Réflexions sur le climat. Thomas Matter, conseiller national UDC, Dans le marais bernois 56

Thomas Matter, conseiller national UDC, Dans le marais bernois 56

https://www.youtube.com/watch?v=tlhZrCrUdBI&t=325s

 

Réflexions sur le climat

 

Traduction de la vidéo du suisse-allemand par J.-D Ruegsegger

 

N’ayez crainte, je ne suis pas climatosceptique: je m’en tiens aux données mesurables. Est incontestable le fait que, depuis 1880, la température augmente. De 1910 à 1940, elle a connu un bond de 0,6 degré. Mais, fait intéressant, la teneur de CO2 dans l’air est restée stable à 0,03 %, un des taux les plus bas dans l’histoire de notre globe. Un taux si bas que durant ma scolarité, en biologie, on nous apprenait que, s’il diminuait encore, la végétation sur terre pourrait s’éteindre.

 

De 1940 à 1975, la température moyenne a de nouveau diminué; par contre le taux de CO2 a augmenté de 10%. De 1998 à 2014, la température moyenne est restés stable, mais le taux de CO2 a continué de croître.

 

Certains chercheurs en histoire de notre planète sont convaincus de l'absence de corrélation entre l’augmentation du taux de CO2 et l'élévation de la température. Bien entendu, n’étant pas spécialiste, je ne saurais juger de la pertinence de leurs déductions.

 

Selon le Conseil du climat, les quatre dernières années écoulées auraient été les plus chaudes jamais observées. Mais on ne le sait, semble-t-il, que depuis quelques mois, ce qui me paraît un peu étrange.

 

Quoi qu’il en soit, au cours de l’Holocène - l’époque actuelle de l’histoire de notre globe, qui a commencé il y a quelque 11’700 ans -, des dizaines de périodes de chaud et de froid se sont succédé. 97% des émissions de CO2 sont naturelles, quelque 3% sont dues à l’être humain.

 

Tels sont les faits. Mais voici mes interrogations: Dans toute la discussion sur le réchauffement climatique, il n’existe semble-t-il qu’un seul coupable: les émissions de CO2 produites par les êtres humains. Mais sur ce point précisément, certains chercheurs restent sceptiques.

 

Aujourd’hui déjà, des centaines de milliards sont attribués à l’industrie de la lutte contre le réchauffement climatique. Est-ce donc vraiment raisonnable si, en Suisse, nous décrétons des lois sur l’énergie et le climat, des lois qui imposent à des familles de quatre personnes une charge supplémentaire de trois à quatre mille francs par année?

 

Même si notre pays parvenait à réduire à zéro ses émissions de CO2, la température du globe n’en serait pas modifiée d’un millionième de degré. La Chine émet une telle quantité de CO2 que le 1er janvier à midi déjà, ce pays atteint le taux d'émissions annuel de la Suisse. La Chine doit stabiliser ses émissions de CO2 pour 2035 seulement - contrairement à la Suisse, qui réduit progressivement ses émissions depuis 1990.

 

Au cas où les émissions de CO2 causeraient bel et bien des périodes de réchauffement, que pourrait faire la Suisse? Au lieu de mettre sur pied des systèmes d’échanges de quotas d’émissions à coups de milliards, mieux vaudrait investir ces sommes dans des recherches qui soient utiles. Peut-être serait-il possible, au sein des EPF ou de l’industrie. de développer un catalyseur de CO2. Il en résulterait des répercussions à l’échelle mondiale autrement plus importantes que l’inutile activisme financier actuel autour des quotas d’émission.

 

Et finalement, une question s’impose, même si elle n’est pas très populaire: combien de personnes notre Terre peut-elle supporter? J’ai l’impression qu’à long terme, notre planète n’est pas faite pour bientôt huit milliards de personnes.

 

4 commentaires

  1. Posté par aldo le

    Ce n’est pas la guerre du climat, mais plutôt la GUERRE DES TAXES ET DES IMPÔTS A VENIR, TRICOTES SUR CES ALIBIS « BIENVENUS ». Déjà l’Europe est à l’avant-garde avec 27% de TVA-Bolchévique dans certains pays. Pourquoi ? Parce qu’il faut sans arrêts payer pour faire bouffer, soigner sans cotisations préalables, loger gratuitement, subventionner les rentes sans cotisations liées au regroupement familial, de millions d’individus issus de la sauvagerie islamique mondiale, déversés sur nos pays qui paient encore pour des frontières passoires avec Schengen. Et ces sauvages ne veulent pas payer par le travail toutes leur charges, ce qui serait une atteinte à leur fierté de parasites mondialistes. https://lesobservateurs.ch/2018/03/07/suisse-sassocier-a-fonds-schengen/ https://lesobservateurs.ch/2019/03/09/schengen-et-ses-illusions-rappel-au-reel-de-lasin-3-5-2017-schengen-esprit-es-tu-la/

    LA PREUVE DES FRONTIÈRES PASSOIRES ICI: SCHENGEN = UNE GROSSE ESCROQUERIE https://www.youtube.com/watch?v=cUXvkJFxhPM La mauvaise foi dégouline de ces faits imposés avec en parallèle les tentatives de liquider l’armée, les citoyens-soldats et les citoyens armés en toute légalité qui n’ont rien à voir avec les hordes de migrant qui commettent des délits avec des armes interdites, mais passées en douce grâce à la saturation des contrôles liée à cette immigration de masse de criminels. Donc halte aux imposteurs qui veulent nous imposer encore et encore plus d’Europe en imposant leurs législations suicidaires dont celles sur les armes pour laisser les criminels agir en toute impunité sans la capacité de pouvoir, en cas de nécessités impérieuses, leur barrer le passage et les expulser en toute sécurité.

  2. Posté par leone le

    Combien la Terre peut-elle supporter d’humains? Je n’ai pas la réponse mais je pense que la question ne se pose pas en termes de kilomètres carrés mais en termes de ressources à disposition. Si on considère qu’à la fin août de chaque année les 8 milliards de bipèdes que nous sommes commencent à taper dans le capital que la planète nous offre une règle de 3 donne 8 milliards x 8/12 mois = 5,3 milliards
    Dans mon enfance j’ai connu une Suisse à 4,5 millions d’habitants et durant ces 20 dernières années, depuis la libre circulation, nous sommes passés de 6,5 à 8,5 millions d’habitants. Combien de temps pourrons-nous continuer cette croissance exponentielles alors que a limite supportable est déjà dépassée?

  3. Posté par Antoine le

    Plus on est d’êtres humains sur la Terre et plus on consomme donc on produit du CO2 !
     »combien de personnes notre Terre peut-elle supporter? J’ai l’impression qu’à long terme, notre planète n’est pas faite pour bientôt huit milliards de personnes. »
    A mon humble avis on devrait être pas plus de la moitié !
     »En 12’000 ans environ, des dizaines de périodes de chaud et de froid se sont succédé. 97% des émissions de CO2 sont naturelles, quelque 3% sont dues à l’être humain. »
    Si nous sortons d’une période glaciaire, que peut faire le climat ? Il se réchauffe !
     »De 1940 à 1975, la température moyenne a de nouveau diminué; par contre le taux de CO2 a augmenté de 10%. »
    La seule corrélation mathématique ACCEPTABLE est le nombre de taches solaires en regard de la variation de température.
    Exemple le  »Petit Age Glaciaire » où le nombre de taches solaires était nul ou très faible.
    Le GIEC/IPCC joue à l’autruche et REFUSE d’intégrer dans ses simulations factices le facteur principal : le SOLEIL (notre chaudière) !
    http://co2thetruth.e-monsite.com/pages/francais/le-giec-ne-tient-pas-compte-du-role-du-soleil-de-la-vapeur-d-eau-et-des-nuages-dans-ses-calculs-de-prevision-du-climat-de-la-terre-dans-un-siecle.html

  4. Posté par kandel le

    « Et finalement, une question s’impose, même si elle n’est pas très populaire: combien de personnes notre Terre peut-elle supporter? J’ai l’impression qu’à long terme, notre planète n’est pas faite pour bientôt huit milliards de personnes. »

    Et finalement, une question s’impose, même si elle n’est pas très populaire: COMBIEN DE PERSONNES LA SUISSE PEUT-ELLE SUPPORTER ?

    Empruntez l’autoroute LAUSANNE – GENÈVE,… le maximum est déjà dépassé depuis longtemps !

    Comme toujours, Monsieur BLOCHER avait raison avant les autres.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.