Schengen et ses illusions. Rappel au réel de l’ASIN, 3.5.2017 : « Schengen: Esprit es-tu là ? »

ASIN : Action pour une Suisse indépendante et neutre

Schengen: Esprit es-tu là ?

Pressée de rouvrir, avec la belle saison, les frontières européennes fermées en catastrophe l'an dernier, la Commission européenne dit vouloir retourner à l' "esprit de Schengen".
Pour ceux qui pouvaient encore avoir des doutes, nous voilà fixés quant à ses priorités.

 

La Commission recommande aujourd'hui que l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Suède et la Norvège, suppriment progressivement, au cours des six prochains mois, les contrôles temporaires actuellement en place à certaines de leurs frontières intérieures de l'espace Schengen.

Le premier vice-président européen, Frans Timmermans, a fait une déclaration tentant d'associer la notion de sécurité à celle de libre circulation :

"Grâce à nos efforts conjoints, nos frontières extérieures sont désormais plus solides et plus sûres. En travaillant ensemble, nous pouvons vivre en sécurité tout en profitant de la liberté de circulation. Dans six mois nous retrouverons donc à nouveau un espace Schengen pleinement fonctionnel sans contrôles aux frontières intérieures." (source)

Les progrès effectués seraient conséquence des nouveaux accords avec la Turquie.

Dans sa feuille de route intitulée "Revenir à l'esprit de Schengen", la Commission européenne précise que:

"La réintroduction des contrôles aux frontières intérieures de l’UE entraverait la libre circulation des citoyens, qui est pourtant l’une des réussites les plus appréciées de l’UE. Elle risquerait d'annihiler l’une des principales réalisationsde l’intégration européenne et de mettre fin à l'édification d'un espace européen partagé."

 

Problème manifeste

A vue de Suisse, cette déclaration est remarquable en ce sens qu'il apparaît clairement que la libre circulation constitue un dogme indépassable de la sacro-sainte "construction européenne".

En outre, il est intéressant de constater que dite Commission ramène le terme de 'personnes' à celui de 'citoyens', comme si les conséquences des accords de Schengen ne s'appliquaient distinctement qu'à ces derniers dans ce bel "espace européen partagé".

Rien oublié, rien appris, la Commission européenne se repose entièrement sur l' 'allié' turc pour garantir une toute petite partie de sa frontière extérieure, et croit dur comme fer que cela suffira à endiguer les phénomènes migratoires tels que ceux rencontrés jusque-là. Comme si citoyens et migrants clandestins allaient d'eux-mêmes se sélectionner une fois pénétrés dans l'Espace Schengen; car ils pénétreront.

 

Hypocrisie

Preuve s'il est que la Commission européenne ne convainc plus jusque dans ses propres rangs, elle propose elle-même une solution en demi-teinte pour ne pas voir partir la plupart de ses Etats membres:

"La Commission recommande également aujourd'hui que tous les États Schengen recourent plus efficacement à des contrôles de police proportionnés, y compris dans des zones frontalières, afin de remédier aux menaces pour l'ordre public ou la sécurité intérieure. La Commission estime que des contrôles de police proportionnés pourraient s'avérer plus efficaces que des contrôles aux frontières intérieures car ils peuvent être appliqués de manière plus souple et adaptés plus aisément à l'évolution des risques." (le soulignement est d'origine)

En clair, ne changez rien mais sauvez la face.

Elle ajoute:

"Les États membres devraient aussi renforcer la coopération policière transfrontière, par exemple, au moyen de patrouilles de police conjointes, d'analyses de la menace conjointes et d'un échange d'informations transfrontière renforcé. Afin de prévenir efficacement les mouvements secondaires irréguliers, sans devoir réintroduire des contrôles aux frontières intérieures..."

Trois lignes plus haut, la frontière extérieure était sure et nous étions en parfaite sécurité...

Et tout ça, tenez-vous bien, pour:

"Appliquer pleinement les accords bilatéraux existants permettant d'assurer rapidement le retour bilatéral des ressortissants de pays tiers."

Oui vous lisez bien, supprimer les contrôles intérieurs - prétendument devenus inutiles en raison de l'imperméabilité des frontières extérieures -, pour permettre plus facilement le retour de ceux qui, malgré tout, auraient passé la frontière...

Bienvenus dans leur monde !

AR

2 commentaires

  1. Posté par miranda le

    Faire encore confiance à cette Europe????
    – Quand il n’est pas question d’aborder les problèmes liés aux mouvement massifs migratoires?
    – Quand le mot « menace » nous laisse totalement dans le flou? Mot le plus important qui évidemment n’est pas écrit en « surgras ». C’est quoi alors « une menace »? une petite visite de touristes amoureux de la France?

    On ne manque pas de vocabulaire de « diversion » à la commission européenne, comme : les « mouvements secondaires irréguliers »- langage probablement secret » qui doit désigner les « migrations « inattendues » qui sont l’oeuvre merveilleuse de Mr SOROS.

    Cette phrase est la perle de cette prose nauséabonde :
     » Grâce à nos efforts conjoints, nos frontières extérieures sont désormais plus solides et plus sûres. En travaillant ensemble, nous pouvons vivre en sécurité tout en profitant de la liberté de circulation. Dans six mois nous retrouverons donc à nouveau un espace Schengen pleinement fonctionnel sans contrôles aux frontières intérieures. »
    BREF, « on est fiers de nous et on recommence ».

    Au secours, les spécialistes de la NOVLANGUE, pouvez-vous traduire?

    Peut-on espérer du changement? Ces temps derniers, les républicains et Laurent Wauquiez semblent se réveiller. Un discours étonnant :
    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2019/03/09/25001-20190309ARTFIG00050-europe-ce-que-laurent-wauquiez-repond-a-emmanuel-macron.php

    Nous pouvons le saluer en ce qui concerne la place reconnue « aux nations » dans la vision qu’il a de la « future » EUROPE. Mais nous l’attendons sur LA QUESTION DE L’INVASION MIGRATOIRE.
    MR WAUQUIEZ est-il en accord avec ces migrations qui feront disparaître les français et l’âme française? A moins qu’il ne souhaite que ce soit une main d’oeuvre DETACHEE, comme c’est le cas pour les travailleurs détachés d’EUROPE. Nous pouvons éventuellement accepter à la condition que des emplois « non pourvus par les français les attendent ».
    A LA CONDITION QU’ILS RESTENT DES TRAVAILLEURS DETACHES et en leur aménageant des aller-retour vers leur famille.
    Nous n’acceptons plus le SABOTAGE DES CULTURES EUROPEENES.

    SINON LA BATAILLE DES GILETS JAUNES et la campagne pour le FREXIT devra être engagée.
    Et sera refondée celle que nous avons connue : La communauté économique européenne pendant laquelle nous nous portions mieux qu’aujourd’hui.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.