sont du style : « bois mes règles »; « viva la vulva »; « ras-le-pussy » (y.c. la faute); « mon corps mes choix »; different gender some value »; etc.
    Les femmes sont aussi bêtes que les hommes, elles ne voient pas qu’elles sont complètement instrumentalisées par des forces qui non seulement les dépassent, mais qui les dominent, peut-être encore plus que le « patriarcat » capitaliste qu’elles font semblant de dénoncer. Le jour où elles auront vraiment quelque chose de pertinent à dire, quelque chose qui fait mal, nul doute que les médias seront les grands absents. Après tout, un salaire équitable, tout le monde est d’accord avec ça. Mais qui soutient les avancées des questions monétaires, qui seules permettraient par exemple de poser le financement du travail domestique (qui représente 60%) des heures travaillées en Suisse, alors qu’on voit que l’initiative « Monnaie pleine » a été rejetée à 76%, de plus en trafiquant les résultats dans certains cantons comme Genève. Si les femmes avaient eu conscience de ce que cette initiative représentait, elles auraient pu voter oui. Gageons que la future initiative sur la microtaxe, qui sera déposée prochainement, subira le même sort, tout cela parce que « l’économie » comme le dit le CF, c’est-à-dire le patriarcat capitaliste, n’est ps d’accord avec.
    Oui, les femmes sont aussi stupides que les hommes.

  3. Posté par Beni Ill le

    Oui, Cenator, et d’où vient le Marxisme Culturel ? Défini et propagé par qui ? Indice : ni des chrétiens, ni des « muzz » !
    Silence… (ou censure.)

  4. Posté par Antoine le

    Avant de tuer le capitalisme, faisons une simulation de la mort de celui-ci !
    – Plus d’investissement en bourse, plus de rentes !
    – Plus d’investissement dans l’immobilier, retour dans les cahutes ou les grottes
    – Plus de capital pour les investissements recherche et développement, plus d’industrie, plus de commerce, plus d’échanges avec l’étranger
    La misère va régner partout, ainsi que le chômage …
    Pourquoi veut-elle scier la branche sur laquelle elle est assise ?

  5. Posté par Dominique Schwander le

    Ces vertes et ces verts sont des pastèques: verts dehors et rouges dedans. Ne nous laissons pas manipuler par eux comme si nous étions des gamins sans expérience et qui ne font pas d’efforts pour analyser la situation et les corrélations.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.