3 commentaires

  1. Posté par Friederich Pierre le

    Lors du débat qui eut lieu au café Slatkine à Genève le 13 avril 2019, le Professeur U.Windisch a relevé avec justesse combien les articles de presse parus ces derniers jours dans la grande presse romande, celle inféodée à l’UE, au socialisme bourgeois et la foule des bien-pensants faisait état de manière croissante de ce mensonge édifiant: « des sondages et une tendance générale en faveur de l’acceptation du projet sur la restriction dans la possession d’armes se ferait jour dans la population ». Cela est pure propagande et constitue une tentative honteuse d’influer le corps électoral. On ne peut que s’élever contre cette atteinte anti-démocratique propre à ‘enlever aux citoyens le droit fondamental du Suisse de posséder une arme et d’en acquérir dans le plein respect de nos traditions de liberté et de respect du droit. Il faut rejeter énergiquement de telles tentatives et voter en faveur du maintien de nos traditions séculaires. Il est inutile de se montrer une fois de plus bassement obéissant avec les bureaucrates de Bruxelles.

  2. Posté par patriote le

    Très bonne analyse. Très lucide.

    Il est très évident que ces organisations ennemies de la Suisse et du peuple suisse sont des courroies de transmission de l’OTAN, de l’Union Européenne et de l’oligarchie mondialiste. Il sera peut être difficile de prouver le lien direct avec la mouvance SOROS mais de toute façon l’objectif visé est bien le même que celui des organisations SOROS, qui, c’est bien connu, sont d’ailleurs subventionnées par l’Union Européenne.
    Il s’agit de la riposte des milieux internationalistes, téléguidés de l’étranger, qui sont inquiets de la force de l’UDC en Suisse et qui, ayant constaté que jusqu’à maintenant la gauche libérale n’arrivait pas à barrer la route au « populisme » de l’UDC sur le terrain politique habituel, ont décidé d’utlisier d’autres méthodes.

    Ils ont choisi d’utlisier des méthodes sophistiquées de manipulation de l’opinion publique par les réseaux sociaux et le big data, méthodes ayant fait leurs preuves dans plusieurs révolutions colorées dans le monde. Ils ont commencé à travailler la Suisse avec ces méthodes là. Ils ont obtenu quelques résultats déjà, comme le fait de battre l’initiative UDC contre les juges étrangers. Là l’argumentaire a consisté à faire diversion en changeant de sujet. Le sujet était: voulez-vous que votre bulletin de vote ait encore une valeur? C’est à dire voulez-vous que le résultat d’une initiative populaire acceptée par le peuple soit au dessus d’un accord international? Ou voulez-vous qu’en cas de conflit avec un accord international, votre vote et la décision du peuple suisse soit annullée par le droit international? Il s’agissait donc d’une question de démocratie. Si le droit international peut casser la décision du peuple, alors il n’y a plus de démocratie. Eh bien cette bande Operation Libero & Cie ont réussi, par leurs manipulation, à faire croire que si on acceptait la primauté du droit constitutionnel suisse et des droits populaires des citoyens suisses, c’est qu’on était contre les « Droits de l’Homme ». Et ils ont réussi, une majorité de naïfs se sont laissés prendre à ce piège grossier.

    C’est la même équipe qui a mené une campagne d’une intensité et d’une violence inouïe contre Oscar Freysinger ont réussi à avoir sa tête politiquement. L’efficacité de ces actions provient de l’usage massif du big data et des réseaux sociaux. Ce sont les méthodes de guerre, maniées par ce que dans les pays anglo saxons omn appelle des « spin doctors ». Il s’agit de faire basculer brusquement l’opinion (« to spin ») par des techniques modernes de manipulation. C’est avec ces méthodes, exécutées par de véritables agents secrets spécialistes que Tony Blair a réussi à embarquer l’Angleterre dans cette désastreuse guerre d’Irak basée sur un tissu de mensonges.

    Ces techniques donnent des résultats rapides, non durables, mais s’agissant de gagner une campagne de votations ça suffit.

    Aujourd’hui tout le monde sait que Saddam Hussein n’avait pas d’armes de destructions massives. Et tout le monde a compris que Tony Blair était un menteur. Mais c’est trop tard. Le mal a été fait. La guerre d’Irak a eu lieu, l’Irak a été détruit et il y a eu plus d’un millions de victimes.

    Il faut bien que chacun prenne conscience du péril. Ce qui est visé c’est la Suisse, son existence même et son indépendance, ainsi que sa démocratie directe. Il s’agit d’un péril de vie ou de mort pour notre pays.

    Je salue la lucidité d’Uli Windisch mais je ne suis même pas sûr qu’il ait pris la pleine mesure du péril. Il y a actuellement des équipes de spin doctors professionels qui ont été engagés par des puissances étrangères pour mettre au pas la Suisse en la mettant à genoux dans une guerre assymétrique contre le peuple suisse, pour le contraindre à enterrer lui-même sa propre souveraineté.

    En ce moment il semble que l’effort principal de ces spin doctors consiste à faire monter artificiellement l’angoisse de l’urgence climatique, pour favoriser une vague verte aux prochaines élections fédérales, faire baisser l’UDC et donc faire accepter un accord cadre instititutionnel avec l’Union Européenne. Et le pire c’est que ça marche, à en juger par cette masse de jeunes écervelés qui ont coubé les cours pour participer à une « marche pour le climat ».

    Il faut qu’on trouve un moyen pour démasquer cette imposture, la dénoncer, la faire apparaître en pleine luimière pour que le peuple suisse prenne conscience du danger qui le menace.

  3. Posté par Maurice le

    Encore une très belle mise au point d’Uli Windisch ! Grand merci !
    Quand donc les Suisses se rendront-ils compte qu’ils suivent aveuglément des traîtres ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.