Transformer les défunts en « compost » – la bonne conscience jusqu’à l’au-delà

La légalisation du compostage humain, RTS,  La Matinale
Des associations militent pour le droit à l'humusation, un processus qui consiste à transformer le corps des défunts en compost. La Belgique, en pionnière, veut accueillir cette pratique post-mortem dans son cadre législatif.

Etre enterré dans un cercueil ou être brûlé dans le four d'un crématoire: le choix de sépultures qui s'offre aux défunts pourrait s'enrichir bientôt d'un nouveau rite, l'humusation.

De poussière... à poussière

Ce processus vise à transformer le corps défunt en humus, une matière proche du compost obtenue par la décomposition de la matière organique. A cette fin, le corps est placé dans un drap et recouvert de trois mètres cubes de copeaux de bois humidifié. La chaleur dégagée par ces copeaux éliminera les germes pathogènes et les parties molles du corps.

Les os ou les dents seront, eux, détruits par des professionnels. Un an après, le "compost" est prêt: du défunt et des copeaux, il restera un mètre cube d'humus qui pourra fertiliser une centaine d'arbres.

Bientôt une loi en Belgique?

Si l'humusation ne tombe pas encore sous le coup d'une législation, la Belgique a choisi de prendre les devants. En novembre dernier, le parlement bruxellois a adopté une ordonnance en faveur de l'humusation comme mode légal de sépulture.

"On a obtenu le financement des tests scientifiques, actuellement en cours, par le ministre de l'Environnement de la Wallonie", explique Francis Busigny, président de la fondation belge "Métamorphose pour mourir". "Il n'y a aucun raison que cela ne fonctionne pas. Il faut juste un petit temps pour que les gens voient le résultat, et créer le cadre légal pour que ce soit fait dans les règles de l'art", affirme-t-il.

Dès l'obtention des résultats scientifiques, les autorités pourront mettre en place des arrêtés d'application. Aux Etats-Unis, dans l'Etat de Washington, le sénateur démocrate Jamie Pedersen souhaite lui aussi légaliser cette pratique.

Sur la vague de l'écologie

Face aux rites funéraires qui s'offrent actuellement au défunt - crémation ou inhumation - l'humusation se veut une option plus écologique et plus économique. Mais pour la thanatologue Alix Noble-Burnand, l'humusation est discutable au niveau idéologique.

"Il y a du politiquement correct derrière, une idéalisation du corps liée au développement durable", estime-t-elle. "On est très 'juste' quand on fait ça."  D'autres problèmes peuvent se poser, à en croire la thanatologue, notamment "la gêne du corps qui disparaît lentement mais qui est toujours là." "Notre culture a beaucoup de mal à accepter cette notion", souligne-t-elle.

Se distinguer... jusqu'au bout

Choisir ce procédé est également une façon de s'affirmer jusque dans la mort. "L'humusation rejoint le mouvement transversal de la personnification des obsèques", observe le socio-anthropologue Martin Julier-Costes. "C'est une énième marque d'un individu qui dit: 'Je veux marquer mon originalité et ma singularité d'individu jusqu'au bout', en souhaitant l'humusation ou quelque chose d'encore plus original. C'est aussi une manière de se démarquer et de correspondre un peu plus à des valeurs écologiques."

Si l'humusation est légalisée, quelque 3000 candidats au compost post mortem se disent prêt à y recourir en Belgique. Quant aux services de pompes funèbres privés ou publics, ils devront sans doute revoir leur fonctionnement pour faire face à ces obsèques d'un nouveau genre.

Natacha Van Cutsem/kkub

4 commentaires

  1. Posté par Dede le

    Ca me fait penser au film Soleil vert de 1973..
    Thriller/Drame ‧ 1h 37m
    Description:
    En 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles. Seul le soleil vert, sorte de pastille, parvient à nourrir une population miséreuse qui ne sait pas comment créer de tels aliments. Omniprésente et terriblement répressive, la police assure l’ordre. Accompagné de son fidèle ami, un policier (Charlton Heston) va découvrir, au péril de sa vie, l’effroyable réalité de cette société inhumaine.
    Première sortie : 19 avril 1973 (New York)

  2. Posté par pierre frankenhauser le

    Il ne faudrait surtout pas que les Européens laissent de traces après leur mort, alors transformons nos défunts en composts. Plus de tombe, plus de pierre tombale, plus de lieu de recueillement pour les proches. Ainsi, tous nos cimetières pourront être remplacés par des carrés musulmans. Dans quelques décennies alors, plus de traces d’Européens de souche. Ni dans nos rues, ni dans nos cimetières. Le crime parfait.

  3. Posté par Vautrin le

    Certains occidentaux -et pas un petit nombre- de ce siècle sont décidément complètement fous.

  4. Posté par miranda le

    LE SENS DU SACRE AURA VRAIMENT DISPARU DE NOS SOCIETES SI NOUS CONTINUONS SUR CETTE VOIE. Ca fait déjà un choc quand notre propre famille préfère l’incinération et qu’il n’y a plus de lieu ou se sentir relié aux défunts, mais alors, là, c’est « le bouquet »!!! c’est le cas de le dire.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.