Sans nouvelles d’Igor – Bagdad 2003, de Hélène Richard-Favre

Francis Richard
Resp. Ressources humaines

Grande nouvelle ou court roman? Peu importe. Sans nouvelles d'Igor - Bagdad 2003 est - c'est l'essentiel - l'histoire d'une belle et brève rencontre entre un homme et une femme, au cours de laquelle ils se livrent.

Zora est journaliste, de père américain et de mère irakienne. Elle vit à Los Angeles. A la demande de son journal, elle part précipitamment pour l'Irak afin de réaliser un reportage aussi personnel qu'objectif.

Zora raconte, dans ce livre, la soirée particulière qu'elle passe à Bagdad, le 25 mars 2003. Cinq jours plus tôt, la Guerre d'Irak ou Seconde Guerre du Golfe a commencé, pour renverser Saddam Hussein.

Zora se trouve dans un hôtel où résident la plupart des journalistes. Elle y rencontre Ennio qui l'a invitée à dîner. Ingénieur, celui-ci est mariée à une femme qui est, comme elle, de mère irakienne.

La narratrice cite le carnet orangé qu'Ennio tient dans ses mains et le livre qu'elle tient dans les siennes et qui se trouve être, concours de circonstances, l'oeuvre d'Emilie à qui Ennio a donné son patronyme.

Ennio ne le lui a pas donné parce qu'il l'a épousée mais parce qu'ils se sont échangé leurs passeports... D'ailleurs, il ne s'appelle pas Ennio, mais Igor. L'Igor dont Zora sera sans nouvelles à l'issue de cette soirée.

Dans son livre, Emilie, contrainte à l'exil, parle beaucoup d'Igor qui a choisi l'exil et le présente comme un grand lecteur qui aurait été bon professeur, mais qui, pour différentes raisons, s'est dirigé vers l'industrie...

Ce que dit Emilie de l'homme qui a invité Zora à dîner ne laisse pas de troubler celle-ci, qui se demande ce qu'elle va pouvoir rapporter de cette guerre et médite sur le rapport entre douleur personnelle et collective.

Zora se le demande d'autant plus qu'Igor, tout en lui faisant des confidences intimes, lui révèle ses doutes existentiels et lui avoue que c'est lui-même qu'il rencontre auprès d'elle, tant et si bien qu'elle est séduite par lui...

Zora devra cependant se souvenir de ce que lui a dit Igor au début de leur rencontre:

J'ai appris à mentir. "Pour être protégée, la vérité a besoin de beaucoup de mensonges". Du jour où j'ai entendu cette phrase, j'ai été convaincu d'avoir bien agi en évitant de trop me révéler.

 

Francis Richard

 

Publication commune lesobservateurs.ch et Le blog de Francis Richard

 

Sans nouvelles d'Igor - Bagdad 2003, Hélène Richard-Favre, 104 pages, Urss.ru (bilingue français-russe)

 

Livres précédents:

Nouvelles de nulle part (2013)

Nouvelles sans fin (2016)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.