Paris : «Queer for Kids»: un atelier queer pour les 7-14 ans

 

«Queer for Kids»: un atelier queer pour les 7-14 ans  Dans une bibliothèque municipale parisienne, un atelier de la désormais traditionnelle «Queer Week» et qui aura lieu en mars est réservé… aux enfants de 7 à 14 ans. Olivier Vial recense quelques-unes des extravagances de cette «semaine du genre» créée à Sciences Po il y a une dizaine d’années. www.lefigaro.fr

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par André le

    Les ‘queer week’ de Sciences Po depuis 10 ans et l’apparition de ‘queer for kids’ dans une bibliothèque municipale parisienne amènent à réfléchir au contexte et aux enjeux d’un tel courant.
    D’abord, cette recrudescence financée par les pouvoirs publics est surprenante, voir choquante dans le climat social et économique actuel.
    Ensuite, sur le fond il parait important d’expliciter que ce courant initié par J. Butler vise à une déconstruction extrême : dépasser les deux [homme-femme ringardisés] … dans un polyamour sans distinction de sexe, sans engagement, sans contrainte, ni tabou’ (T. Derville).
    Mesurons à quel point on refuse l’objectivité à vouloir mettre en regard un couple homme-femme pervers ou violent à un duo homosexuel sans défaut. Déjà les futurs dirigeants de la nation risquaient d’être abusés par un tel miroir déformant mais maintenant ce serait le tour des enfants. Combien ceci risque fort de favoriser un délitement social en voulant émanciper l’individu de toute antériorité dans un refus du donné qui fait notre généalogie, certes toujours imparfaite. En effet, le ‘queer’ vise une pluralité d’identités sexuées avec sexe polymorphe, pluraliste, subjectif, sans limite et finalement indéfini : le corps sexué n’aurait plus rien de réel. Le schéma central de ce courant correspond au comportement du travesti (cf. les écrits de Butler) et donc un soupçon envers une identité sexuelle. Pourtant, sans vouloir idéaliser une harmonieuse interdépendance à construire toujours, le corps sexué des membres du couple parental a un sens indéniable pour l’élaboration de la personnalité de l’enfant : ce repère est précieux pour nous construire.

  2. Posté par Vautrin le

    La perversion se répand comme l’huile. Il n’est pas étonnant que l’initiative première revient à « Science-Pot » (comme on écrit Pol-Pot), qui précisément fait face à… l’ENA -de Lénine ? Les « politiques » -en fait des juristes complètement déjantés- tolèrent ces délires nuisibles au prétexte libéral-libertaire que « l’individu », comme ils disent, aurait « naturellement » des « droits », y compris celui d’être pervers, oubliant la réalité. Résultat : une toxicité accrue, épidémique, des délires pervers, au détriment de la société. Sil existait vraiment une politique, les fous qui font du prosélytisme génériste seraient traités par des psychiatres. Je crois bien qu’il n’y a plus de politique que chez les Gilets Jaunes, qui ont les pieds sur terre, eux.
    Au fait, la traduction en français de l’article de L. Littman, « Rapid-onset gender dysphoria in adolescents and young adults », se trouve ici : http://www.subito-invenio.org/wordpress/?page_id=4743. Lisez : il n’y a même pas besoin de commentaires pour comprendre que 2 et 2 font 4.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.