Qui a financé le OUI à la directive UE sur les armes ?

 Michel Piccand, 21.5.2019

 

Qui a financé le OUI à la directive UE sur les armes ?

 

A voir sur les réseaux sociaux la très forte mobilisation citoyenne contre la directive européenne on aurait sans peine parié que les opposants allaient l’emporter, ce n’est pas le cas, 64 % des Suisses ont plébiscité le texte européen. C’est à se perdre en conjectures, tant d’énergies et de citoyens mobilisés pour arriver à un résultat si contraire, comment l’expliquer ?

Toutes les dernières votations qui ont mis en jeu nos relations avec l’UE ont des points communs, elles se suivent et se ressemblent. Lorsqu’on analyse l’opinion de la rue et des réseaux sociaux on perçoit tout un peuple qui s’oppose, et pourtant au final le résultat des urnes montre autre chose. Tel a déjà été le cas avec le vote sur les juges étrangers qui a été perdu par 66 % des voix. À chaque fois un tiers des Suisses lutte avec volonté mais c’est les deux autres tiers passifs et trompés qui l’emportent.

Lorsqu’un problème se répète le bon sens recommande d’en identifier les caractéristiques. Et les deux dernières votations ont précisément montré des caractéristiques semblables : un Conseil fédéral et des autorités politiques qui mentent, des moyens matériels et financiers considérables mis à leur disposition et bien supérieurs à ceux dont disposent les citoyens.

Dans le vote sur les juges étrangers le Conseil fédéral a menti, dans le vote d’aujourd’hui aussi, en affirmant que Schengen-Dublin assure notre sécurité et que nous ne pourrions pas nous en passer. Un recours avait été déposé au Tribunal fédéral pour cause de mensonges dans la campagne sur les juges étrangers, il demandait que le scrutin soit annulé. Les juges n’ont même pas examiné les abus du Conseil fédéral, et même s’ils ont reconnu que le parti socialiste et Amnesty avaient délibérément menti et trompé le peuple, les juges ont refusé de manière arbitraire d’examiner les mensonges de l’Exécutif fédéral. La conséquence est aujourd’hui dramatique, une impunité au mensonge est de fait reconnue et tolérée pour le Conseil fédéral. L’affaire est si grave que nous y reviendrons.

Ce qu’il faut ici comprendre c’est que tant que le Conseil fédéral jouira d’une telle impunité lorsqu’il ment nous obtiendrons les mêmes échecs que dans la votation de ce jour. De même tant que les partis politiques et des associations comme Amnesty pourront mentir en toute impunité durant les campagnes nous n’aurons aucune chance d’inverser le problème actuel. D’autant plus lorsque ceux qui trompent le peuple disposent de moyens financiers et étatiques considérables ou sont financés par l’étranger.

Nous ne sommes plus face à un problème particulier qui ne concernerait que le scrutin du jour, nous sommes désormais face à un problème général de « structure ». Un problème de structure qui se caractérise maintenant par un droit des autorités politiques à mentir et en utilisant pour ce faire les moyens gigantesques de l’Etat et de la radio-télévision publique.

Tant que ce problème de structure ne sera pas dénoncé et démantelé le sort des scrutins qui suivront parait littéralement scellé. Toute campagne de vote s’opposant à l’UE sera dans la plupart des cas une perte d’argent et d’énergie.

Ces problèmes de structures se manifestent sous plusieurs aspects, en est un le problème posé ce jour par le financement pour ainsi dire occulte qui a soutenu le Comité du « Oui à la loi sur les armes et à Schengen/Dublin ».

Durant la campagne sur la directive beaucoup se sont étonnés de voir leurs boîtes aux lettres inondées massivement par un journal de propagande nommé l’Essentiel qui militait en faveur de la reprise du droit européen. Ce journal était lié à un site internet nommé securite-oui.ch dirigé par un Comité constitué de 48 conseillers nationaux PLR, PDC et Verts libéraux et de 11 conseillers d’Etat (gouvernement cantonal) des mêmes partis. Beaucoup se sont demandé d’où venait une telle quantité d’argent.

La réponse est en partie connue, la voici, et elle est problématique.

 

- Le site internet à la base de la campagne oui-securite.ch a été financé par Economiesuisse, l’association faitière des entreprises suisses.

- Economiesuisse reçoit des financements de ses membres, à tout le moins des cotisations de membres dont on ignore tout des montants qui ne sont pas rendus publics, Economiesuisse est une association privée.

- Parmi les membres qui financent Economiesuisse on trouve des multinationales étrangères (ce qui pose le problème du financement de campagnes politiques par des entreprises étrangères) mais on trouve également parmi ses membres des organismes étatiques ou semi-étatiques comme la Direction économique du Canton de Zürich, l’Union suisse des Banques cantonales ou Swisscom. On rappelle que Swisscom c’est une capitalisation de 24 milliards dont 51,2 % appartiennent au peuple suisse, et que si c’est une entreprise légalement privée qui a été privatisée elle doit cependant rester sous contrôle et agir dans les intérêts du peuple suisse, et que dans ce sens toute intervention partisane ou financement d’une campagne politique lui est interdit. Pourtant Swisscom est membre d’Economiesuisse qui est un lobbyiste majeur.

- On trouve parmi les membres d’Economiesuisse les 20 chambres de commerce de notre pays, dont la plupart reçoivent des financements d’entités étatiques ou semi-étatiques, telle la Chambre de commerce du canton de Fribourg qui reçoit de l’argent public au travers de cotisations de la Banque cantonale ou au travers d’un sponsoring par l’Etablissement cantonal d’assurance incendie ECAB. Et pourtant, la Chambre de commerce fribourgeoise est membre d’Economiesuisse et la finance au moins par le biais de cotisations.

De même la Chambre de commerce et d’industrie du canton de Genève CCIG qui reçoit des dons d’entreprises publiques, comme des services industriels genevois SIG, ou d’entreprises semi-publiques comme les Ports Francs. La CCIG se livrant elle-même à du sponsoring, la chambre étant à la fois sponsorisée par les SIG et par la Banque cantonale et devenant à son tour sponsor, et peut-être par hypothèse sponsor d’Economiesuisse, une telle configuration et de tels circuits d’argent laissent largement la place à du financement indirect de campagnes politiques par des deniers publics. D’autant que la CCIG est un organisme clairement pro-UE et a pris position en faveur du oui à la directive européenne sur les armes et qu’elle ne se prive pas de faire de la politique de manière intense comme un lobbyiste.

 

 

 

 

 

 

Une partie du peuple suisse se demande souvent comment il perd les votations. Il en aura en

partie une réponse ici.

Le schéma genevois est ce jour dénoncé à la Cour des comptes du canton de Genève afin qu’elle se penche sur sa légalité, plus précisément sur la question de savoir si la CCIG qui se comporte comme un lobbyiste et est membre de cet autre lobbyiste qu’est Economiesuisse, peut recevoir de l’argent public et être financée par des entreprises étatiques comme les SIG et la Banque cantonale.

Dans toutes les entités considérées, chambres de commerces, banques cantonales, entreprises publiques ou sociétés semi-étatiques on retrouve presque systématiquement des politiciens ou d’anciens politiciens du PLR et du PDC à leurs directions. Et bien qu’on ne puisse évidemment rien affirmer ici de manière catégorique, pour cela il faudrait avoir les moyens d’investiguer chaque compte et chaque flux d’argent de ces entités et associations, il faudrait cependant être naïf pour ne pas voir qu’indépendamment des montants en jeu, les acteurs sont suffisamment nombreux (20 chambres de commerce) pour créer des ruissèlements d’argent public en faveur d’entités qui ont une influence prédominante en matière politique et qui jouent des rôles de lobbies. Voilà un problème urgent de notre démocratie.

Tant que le peuple n’interdira pas de telles situations il ne doit se faire aucune illusion sur le sort de sa souveraineté. Dans notre démocratie actuelle celui qui gagne n’est pas celui qui dit la vérité, c’est celui qui a le plus de moyens financiers ou étatiques à disposition, et à cette aune le peuple est ici totalement dominé.

Au regard de cette situation on se demande comment il se fait qu’elle soit encore possible. Le droit de mentir du Conseil fédéral doit être immédiatement éradiqué. Toute association hors parti politique, tout lobby qui reçoit des subventions ou des financements publics directs ou indirects de l’Etat ou de sociétés paraétatiques doit être exclu du débat politique. Il ne doit pas être possible de drainer de l’argent public pour financer des campagnes de votation. Les associations qui reçoivent des fonds de l’étranger ou d’entreprises en mains étrangères doivent être exclues du débat politique en Suisse, elles doivent choisir entre droit d’expression politique et financement étranger. Cette dernière situation ne concerne pas seulement Economiesuisse mais aussi les lobbyistes pro-UE comme le Nomes et le Foraus qui perçoivent des financements européens.

Cette situation doit être corrigée d’urgence avant les élections fédérales d’octobre. Il faut soutenir tous les candidats qui agiront dans ce sens, car eux-seuls seront dans le sens du peuple et de sa souveraineté. Cela exclut tous les candidats de ces partis qui abusent de nos institutions.

Tant que le peuple ne reprendra pas le contrôle de la vérité politique et le contrôle du financement politique alors il continuera comme aujourd’hui à voir sa souveraineté s’évider à chaque fois un peu plus.

 

Michel Piccand

 

20 commentaires

  1. Posté par Stan le

    Le droit de vote devrai être obligatoire, avec le vote par correspondance cela est facile et faisable en plus. Même si l’on vote « Blanc ».

  2. Posté par SD-Vintage le

    C’est super inquiétant : la démocratie devient juste une affiche.

  3. Posté par Jean-Claude le

    lisez le livre de Mathieu Bock Côté sur le politiquement correct … et cette politique dite progressiste. La liberté de parole est uniquement accordée aux grand maître de la bien pensance diversitaire, mondialiste et droit de l’homisme …

  4. Posté par J.-F. Huguelet le

    Les effets d’une séparation des pouvoirs défaillante ? Nos nouveaux maîtres, ce sont la finance et l’économie pour le profit d’un tout petit nombre. Je salue votre courage et votre abnégation… Mais sans vouloir vous décourager, c’est perdu. Je rejoins tout à fait Michel Onfray dans son analyse systémique de civilisation : sans nous résigner, nous devons nous préparer à mourir debouts comme des soldats romains !

  5. Posté par aldo le

    Excellente analyse des faits. S’il n’y avait pas trop de citoyens au-dessous de la moyenne, porteurs de plusieurs passeports et issus des mafias mondialistes auss à cause des organisation internationales, naturalisés avec des tricheries et des artifices, qui sont en tout légalité les relais dans tous le pays qui nous envahissent, même proches de nos frontières, on en serait pas là. On aurait en tout cas pas ce problème de cohérence et de légitimité des votations, ni celui de leurs falsifications. Parce que quand on analyse ce qui se passe à Genève, on sait que la griffe du PLR et de Maudet pro-européen pro-français, etc. fausse droite et fausse Suisse, touche à de nombreuses irrégularités dénoncées ces derniers temps, mises soigneusement sous le tapis par les petits chefs. Il y a encore une chose importante qui a faussé ces votations et donné beaucoup trop de poids à l’abstention découlant d’ UNE VOLONTÉ DE CASSER LA DÉMOCRATIE A COUP DE SUR-SOLLICITATIONS LIEES AUSSI AUX PROBLÈMES INDUITS JUSTEMENT PAR CEUX-LA MÊMES QUI TRICHENT, AVEC L’ARGENT DE LA CORRUPTION ÉTRANGÈRE.

    La stratégie est la même que celle adoptée par Macron, ce qui devrait plaire à son adorateur Maudet, à savoir cultiver les facteurs d’induction de l’abstentionnisme, à la fois par la culture des injustices et la non résolutions des problèmes, voir leur aggravation volontaires. On a beau entendre, « ils font ce qu’ils veulent » « république bananière »etc. le chaos organisé est aussi causé par des objets complexifiés volontairement, pour noyer les citoyens sous des avalanches de papiers indigestes pour 9/10 du corps électoral. Ce qui finit toujours par favoriser LA PRIMAUTÉ DES SLOGANS ET DE LA PROPAGANDE SUR LE RAISONNEMENT ET L’ÉTUDE DE LA RÉALITÉ. Sans compter le vote électronique toujours aux mains de ces mêmes milieux du PLR qui gravitent autour de l’aéroport, du tourisme, des entreprises, des votations etc.. Pourquoi malgré que son abandon est programmé à cause des risques, il n’est pas abandonné subitement. Même dans 50 ans le problème sera le même.

    ON VOIT DONC SE DESSINER LES CONTOURS D’UN CODE DES VOTATIONS ET ÉLECTIONS, POUR METTRE FIN A TOUT CES ABUS ET CES MENSONGES. Les associations devraient disparaître totalement du jeux politique artificiel, gonflé par des subventions étatiques propres à formater une déloyauté de principe. Il n’est pas normal que les caisses se vident au niveau communal, cantonal, fédéral, pour aller arroser et favoriser des pays tiers, parce que des élus disposent de plusieurs passeports et veulent faire de la politique internationale pour s’offrir des caisses noires propices à la corruption afin de favoriser leurs réelections. Sinon à quoi servent nos diplomates ?

  6. Posté par Damien Roch le

    Moi je ne commence pas …a me demander si l’udc est une opposition sous contrôle ,avec des investissements aux mêmes emplacements que ceux a qui ils prétendent s’opposer .

    Le taux de participation de 44% et a la votatiin précédente de 49% seraient les deux recors absolu en suisse . Il n’y a qu’a demander aux gens si il ont voté dans votre région et faire votre propre stat .IL N’Y A PAS UN SUISSE SUR DEUX QUI S’EST DÉPLACÉ!!
    La procédure d’opposition udc ressemble a « on en parle donc quelqu’un s’en occupe « .
    Rendormez vous .

  7. Posté par Dede le

    Dites.. « Je dis ça je dis rien.. » mais,
    Est ce quelqu’un à des nouvelles sur l’état (progrès/pas de progrès?) de l’enquête sur le (dys)fonctionnement(s) au(x) bureau(x) de votations?
    Non, « tout va bien »?
    En ce qui me concerne je ne suis pas très surpris. Si vous avez aimé les votations sur les armes ne manquez surtout pas celles (a venir) sur l’accord cadre puis celle de l’adhésion à l’UE! Et encore,je ne suis pas sur que la dernière sera utile puisque on est (/sera?) déjà, de facto, leur misérable COLONIE.

  8. Posté par Werner Frick le

    C’est bien vrai: deux tiers des votants sont débiles et ne comprennent rien à rien!

  9. Posté par Olivier R le

    Merci pour l’article. J’aimerais cependant réagir sur 2 points:
    – en début d’article vous évoquez l’impression ressentie sur les réseaux sociaux –> c’est simplement le résultat d’algorithmes informatiques. Si vous avez tendance à soutenir et vous informer pour un camp lors d’une campagne, les outils informatiques mettront en avant d’autres pages, articles, sites, etc. qui vont dans le même sens, d’autant plus sur les réseaux sociaux! Vous pouvez faire un test et vous verrez…
    – Vous parlez du financement de campagne par, notamment, Economiesuisse. Je ne vois pas en quoi cela pose problème… C’est une organisation privée qui représente le patronat en Suisse, normal qu’elle s’implique et s’investisse dans la défense de ses intérêts!

    Le problème de lobbyisme et de l’origine des fonds lors de campagne en Suisse n’est pas nouveau. Vous pouvez reprendre quasiment mot pour mot cet article pour expliquer le résultat d’anciennes votations perdues par la gauche qui s’insurge de savoir d’où venait l’argent de campagne… Chacun son tour :).

    J’étais moi-même opposé aux 2 objets de dimanche dernier mais voilà, je ne peux que m’incliner face aux résultats nets.
    – seul l’UDC combattait la loi sur les armes, difficile de rivaliser face à autant d’opposition politique
    – 43% de participation : plus de la moitié de la population s’en foute royalement ; comment les faire s’intéresser à la politique, surtout dans un pays où l’on peut donner son avis?
    – j’ai voté non car la proposition était mal formulée et, surtout, n’amenait aucune solution concrète ; pour se forger un avis, cela prend du temps et beaucoup de personne ne le prenne pas. Du coup tu votes selon les directives du CF, des affiches, 2-3 slogans bien populistes et voilà.

  10. Posté par Zuber le

    Merci d’ouvrir les yeux à ceux qui auraient encore des doutes sur les mensonges les lobbys les toutes puissances financières et sur le « chantage » que nous a fait le Conseil Fédéral à savoir que si nous votions non aux 2 objets fédéraux nous risquions de petdre Schengen et Dublin. De tels propos de la part du Conseil Fédéral sont totalement anti-démocratiques et faux. On voit tres bien à terme où on veut emmener le peuple suisse à terme avec l’accord-cadre à nous soumettre au diktat de l’UE. Réveillez-vous nous sommes en passe de vendre notre démocratie et donc notre souveraineté à L’UE! Nous aurons alors tout perdu. Agissons il faut faire quelque chose pour lutter contre ces mensonges, cette puissance financière, ces lobbys! Si les citoyens ne bougent pas maintenant alors nous subirons le même sort que la Grèce, l’Italie, le Portugal, l’Espagne et la France. SVP il faut absolument AGIR il y a réellement URGENCE!

  11. Posté par Jean Della le

    Merci Monsieur Piccand pour cet article de fond.

  12. Posté par Christian le

    Mauvais perdant ?!

  13. Posté par Facchin le

    Moi,si Berne di oui moi je di no. Tout simple.

  14. Posté par Jean-Francois Morf le

    Je ne me rappelle pas avoir lu, en MAJUSCULE sur les tout ménages NON, que le conseille fédéral nous ment. C’est pourtant important comme argument massue. Si j’ai voté non, c’est parce que le texte de loi était écrit complètement débile, comme tout ce qui vient d’Europe. Ce qui se conçoit mal s’énonce difficilement, et les mots pour le dire arrivent en Suisse-Allemand…

  15. Posté par Michel Vasionchi le

    La guerre doit être engagée contre les réseaux lobbyistes étrangers visibles et invisibles , car l’expression libre de la démocratie , ce n’est certainement pas capituler devant les gnomes de la nébuleuse de l’UE et leurs représentants locaux………….

  16. Posté par Témoin No1 le

    D’autre part, il y a eu une très forte activité des gardes frontière pendant dix jours avant le vote, et depuis retour à la normale. coincidence?

  17. Posté par Jean Christophe le

    Si on reconnait que dans nos « vieilles démocraties » le financement politique a été confisqué de longue date par certains partis alors ça expliquerait comme en Autriche que les nationalistes soient tentés d’aller chercher l’argent ailleurs, en Russie par exemple.
    Souhaitons qu’en Suisse on n’en arrive pas là. Vous avez parfaitement raison de poser ce problème avant que ça n’arrive chez nous. Merci à votre journal.

  18. Posté par jules bonibert le

    oui, tout est verrouillé au niveau votations, il faut corriger le problème dénoncé dans cet édito mais aussi s’attaquer au problème de l’abstention massive, ce n’est plus possible de continuer ainsi. Un regard également sur la fraude qui semble s’être bien installée. Bref ! beaucoup de travail en perspective mais qui dans ce pays a la volonté de se retrousser les manches et de prendre tous ces problèmes à bras le corps ?

  19. Posté par combattant le

    C’EST CE QUI S’APPELLE FAUSSE DEMOCRATIE,FAUSSE NEUTRALITE,FAUSSES LIBERTES,et oui nos élites de bienpensance sont les ROIS de la destruction de nos valeurs et de nos droits Démocratiques,étant dorénavant reservé à sa supression !Nous vivons actuellement dans une socièté DIVISEE, MALMENEE,MORTIFERE sans avenir pour nos enfants et petits enfants.Une Honte pour ces Humains se prétendant intelligents,à en bien regarder je suis persuadé et le reste ! que nos Animaux font BEAUCOUP mais alors BEAUCOUP MIEUX !et ce n’est pas Madame Brigitte Bardot qui à ici toute mon admiration qui va prétendre le contraire,c’est marrant on prétend que ceux qui aime les Animaux aime les humains,ça du mal à passer actuellement dans le BOURBIER cette socièté DECADENTE cela par la faute uniquement de certains du type FANTÔMAS qui disait, je serais bientôt le maître du Monde,c’est du film,mais bien souvent il rejoignent l’actualité de ce Monde d’aujourd’hui en pleine FRACTURE.

  20. Posté par Antoine le

    Merci M. Piccand pour ces informations !
     »un Conseil fédéral et des autorités politiques qui MENTENT ».
     »Dans le vote sur les juges étrangers le Conseil fédéral a MENTI, dans le vote d’aujourd’hui aussi ».
     »Les juges n’ont même pas examiné les abus du Conseil fédéral, et même s’ils ont reconnu que le parti socialiste et Amnesty avaient délibérément MENTI et trompé le peuple, les juges ont refusé de manière arbitraire d’examiner les mensonges de l’Exécutif fédéral »
    Cela rejoint mon analyser sur les MENSONGES !
    https://lesobservateurs.ch/2019/04/09/nos-lecteurs-les-mensonges-de-notre-monde-xxieme-siecle/
    Les mensonges sur la armes :
    https://lesobservateurs.ch/2019/04/09/lois-sur-les-armes-de-lue-trois-mensonges-a-propos-de-schengen/
    Nous n’avons plus AUCUNE confiance dans nos politiciens et institutions !
    Nous soutenons tous les vrais politiciens intègres et honnêtes !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.