Le gouvernement de gauche de Bâle-Ville se moque de l’Etat de droit

UDC - Communiqué de presse, 18 avril 2019

La bien-pensance arrogante de la gauche se moque de l’Etat de droit : la majorité socialo-écologiste, qui compose le gouvernement de Bâle-Ville, refuse d’expulser un requérant d’asile afghan alors qu’un jugement du Tribunal administratif fédéral l’exige.

La manière dont la majorité socialo-écologiste du gouvernement du canton de Bâle-Ville se comporte dans l’affaire d’un requérant d’asile afghan débouté par la justice est un authentique scandale : l’exécutif bâlois viole le droit fédéral, ignore un jugement du Tribunal administratif fédéral et impose ses propres règles. On ne fait pas mieux dans le genre république bananière.

Il s’agit concrètement d’un Afghan qui, comme rapporté par le quotidien bâlois « Basler Zeitung », a déposé une demande d’asile en Suisse après avoir essuyé un refus de la part des autorités autrichiennes. Il a prétendu être mineur alors que l’autorité de migration autrichienne l’avait déjà enregistré comme majeur. Une analyse des os de la main effectuée en Suisse est également arrivée à la conclusion que cette personne est majeure. Le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) a refusé sa demande d’asile et ordonné son renvoi en Autriche conformément aux dispositions de l’accord de Dublin sur le pays du premier accueil. Le Tribunal administratif fédéral a confirmé cette décision.

La Confédération doit intervenir à Bâle
Manifestement la majorité socialo-écologiste, qui contrôle le gouvernement cantonal de Bâle-Ville, ignore les principes et les procédures de l’Etat de droit. Elle se moque du droit d’asile en vigueur et des jugements de tribunaux, préférant suivre une pétition sans aucun effet contraignant du Grand Conseil bâlois pour refuser l’expulsion de cet Afghan. Face à un comportement aussi scandaleux et irrespectueux du droit d’un gouvernement cantonal, ce ne sera plus qu’une question de temps pour que l’on assiste également dans le domaine de l’environnement à des décisions aussi autoritaires pour imposer en parfaite illégalité des « mesures d’urgence de protection du climat » comme le souhaitent les tenants de l’hystérie climatique actuelle.

L’UDC invite la Confédération à ne pas tolérer cette action solitaire de l’exécutif bâlois et de contraindre celui-ci, en recourant aux moyens constitutionnels dont elle dispose, à exécuter la décision de renvoi de cet Afghan. Ce serait également un signal fort donné à des cantons comme ceux de Neuchâtel, de Vaud et de Genève qui depuis plusieurs années déjà refusent d’exécuter des renvois sous le couvert d’une prétendue compétence humanitaire.

3 commentaires

  1. Posté par JeanDa le

    Je propose de mettre en pratique la « méthode Trump pour les villes-sanctuaires » car effectivement Bâle-Ville est devenue une ville-sanctuaire.
    Cette méthode consiste à y envoyer tous les demandeurs d’asile déboutés. Charge à eux de les héberger, financer, soigner, éduquer, etc …
    Peut-être qu’ainsi, un jour, les citoyens de ces villes cesseront de voter pour la gauche …

  2. Posté par Anna le

    Quand ça ne va pas dans leur sens ils ne respectent pas l’ Etat de droit, mais quand ça va dans leur sens ils invoquent « l’Etat de droit ». Donc ils font juste ce qu’ils veulent. Et nous on paie et on se tait.

  3. Posté par Antoine le

    La Confédération DOIT faire respecter les décisions prises par le Tribunal Fédéral !
     »Ce serait également un signal fort donné à des cantons comme ceux de Neuchâtel, de Vaud et de Genève qui depuis plusieurs années déjà refusent d’exécuter des renvois ».
    Pour le canton de Vaud, nous avons des élus proches de la nullité !
    Philippe Leuba, chef du Département de l’économie, l’explique dans 24 heures des 16-17 mars 2019. Berne ne calculerait pas de la même manière ! La crétinerie dans toute sa splendeur !
    4 millions qui nous passent sous le nez … !
    https://lesobservateurs.ch/2019/03/17/asile-vaud-est-le-cinquieme-canton-qui-execute-le-plus-de-renvois/

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.