« L’accord-cadre avec l’Union européenne est une trahison, car il signifierait la fin de la démocratie directe en Suisse »

Éditorial de Roger Köppel dans la Weltwoche, 24.1.2019 

Éditorial de Roger Köppel dans la Weltwoche, 24.1.2019 :
 
L’accord-cadre avec l’Union européenne est une trahison, car il signifierait la fin de la démocratie directe en Suisse
 

L’accord-cadre à la loupe

La traduction allemande de l’accord-cadre institutionnel Suisse-UE est depuis peu disponible. Le traité va faire l’objet de consultations durant plusieurs mois. Nous l’avons analysé.

L’administration fédérale bien dotée en personnel travaille depuis plus d’un mois à la traduction allemande de l’accord sur la prétendue «Facilitation des relations bilatérales entre l’Union européenne et la Confédération suisse», également appelé accord-cadre institutionnel. Tout le monde en parle et en discute déjà. Mais que contient-il vraiment?

 

1. Préambule

L’introduction contient des déclarations d’intention. Il met particulièrement en avant les «contributions autonomes de la Suisse à divers projets et programmes de l’Union européenne». Le Conseil fédéral déclare dans son bref bilan que cela «ne crée aucune obligation de verser régulièrement et indéfiniment des contributions». Cependant, dans ses «explications» un peu plus détaillées, il admet que, bien que le préambule ne soit pas juridiquement contraignant, il a un «caractère politique». En résumé, le Conseil fédéral s’est engagé politiquement à verser des «contributions autonomes» à l’UE.

 

2. Champ d’application

L’accord-cadre institutionnel est «applicable aux accords d’accès au marché existants et futurs» entre la Suisse et l’UE, donc extensible. Il porte, pour le moment, sur les cinq accords bilatéraux (libre circulation des personnes, transports aériens, transports terrestres, agriculture et obstacles techniques au commerce). Le Conseil fédéral se félicite d’avoir «limité» l’accord-cadre institutionnel à ces cinq accords. Une logique intéressante, car si une limitation à cinq accords est une bonne chose, se limiter à zéro accord devrait être encore mieux.

 

3. Reprise du droit

Les chapitres sur les «mécanismes institutionnels» constituent le point central de l’accord. Quel en est l’essentiel?

Premièrement, seule l’UE peut modifier le droit. Le Conseil fédéral écrit que la Suisse doit «intégrer le plus rapidement possible les développements pertinents du droit de l’UE dans les accords d’accès aux marchés concernés». En d’autres termes, l’UE édicte les nouvelles lois que la Suisse doit reprendre. La Suisse peut depuis peu avoir voix au chapitre dans l’élaboration des lois de l’UE («decision shaping»), mais elle n’a aucun pouvoir de décision («decision making»).

Deuxièmement, la Suisse se soumet à la juridiction de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), la cour suprême de l’UE, c’est-à-dire à des juges étrangers. En vertu de l’article 4 de l’accord, la CJUE est compétente en matière de «principes du droit de l’UE». Le Conseil fédéral explique que cela «sera naturellement le cas de manière générale», étant donné que tous les accords de la Suisse avec l’UE se fondent «en grande partie sur le droit de l’UE».

Troisièmement, si la Suisse refuse par référendum ou par décision du Parlement la reprise du droit, l’UE peut imposer des sanctions, appelées «mesures de compensation». Selon le Conseil fédéral, celles-ci «peuvent aller jusqu’à la suspension d’un ou de plusieurs accords d’accès aux marchés couverts par l’accord institutionnel», mais doivent être «proportionnelles». Ce sera à un tribunal arbitral de décider de leur proportionnalité en cas de crise. Le Conseil fédéral écrit que la Suisse resterait libre et souveraine en dépit de la menace de sanctions. Ce serait la liberté du contrevenant, libre d’enfreindre les règles à condition d’accepter d’être pénalisé.

Quatrièmement, l’accord-cadre institutionnel prévoit un «tribunal arbitral» en cas de différend. Il n’est pas certain que ce tribunal arbitral soit réellement si indépendant et libre que le Conseil fédéral le prétende dans ses explications probablement quelque peu euphoriques. Le projet d’accord dit clairement que «l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne lie le tribunal arbitral».

Cinquièmement, le Conseil fédéral affirme dans son bref bilan qu’une «reprise automatique du droit est exclue». La Suisse pourrait décider «de chaque adaptation dans le respect des procédures décisionnelles prévues par la Constitution», le droit de référendum serait préservé – même sous l’épée de Damoclès d’une sanction, devrait-on ajouter.

L’article 14 de l’accord-cadre institutionnel stipule toutefois qu’une reprise automatique du droit – ou plus précisément quasiment automatique – est tout à fait prévue. Jusqu’à ce qu’intervienne une décision du peuple ou du Parlement suisse, «les parties mettent provisoirement la modification en œuvre», à moins que la Suisse ne fasse part à l’UE «de l’impossibilité d’une application provisoire, dûment motivée». En résumé, la nouvelle réglementation entre automatiquement en vigueur, à moins que la Suisse n’étaie solidement les raisons de l’impossibilité. En cas de tenue d’un référendum, la modification provisoire serait annulée, ou pas – en fonction de la décision de la Cour de justice de l’Union européenne. Durant des années, le Conseil fédéral a vanté la «sécurité juridique» qu’apporterait l’accord-cadre institutionnel, or il signifierait des années de valses-hésitations et d’incertitude juridique.

 

4. Guillotine

Si la Suisse ou l’Union européenne souhaite dénoncer l’accord-cadre institutionnel, plusieurs clauses guillotines seraient immédiatement applicables. Une clause guillotine signifie que plusieurs accords sont liés. La dénonciation d’un accord implique automatiquement celle de tous les autres. Nous avons aujourd’hui une clause de guillotine de l’UE. De nouvelles clauses guillotine s’ajouteraient «au présent accord et aux accords qui s’y réfèrent» (article 22), donc aussi à tous les futurs accords. La Suisse serait beaucoup plus étroitement liée à l’UE.

 

5. Protection des salaires

Le Conseil fédéral écrit que l’UE a, à l’origine, essentiellement voulu conclure l’accord-cadre institutionnel pour en finir avec les «mesures d’accompagnement» imposées par la Suisse à la libre circulation des personnes. La protection des salaires, les contrôles et les restrictions imposés aux prestataires de services européens constituent une épine dans le pied de l’UE. Elle exige de la Suisse qu’elle renonce à des mesures de protection des travailleurs conclues avec ses partenaires sociaux et qu’elle les remplace par des mesures proposées, c’est-à-dire dictées par l’UE. L’accord-cadre institutionnel déclare littéralement à plusieurs reprises «la Suisse a le droit...», rien que la formulation utilisée indique clairement qui donne les ordres et qui doit obéir. Le Conseil fédéral s’oppose à ces diktats, mais ne pourrait pas imposer ses vues.

 

6. Libre circulation des personnes

En la matière, l’UE et la Suisse ne sont, une fois de plus, pas parvenues à un accord. La Constitution fédérale exige de réduire la liberté de circulation dans son article contre «l’immigration de masse». L’UE veut l’augmenter. L’objectif de l’UE est d’élargir la libre circulation actuelle des travailleurs à une pleine citoyenneté européenne par le biais de la reprise quasiment automatique du droit.

La citoyenneté européenne signifie un accès facilité aux services sociaux suisses à potentiellement 500 millions de citoyens européens, le versement de prestations de chômage aux citoyens européens qui perdent rapidement leur emploi en Suisse, un établissement plus facile, un accès plus facile à la nationalité, l’expulsion plus difficile de citoyens de l’UE auteurs de délits graves, le droit de vote aux élections communales pour tous les citoyens de l’UE résidents. Des Allemands ou des Roumains pourraient devenir premier magistrat d’une commune suisse.

 

7. Exceptions

Le protocole 2 de l’accord-cadre institutionnel fait état d’exceptions au futur développement dynamique du droit de l’UE. Elles concernent notamment le poids total maximal autorisé pour les camions de 40 tonnes, l’interdiction de circuler la nuit et le dimanche, la non-augmentation des capacités routières (tunnel du Saint-Gothard), la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations, l’interdiction du transit international des animaux d’abattage par la route.

Le Conseil fédéral n’a pas réussi à s’imposer dans deux domaines sensibles. D’une part, l’UE veut lever la réserve de la Suisse à l’égard de l’importation de semences génétiquement modifiées. D’autre part, l’UE exige que plus de 300 000 frontaliers européens aient droit à une allocation chômage suisse à l’avenir. L’UE pourrait réaliser ces deux objectifs avec l’accord-cadre institutionnel. Le maintien des autres exceptions au vu du développement unilatéral du droit n’est pas assuré. La protection des salaires en Suisse est une autre exception remise en cause actuellement par l’UE.

 

8. Libre-échange

La «Déclaration commune» annexée relative à l’accord de libre-échange de 1972 est un sujet épineux. Elle garantit plus de 90% des exportations suisses vers l’Europe. L’UE aimerait aussi subordonner cet accord au droit, aux juges, aux sanctions et aux multiples guillotines de l’UE. La Suisse a refusé «depuis le début», comme l’écrit récalcitrant le Conseil fédéral. Il semble maintenant lâcher du lest avec le concept de «modernisation». L’accord-cadre institutionnel envisage «d’entamer des négociations formelles courant 2020» sur l’accord de 1972. Si l’UE arrive à imposer ses vues, cela établirait de fait la souveraineté européenne sur le plus important accord commercial suisse. Conséquence: on assisterait à un rapprochement de la Suisse et de l’UE en matière de règles commerciales et de politique économique. Qui aurait encore intérêt à la conclusion d’un accord de libre-échange séparé avec la Suisse parfaitement synchrone avec l’UE?

 

9. Aides d’État

L’UE exige les «mêmes conditions» pour tous les acteurs du marché unique européen. Les «aides d’État» sont donc en grande partie interdites. Les «avantages fiscaux» sont aussi considérés par l’UE comme des aides d’État choquantes, écrit le Conseil fédéral. Conséquences: en cas d’accord sur l’électricité – déjà prévu –, les centrales hydroélectriques suisses seraient mises à rude épreuve. En cas d’accord sur les services financiers, les banques cantonales devraient renoncer à la garantie de l’État. Enfin, si un faible taux d’imposition constitue des subventions illégales aux yeux de l’UE, la Suisse devrait tôt ou tard relever son taux standard de TVA de 7,7% au minimum européen de 15%.

 

10. Conclusion

L’accord institutionnel affecte les trois piliers de l’État suisse et est en contradiction politique avec l’article de la Constitution fédérale en vertu duquel les citoyens et les autorités suisses doivent sauvegarder l’indépendance du pays ainsi que les droits des citoyens. La reprise quasiment automatique du droit communautaire menace de déposséder le peuple, les cantons et le parlement de leur pouvoir législatif, d’en finir avec la démocratie directe. Le fédéralisme serait compromis, entre autres, par l’interdiction de faire bénéficier les banques cantonales d’une garantie de l’État ou par une perte de souveraineté fiscale. Sans oublier de se demander dans quelle mesure la Suisse peut rester neutre si elle se lie au marché unique européen et à ses multiples guillotines. Les sanctions économiques imposées par l’UE à la Russie ou à la Chine devraient, par exemple, être reprises par une Suisse institutionnellement chevillée à l’UE, comme l’a rappelé le président de la Confédération Ueli Maurer lors d’une réunion publique.

 

La Suisse devrait relever ses taux bas de TVA au niveau européen élevé.

11 commentaires

  1. Posté par Samuel le

    Si nous sommes prêts à plier au chantage de l’UE alors nous aurions encore moins de courage que les peuples qui préfèrent capituler devant un ennemi armé à la guerre. Il s’agit d’une réelle prise de pouvoir d’une nation non plus par les armes, mais par des lois imposées par un petit groupe de personnes.

  2. Posté par Jean-Francois Morf le

    Réfléchissez un peu: C’est à la dictature islamique Europe de copier les lois de la démocratie chrétienne populiste Suisse, et non le contraire! Les juges européens des droits de l’homme mahométan, qui introduisent la sharia partout, la Suisse les envoie au Diable!

  3. Posté par Myrisa Jones le

    L’UE veut les milliards de la Suisse dans son escarcelle. Or la seule manière d’y arriver est de détruire sa souveraineté et donc sa démocratie, qui fait tache dans son rêve de régime totalitaire. Avec l’accord Schengen nous avons perdu notre souveraineté territoriale. Avec l’adossement à l’Euro et les combines financières qui nous lient à la BCE, nous avons cédé une part importante de la souveraineté économique. Désormais nous devons céder toute notre souveraineté politique avec l’accord-cadre…
    Tout ceci n’a d’autre but que de s’accaparer les richesses du pays. Sauf erreur, la participation au pot commun européen se fait en fonction du PIB. Autrement dit nous allons « raquer »!
    Il ‘y a aucune autre raison à leur insistance pour que la Suisse entre dans l’UE de gré ou de force, et vous devez le comprendre.
    Comme l’a expliqué M. Nicolas Hayek, dans cet admirable discours devant les ambassadeurs de l’UE en 2009 et que tout le monde devrait lire:

    « Abstraction faite de ce que nous venons de dire, aucune vision claire ne se dégage des déclarations, accords et évolutions que nous avons vus jusqu’ici. Rien, dans les domaines social, politique, économique ou financier, n’incite les Suisses à entrer dans l’Union; bien au contraire, on leur demanderait de contribuer largement à remplir les caisses de l’UE.
    Le chancelier Helmut Kohl, pour qui j’ai travaillé en qualité de membre du comité stratégique industriel pour l’Allemagne, m’a honoré en Suisse d’une visite privée. Au cours de cette visite il m’a dit: «Nicolas Hayek, vous jouissez de quelque crédit auprès du peuple suisse. Pourquoi ne nous aidez-vous pas à le convaincre de rejoindre l’UE?» Ce à quoi j’ai répondu: «Monsieur le Chancelier, pourquoi est-ce si important pour l’UE d’avoir à son bord cette petite Suisse de sept millions et demi d’habitants?» Sa réponse a fusé sans hésitation, comme une balle: «Parce que vous avez énormément d’argent et nous des projets pour en faire bon usage.»

    Discours de Nicolas Hayek devant les ambassadeurs de l’UE le 16 mars 2009
    Pourquoi la majorité des citoyennes et des citoyens suisses – européens authentiques et typiques – ne veulent pas adhérer à l’Union Européenne? Devrions-nous adhérer ou non?

    https://arretsurinfo.ch/nicolas-hayek-mon-reve-faire-de-leurope-une-grande-suisse/

  4. Posté par Célestine le

    A quoi va servir l’armée franco-allemande en gestation? A défendre l’Europe contre les USA, la Russie et la Chine, comme l’a annoncé Micron Ier? Ne servirait-elle pas plutôt à attaquer militairement les pays européens récalcitrants tels que la Suisse si elle ne signe pas l’accord institutionnel? Joli coup de maître de Frau Merkel en unissant son armée défensive à celle de la France agressive et pourvue de l’arme nucléaire, réalisant ainsi le vieux rêve hégémonique d’Hitler. Il faut arrêter de verser des milliards de cohésion à l’UE et utiliser cet argent pour autre chose que d’entretenir des organisations internationales dont les décisions à sens unique ne nous mèneront qu’à la pauvreté et au désespoir.

  5. Posté par Antoine le

    Selon l’éditorial de l’UDC Suisse, le 23 janvier 2019 :
     »Il est stipulé dans le préambule à l’accord-cadre que la Suisse ne pourra plus à l’avenir décider librement des versements qu’elle fait au fonds de cohésion de l’UE »
    Pour rappel: un 1er versement de cohésion de 1.3 milliard a déjà été versé en 2017 et que le 2ème versement (2018) de 1.3 milliards a été accepté par le Conseil des États !
    https://www.lenouvelliste.ch/articles/suisse/suisse-ue-le-conseil-des-etats-accepte-tres-largement-le-versement-du-milliard-de-cohesion-803600
    Il est scandaleux que le peuple souverain suisse n’ait pas son mot à dire !
    D’autre part, toutes ces clauses de l’accord-cadre n’ont pas été présentées et clairement expliquées !
    Seuls les politicards de service et quelques riches industriels sont au courant …
    Les Gilets Jaunes vont bientôt monter aux barricades en Suisse !

  6. Posté par Michel Vasionchi le

    Je pense … ,donc je suis ! que la guerre pour la défense de l’intégrité et de la souveraineté des peuples d’Europe , ne fait que commencer …!

  7. Posté par Veaudor le

    L’UE dit à au gouvernement suisse….si tu n’es pas d’accord, je te coupe l’accès aux marchés européens. Et comme les politiciens n’ont qu’une vision des choses, c’est à dire….business, place de travail et PIB, ils vont forcément se coucher devant l’UE. Je crois que je vais arrêter de voter, parce qu’au final ça sert plus à rien si c’est les commerçants qui décident.

  8. Posté par Peter Bishop le

    Le pire c’est que la majorité de la population ne va jamais lire ces informations.
    Ils vont se contenter de gober les slogans et les « meme » balancés par les médias et c’est tout. Et comme bien évidemment les médias et les politiques (doit-on vraiment encore faire une différence?) vont envoyer le message que s’opposer à cet accord c’est être la réincarnation d’Hitler alors le bon peuple de mouton va voter pour…
    Comme pour Ecopop, l’Autodetermination, No Billag, Naturalisation facilité pour les 3ème génération, Loi sur l’asile, Non a la penalisation du mariage, renvoi des criminels étrangers, LRTV, PMA, etc…

  9. Posté par Antoine le

    L’accord-cadre est INACCEPTABLE !
     »… la Suisse se soumet à la juridiction de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), la cour suprême de l’UE, c’est-à-dire à des juges étrangers ».
    La Suisse ne se soumettra JAMAIS à l’UE !
     »L’UE veut lever la réserve de la Suisse à l’égard de l’importation de semences génétiquement modifiées. »
    Le peuple suisse ne veut PAS d’ONG ! (Mesures de précaution !
     »L’UE exige que plus de 300 000 frontaliers européens aient droit à une allocation chômage suisse à l’avenir »
    L’UE  »exige » !!! Tout cela sent la DICTATURE des technocrates de Bruxelles !
    On n’en veut PAS de l’UE !

  10. Posté par Hervé le

    Arrêtez avec cette « libre circulation des personnes »! C’est: libre circulation des travailleurs, utilisez le nom originel. C’est comme ça que les législateurs trompent les gens, avec des titres qui sonnent bien mais dans l’intention est l’opposé. La majorité des citoyens croit que libre circulation de personnes à réellement quelque chose à voir avec leur capacité à circuler au sein de l’Europe… Aussi simplet que cela puisse paraître.

  11. Posté par Socrate@LasVegas le

    Excellent M. Köppel,

    Sur les tribunaux arbitraux je pense qu’il faut être plus clair:

    1. La CJE (=les juges étrangers) dit le droit.

    2. Le fameux « tribunal arbitral » essaie de régler les différends et peut, en cas de désaccord amender la Suisse ! (les « mesures compensatoires »)

    3. Par contre même si le tribunal arbitral arrive à un accord qui, au final, ne plait pas à la CJE et ses juges étrangers, CEUX-CI AURONT LE DERNIER MOT.

    = > La Suisse sera MORTE, réduite à l’état de serf par les enfants de ceux-là mêmes qui nous l’avaient fièrement transmise libre et admirée! Quelle HONTE!

    Les pires traîtres sont le conseil fédéral et les PLR qui font TOUT pour masquer l’ignominie de ce qu’ils ont accepté contre le Souverain qui les paie! Ces gens sont des TRAITRES et doivent répondre de leur trahison!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.