Plusieurs millions de Philippins votent sur la création d’un territoire autonome musulman

post_thumb_default

 

Plusieurs millions de Philippins votaient le 21 janvier sur la création d'une région autonome dans le sud de l'archipel, en application de l'accord de paix conclu en 2014 avec les rebelles musulmans, pour tourner la page de décennies d'une insurrection meurtrière marquée par les exactions menées par des islamistes liés à Daesh.

Des musulmans avaient pris les armes dans les années 1970 pour demander l'autonomie ou l'indépendance dans le sud des Philippines, pays à très grande majorité catholique, dans une région qu'ils considèrent comme leur terre ancestrale. Cette insurrection a fait 150 000 morts. 

Le 21 janvier, 2,8 millions d'habitants étaient appelés à valider ou non la création de cette région autonome, qui se nommerait Région autonome Bangsamoro. Il existait déjà une région autonome – l'actuelle Région autonome musulmane de Mindanao (ARMM), qui a vu le jour à la faveur d'un accord signé en 1996. Mais la création de cette entité n'a pas réussi à faire cesser les conflits armés. La nouvelle région autonome devrait être plus grande et avoir davantage de pouvoirs.

Les électeurs semblaient s'être déplacés en nombre le 21 janvier et les observateurs s'attendent à ce qu'ils votent en sa faveur.

In this polling center in Marawi City, there are no chairs for voters to sit on while voting. The secrecy folders are just placed on the floor... that's why voters kneel, sit on the floor or squat. @cnnphilippinespic.twitter.com/ojhBeVHkBL

— Gerg Cahiles (@gergcahiles) 21 janvier 2019

Le principal groupe rebelle, le Front Moro islamique de libération (Milf), avait signé en 2014 un accord de paix avec le gouvernement prévoyant d'octroyer l'autonomie à la minorité musulmane dans certaines parties de la grande île de Mindanao et des îles de l'extrême sud-ouest. Le vote et l'accord de paix est récusé par des insurgés liés au groupe terroriste Etat islamique qui ont mené un siège éreintant de cinq mois dans la ville de Marawi en 2017. Depuis, la région de Mindanao était soumise à la loi martiale.

Des groupes islamistes liés à l'EI

Environ 20 000 policiers et militaires ont été déployés, de crainte que des groupes rebelles islamistes ne cherchent à perturber le déroulement du scrutin. De fait, une grenade a été lancée avant l'ouverture du scrutin dans un bureau de vote de Cotabato City, mais n'a pas explosé.

Le gouvernement comme le Milf espèrent qu'une nouvelle région autonome et stable pourra attirer les investissements dans une zone dont la pauvreté a fait le lit du radicalisme. La Loi organique Bangsamoro, qui définit les contours de la nouvelle région, prévoit qu'elle reçoive au cours des dix prochaines années 950 millions de dollars (834 millions d'euros) de fonds de développement, ainsi qu'une partie des impôts collectés dans la zone. Le gouvernement central conserverait les pouvoirs de police dans cette zone incluant aussi les îles de Jolo ou Basilan. Mais les autorités locales seraient davantage impliquées dans les questions de sécurité.

Le président philippin, Rodrigo Duterte, qui est originaire de Davao, grande ville de Mindanao qui n'est pas dans les frontières de la région autonome, est de longue date partisan de la création de cette entité. La Loi organique prévoit aussi la démobilisation d'un tiers des combattants du Milf, qui seraient entre 30 000 et 40 000. La nouvelle région inclurait aussi la ville de Marawi.

Certains experts pensent que la création d'une région dans le sud jouissant d'une autonomie accrue est une des tentatives les plus convaincantes de ramener la stabilité dans cette zone. «Ce n'est pas la fin du combat», a déclaré pour sa part à la presse le dirigeant du Milf Murad Ebrahim, prédisant la victoire. «[La transition] est une nouvelle phase de notre combat qui sera plus difficile, peut-être car nous sommes notre propre ennemi», a-t-il ajouté.

Lire aussi : Exécutions aux Philippines : Duterte promet aux victimes de jouir de leur droits... au Paradis

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

2 commentaires

  1. Posté par Christophe le

    A mourir de rire, ils donnent l’autonomie mais les violences continuent. La solution? Donner plus d’autonomie et de territoire! Et le terroriste musulman en chef déclare avant le vote que c’est une transition, que le combat n’est pas terminé! Le but est bien entendu de continuer de grignoter, de poursuivre les exactions en « Dar al harb » (la terre de la guerre) pour la transformer totalement en « Dar al Islam » (la terre de l’islam). C’est ainsi depuis le VIIème siècle. Partout dans le monde. Bientôt en Europe.

  2. Posté par aldo le

    Et même en France et ailleurs dans toute l’ U.E.r.s.s., et en Suisse, c’est ce qui est en train d’être mis en place, grâce à la pandémie de corruptions qui caractérise nos élus, dont le fameux Maudet, qui pérore encore, grâce au soutien des abstentionnistes de son parti… Finalement tout une carrière qui doit son ascension à la culture de l’abstentionnisme instrumentalisé et généralisé, exactement le même schéma que pour Macron.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.