Genève, vivre ensemble: Une ado rouée de coups par quatre hommes

Les faits se sont déroulés dans le parc de Malagnou, devant la sortie haute de l'ascenseur du parking de Villereuse, en contrebas des balcons des immeubles d'habitation et à proximité du Muséum d'histoire naturelle.

Jérôme Faas

Une apprentie de 16 ans a été attaquée début novembre à Villereuse par des individus qui lui ont volé des écouteurs.

Les agressions se succèdent et les langues se délient. Après les cinq femmes tabassées à la place des Trois-Perdrix en août et les trois jeunes attaqués au Jardin Anglais le 1er décembre, une adolescente de 16 ans a décidé de parler: le 7 novembre à 18h45, quatre hommes l'ont rouée de coups au parc de Malagnou.

Insultes et crachat

L'homme l'agrippe par les cheveux, la jette à terre. «L'arrière de mon crâne frappe violemment le sol. Je pleure, je pense aux personnes à qui je tiens, à ma famille. Et à ce moment-là, je me fais violemment tabasser à coups de pieds par les quatre jeunes hommes.» Le premier assaillant la relève, l'insulte, la traite de «prostituée des rues». Et lorsqu'elle lui dit n'avoir que 16 ans, «il lui met «un coup de poing dans l'oeil, si violent que je tombe.» Il s'empare alors des AirPods et du chargeur, puis lui crache dessus alors qu'elle pleure au sol.

Enquête en cours

[...] Pour l'heure, aucune interpellation n'a été faite.»

Traumatisme crânien

Amenée à l'hôpital par la police municipale, elle a cessé de travailler presque trois semaines. «Là, elle a repris à 50%, détaille sa mère. Elle a eu un traumatisme crânien, tout son corps était tuméfié, et elle a toujours un suivi psychologique. Il y a un avant et un après. Elle avait toujours la joie de vivre au réveil. Là, ce n'est plus le cas.»

Sentiment de culpabilité

Rencontrée ce mercredi après-midi en présence de sa mère, l'adolescente a détaillé les effets qu'a produits sur elle cet épisode. «J'ai perdu confiance en moi. Je ne sors plus énormément le soir, et sortir seule est compliqué. Je pourrais facilement faire une crise d'angoisse.» Un sentiment de culpabilité la guette. «Ce parc, j'y allais fréquemment. Et, surtout à l'heure à laquelle j'y étais, je ne pensais pas que c'était quelque chose de mal.» Elle explique avoir commencé à se poser beaucoup de questions. «Est-ce qu'il m'a tapée parce que je le méritais? Me suis-je trop montrée avec des objets de valeurs?»

Même à Genève, pas à l'abri

Elle est néanmoins persuadée que leur mobile était la violence gratuite, le défoulement. «Ce n'était pas pour les écouteurs. Ils ont vu mon porte-monnaie et mon téléphone, mais ne les ont pas pris.» Aujourd'hui, elle dit ne pas en vouloir à ses agresseurs. [...]

05.12.2018

source:

***

rappel: https://lesobservateurs.ch/2018/08/24/geneve-nouvelle-agression-gratuite-dun-mineur-le-24-heures-refuse-dindiquer-les-caracteristiques-ethniques-des-agresseurs/ 

 

https://lesobservateurs.ch/2018/08/17/apres-lagression-de-geneve-les-femmes-socialistes-vont-faire-une-campagne-de-prevention-mais-refusent-devoquer-la-nationalite-des-agresseurs/ 

https://lesobservateurs.ch/2018/08/16/yvan-perrin-lagression-de-geneve-a-ete-un-revelateur-de-lhypocrisie-de-gauche/  https://lesobservateurs.ch/2018/08/10/agression-a-geneve-cetait-de-la-violence-purement-gratuite-pas-une-bagarre/ 

https://lesobservateurs.ch/2017/01/16/agression-a-geneve-les-deux-victimes-placees-en-coma-artificiel-lune-est-defiguree/ 

https://lesobservateurs.ch/2018/01/26/geneve-violente-agression-contre-une-femme-comment-limmigration-enrichissante-traite-nos-filles-video/

 

8 commentaires

  1. Posté par cactus le

    Je trouve que ca devient n’importe quoi..

  2. Posté par Gemme le

    Genève pète plus haut que son cul ! C’est pour ça…

  3. Posté par Gérald Sachot le

    Chaque personne attaquée par des envahisseurs devrait systématiquement porter plainte contre la sommaruga pour complicité. A défaut de la faire réfléchir cela pourrait peut être lui faire comprendre que ses petits copains ne sont pas des anges.

  4. Posté par jesuiscolère le

    grrrrr…. que dire de plus

  5. Posté par Sergio le

    Une triste histoire de plus, je compatis. Ils n’auront pas sa haine, lui ont dit les spécialistes. Bien maigre consolation.

  6. Posté par maury le

    Chaque pays subit l’invasion ,paie pour elle et les citoyens et surtout citoyennes sont devenus des punchingball pour les arriérés mentaux invités par Merkel et ses comparses!!: »VA T ON CONTINUER A SUBIR COMME DES LÂCHES?????

  7. Posté par JeanPaul le

    Je suis convaincu qu’il faut rétablir les pénitenciers pour en faire baver à tous les fous violents qui agressent gratuitement, notamment des femmes.

  8. Posté par Tommy le

    Certainement des Scandinaves en goguette dans les rues de Genève .

    Ceci dit, pourquoi aucune description des agresseurs?
    Accent, apparence, habillement…

    Peut-être que la victime a été trop formatée au vivre-ensemble, au point qu’ elle se trouve aux prises avec des crises d’ amnésie?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.