Démocratie Directe, 1848 – 2018

Stéphane Montabert
Suisse naturalisé, Conseiller communal UDC, Renens

C'est avec une immense tristesse que les héritiers naturels et adoptés de la Démocratie Directe vous font part du décès de celle-ci ce dimanche 25 novembre, à l'âge vénérable de 170 ans.

La patiente est morte des suites d'une longue maladie, rongée de l'intérieur depuis des années par les élites politico-médiatiques, les ONG et l'apathie du peuple souverain. Son état se détériora rapidement en 2012 à la suite de l'arrêté félon du Tribunal Fédéral, décrétant le Droit international (et à travers lui la libre-circulation) supérieure à la Constitution, afin de ne pas avoir à faire appliquer la modification constitutionnelle du Renvoi des Criminels Étrangers.

Différents traitements de la dernière chance furent tentés par ses partisans dans l'espoir de lui rendre sa vigueur passée, mais même le massage cardiaque administré ce jour fut insufflé avec trop peu d'enthousiasme pour la ramener à la conscience.

Les obsèques auront lieu chaque dimanche de votation, jusqu'à ce que celles-ci, virant peu à peu à la mascarade, soient à leur tour complètement abolies faute de participants.

votation du 25 novembre 2018,démocratie

 


 

Toute plaisanterie mise à part, je suis évidemment attristé par les résultats des votations de ce dimanche. À l'heure où ce texte est rédigé, on compte 67% de Non, tous les cantons qui rejettent le texte (les Romands se sont encore une fois distingués par leur suprême soumission au diktat de la bien-pensance), et surtout une participation désolante de quelque 45%.

Si je suis évidemment déçu, je n'ai pas de raison de m'en vouloir. À l'inverse de beaucoup de gens qui se mordront bientôt les doigts de ce qui vient de se jouer aujourd'hui, j'estime avoir accompli ma part. Je n'ai cessé de plaider, de motiver, de convaincre et de dénoncer les manœuvres en cours, y consacrant de nombreux billets ces dernières semaines, tant sur LesObservateurs.ch que sur 24Heures.  Mes interventions propulsèrent d'ailleurs mon site en tête de liste des blogs les plus lus de la plateforme.

Le vin est tiré, il faut le boire. La même chose vaut pour les votations. Le score de rejet de l'initiative de l'autodétermination est conséquent, il s'agit d'un échec cinglant. Quels enseignements peut-on en tirer?

La campagne "sage" n'a pas marché. Le comité de campagne avait tenté une approche neutre pour un débat dépassionné, non-partisan, concernant la Suisse et son destin démocratique ; ce faisant, il a laissé le champ libre aux adversaires qui ont redoublé d'hystérie au lieu de saisir la main tendue. Le débat serein n'a jamais eu lieu. Le revirement de l'UDC alémanique dans la dernière ligne droite de la campagne n'a pas suffi.

Les gens n'ont pas compris l'initiative. Pour commencer, ce n'était même pas une initiative! L'autodétermination était un référendum contre une décision de 2012 du Tribunal Fédéral qui choisit - outrepassant son rôle - de subordonner la Constitution suisse au droit international. Mais les mécanismes de la démocratie directe étant ce qu'ils sont, il fallut passer par une initiative pour s'opposer à ce légalisme par voie juridique. Largement de quoi semer en chemin le citoyen lambda. C'est aussi la raison pour laquelle la participation fut si faible pour un sujet d'une telle importance.

La peur fonctionne. Il suffit en général de clamer comme un mantra que "cela risque de nuire à l'économie" ou que "la Suisse va se faire mal voir" pour que toute discussion rationnelle déserte le débat. Personne ne demandera de démonstration sur ces slogans. La peur est un sentiment fort qui éteint les capacités intellectuelles de l'individu ; celui-ci ne décide plus que par instinct, et se fait piéger par lui comme les chasseurs piègent les animaux.

Berne a carte blanche. Les 70% du Parlement opposés bec et ongles à l'UDC se sentent probablement pousser des ailes aujourd'hui - la raclée infligée est telle qu'il n'y a même plus besoin de prendre des précautions, comme les aurait inspirées un score plus serré. On peut s'attendre à ce que les pires lubies politiques du moment - de la signature du Pacte pour les Migrations de l'ONU à un pavillon suisse pour l'Aquarius en passant par le fameux accord-cadre avec l'UE - soient relancées dans les plus brefs délais.

La Dernière Initiative a vécu. La Démocratie directe vient de s'éteindre aujourd'hui, et la plupart des gens ne l'ont même pas compris. Elle cède la place à quelque chose d'autre - appelons-la la Démocratie restreinte, par exemple - qui ne permettra plus à aucun texte ayant trait au droit international d'être menacé par une initiative. Vu l'aspect tentaculaire de celui-ci, les droits populaires seront vite ramenés à la portion congrue, mais c'est une nouvelle réalité que les militants de tout bord réaliseront bien assez tôt.

Le rejet du vote sur l'autodétermination est aussi celui d'une certaine idée de démocratie que je faisais mienne. J'avoue que je suis très modérément inspiré par une Constitution helvétique subordonnée au droit international, comme le peuple vient aujourd'hui de l'approuver. Je ne me vois pas convaincre qui que ce soit de l'intérêt de ce régime, ni le défendre. Je ne me reconnais pas dans un peuple qui préfère sacrifier des droits démocratiques acquis de haute lutte plutôt que désobéir à ses élites.

"...Le véritable exil n’est pas d’être arraché de son pays ; c’est d’y vivre et de n’y plus rien trouver de ce qui le faisait aimer." -- Edgar Quinet.

Les médias de premier plan, dont l'unique talent est de savoir cornaquer le peuple souverain, ont dirigé celui-ci de main de maître - en faveur du multilatéralisme, des organisations supranationales, des accords bilatéraux, de la libre-circulation et de l'intégration avec l'Union Européenne. C'est un choix assumé. Je ne sais pas s'il valait le sacrifice de la Démocratie directe. Je doute que l'UE soit le meilleur cheval sur lequel miser en 2018 ; les signes de son écroulement se font chaque jour plus visibles.

Cela dit, je continuerai à tenir la plume, ne serait-ce que pour rendre compte de ce que deviennent ce pays et ce continent!

Stéphane Montabert - Sur le Web et sur LesObservateurs.ch, le 25 novembre 2018

38 commentaires

  1. Posté par Fleeps le

    Je ne vote plus et je vais convaincre mon entourage de faire de même.
    Je reprendrai mon devoir de citoyens quand j’aurai l’impression que la démocratie existera à nouveau.

  2. Posté par Dominique le

    @denis, j aimerai avoir votre optimisme. Pensez-vous que le peuple suisse soit plus combatif que les peuples français, allemands, belges, hollandais, etc, qui sont encore plus que nous dirigés contre leur grē, dans une véritable situation économique catastrophique et qui eux aussi se sont vus imposer des choix qu ils avaient refusés dans les urnes?
    Avez- vous le sentiment qu ils soient en train de reprendre leur destin en mains?
    J’ espère que vous aurez raison, sincèrement!

  3. Posté par Luc Jardie le

    C’est pas « les Suisses » mais 32% des inscrits qui a refusé.L’abstention bat des records dans ce pays. Participation d’hier un peu en hausse mais d’habitude ça tourne autour des 34 %.
    Aucun résultat n’est représentatif du peuple depuis des lustres.
    Et même si voter était obligatoire, je ne suis pas certain que les résultats seraient différends. (voir Bâle)
    Il faut toujours avoir à l’esprit que l’électorat n’est pas figé, les anciens lucides disparaissent, les nouveaux esprits européanisés lobotomisés prennent la place.
    Ce peuple à tort, mais il n’a pas besoin de le savoir, juste besoin de subir dans sa chair. Seul espoir de voir les cartes rabattues, la crise économique et le chaos annoncé puis la disparition de cette Uerss. Quand un mur veut tomber, il ne faut pas chercher à le retenir.
    Merci à Monsieur Montabert et à tous les commentateurs pour leurs avis pertinents.

  4. Posté par Denis le

    L’avenir de la Suisse ne dépend heureusement pas du résultat de cette votation:
    Si le ‘Oui’ avait passé, on ne l’aurait pas appliqué, on aurait donné mauvaise conscience au peuple par plein d’articles sermoneurs, allant encore plus loin dans le déni de démocratie.

    Il n’y a pas de démocratie sans responsabilité. Plusieurs personnes l’ont mentionné: nous sommes peut-être indignes de notre démocratie.

    Restons optimistes, il y a plusieurs façons de se réveiller :
    – En faisant réfléchir les esprits : en multipliant des initiatives comme ce site web, en promouvant au sein des partis conservateurs des politiciens qui ont un talent de communication, etc…
    – En laissant agir le temps:
    Laissons la Suisse subir encore un peu plus les conséquences de l’euro-mondialisme. Une fois que l’on ne pourra plus trop maquiller les chiffres du chômage, que la fonte de nos caisses de pension sera incontestable, que les nouvelles générations de citoyens n’arriveront plus à se payer le luxe d’habiter en Suisse et seront contraints de devenir eux-même frontaliers, à ce moment-là, je suis sûr qu’il restera suffisamment d’outils politiques pour redevenir souverain.

  5. Posté par Guillaume le

    Une revolution est toujours le fruit d’un complot .
    L’eviction de Mr Blocher en 2007 sonnait deja le debut de la fin de la democratie en Suisse, beaucoup ne l’avaient pas compris a cette epoque ,tout comme beaucoup n’ont rien compris en 2018.
    En democratie le pouvoir appartient toujours a celui qui controle l’information,
    (donc les grand medias) .
    Les patriotes intelligents se souviendront qu’on ne conquiere ni ne conserve sa liberte avec un bulletin de vote qui n’est qu’un bout de papier.
    A ceux qui ont des oreilles…

  6. Posté par Yolande C.H. le

    Pour ces moutons qui ne pensent qu’à brouter, démocratie signifie démocratisation, à savoir que toujours plus de monde (= tous les résidents, sans distinction) puisse consommer toujours plus, l’état ayant pour fonction de combler les besoins, et non pas, comme autrefois: est-ce que la communauté de citoyens a les moyens de financer ce qu’elle souhaite (attitude responsable).

  7. Posté par dissident le

    Patience quand même …
    La Suisse s’est jetée dans les bras d’un monstre aux pieds d’argile en totale déliquescence. Quand cette U€RSS aura collapsé comme son illustre boursouflure, il sera toujours temps d’envisager le retour à la normale …

  8. Posté par Julie Rochat le

    @Kate – Bravo, tout est dit! Tellement triste, tellement déçue par cette votation. Autant dire que les Suisses se tirent non pas une balle mais une rafale dans le pied. Nos ancêtres doivent se retourner dans leur tombe…. Trop la honte !! Et un spécial grand merci à l’UDC pour son silence assourdissant durant toute la campagne et son inertie ! Je comprends mieux la décision de M. Tony Bruner….

  9. Posté par Alberto Da Giussano le

    La Suisse ne serait-elle pas devenue une sorte de Belgique des montagnes ou de Suède alpine ?
    Tout fout le camp !

  10. Posté par Peter Bishop le

    @Candide : Aucun des commentaires ici ne critique la démocratie, au contraire. On regrette le résultat mais pas l’outil…

  11. Posté par Andrea le

    Si le Suisses croyaient à la démocratie directe il auraient été voter. Mais non, ce qui compte est le « black friday“ ou toute autre occupation futile. Donc, ils ne la méritent pas!

  12. Posté par JeanDa le

    @Peter K le 26 novembre 2018 à 01h45 : « le premier signe fort est la démission des deux nains de jardins du cf, faut les mettre au placard au plus vite » !
    OUIIIIIII ! Ces deux autistes, Maurer et Parmelin, sont DEUX TOXIQUES de par leur inactivité ! Mais il y en a d’autres … je suis tenté de dire tous les cadres de l’UDC à quelques rares exceptions près.
    Il vaut mieux être totalement dans l’opposition que d’occuper inutilement deux places au gouvernement.
    Il faut aussi cesser de tisser des alliances illusoires avec d’autres partis, car on l’a vu, ceux-ci se rangent aux côtés des socialauds au premier éternuement.

  13. Posté par dissident le

    Eh bien le vaillant peuple suisse a rejoint le troupeau bêlant de la post démocratie. Comment s’en étonner ? Comme la gaule, pays de braillards incapables de se prendre en charge autrement que lors de révolutions pré manipulées et confisquées par des intérêts très organisés, la patrie de Guillaume Tell ne semble décidément mériter la démocratie. L’exemple gaulois doit vous donner quelques pistes pour l’avenir: quand vous n’aurez plus à votre tour ni panem ni circences, alors peut être retrouverez vous ce bon sens montagnard qui faisait votre charme ?

  14. Posté par Jandur le

    Consternante situation. Remarque complémentaire aux commentaires précédents, les électeurs ont tué ce vieil atout diplomatique Suisse sur la scène internationale: sa neutralité. Les résidents genevois ont voté en masses entendues en faveur de tous rapprochements avec leur voisin, et dans cet abrutissement d’aveugles en ce 25 novembre 2018, pour la fin de leur Genève internationale chérie.

    Autre point consternant : les promoteurs du rejet de l’autodétermination Suisse ont réussi à faire croire à une majorité de votants que si la CEDH dépend du Conseil de l’Europe, ce CONSEIL de l’EUROPE est INDEPENDANT de l’Union Européenne.

  15. Posté par Mauron le

    @Kate Bien vu ! Manque de courage.

  16. Posté par reichenbach le

    Sidérée..tous des moutons.. incapable de penser par eux mêmes…. je vois que je ne suis seul dans le deuil… je ne vois plus la couleur rouge de notre drapeau depuis hier.. je vois bleu..

  17. Posté par S. Dumont le

    Tout comme vous je suis très déçue, mais le résultat ne m’a pas vraiment surprise…
    Notre démocratie directe fera bientôt partie dans nos livres d’histoire où nous pourrons lire: – Il était une fois en Suisse la démocratie directe….
    Je vais peut-être vous surprendre, mais je me suis demandé si nous étions réellement dans une démocratie directe ou si elle était bafouée?
    Voici quelques exemples:
    Les suisses ont refusé l’adhésion à l’ONU par 75.7 % le 14 décembre 1984.
    Or, en deuxième votation, les électeurs ont accepté d’adhérer le 3 mars 2002 par 54,6 %.
    Que s’est-il réellement passé entre-temps? Manipulation de masse? Chantage? Fausses promesses? Médias aux ordres?
    L’initiative du 9.02, acceptée par le peuple, demandait de limiter l’immigration. Or, elle est devenue euro compatible.
    Le 22.09.2002, les suisses ont rejeté l’initiative sur l’électricité, or Doris Leuthard continue d’en discuter avec Bruxelles afin de la contourner.
    Autre exemple, le 30 novembre 2014, nous avons refusé l’abolition des forfaits fiscaux aux personnes aisées par 59.2 %. Or, j’apprends, entretemps, que les forfaits fiscaux vont être abolis.
    Enfin, le 12 février 2017, les suisses ont refusé la RIE III, par 59.1 % nommée par la suite PF 17 puis RAFFA en dernier, histoire de nous embrouiller ou de nous prendre pour des c… Or, ce dossier a été rediscuté au parlement et un deuxième projet est prêt à passer en deuxième votation.
    Sommes-nous réellement dans une démocratie directe?

  18. Posté par pat le

    La soumission totale aux Ayatollahs de la globalisationc.est pour quand la construction des minarets?

  19. Posté par Candide le

    C’est quoi ces démocrates d’opérette qui ne chantent les vertus de la démocratie que lorsque le peuple vote comme ils le souhaitent ?

  20. Posté par dominique le

    Je pense sérieusement à quitter ce pays de moutons manipulés par les medias.
    En effet, comment peut-on, si l’on est doté d’une once de clairvoyance accepter d’abandonner notre démocratie à la souveraineté européenne. C’est pire que d’entrer directement dans l’UE.
    et la encore, il suffit de voir ce qu’il se passe partout dans l’UE pour comprendre la catastrophe vers laquelle nous nous dirigeons avec grand entrain. Ce vote est dramatique et l’absence de participation l’est tout autant. Franchement, comment en est-t-on arrivé là? c’est effarant!

  21. Posté par Peter K le

    @ Edi, tout a fait d’accord avec votre analyse, le parti devient ringard, si il ne change pas en profondeur, il va se faire laminer aux prochaines federales, il doit devenir une vraie opposition, et le premier signe fort est la demission des deux nains de jardins du cf, faut les mettre au placard au plus vite, et ensuite devenir plus social, anti assurreurs, etc…ou refonder un mouvement plus dans l’air du temps, style Afd, nouveau nom, etc…

  22. Posté par Kate le

    Aujourd’hui La Suisse s’est tirée une balle dans le pied !
    Elle vient de perdre de sa superbe: sa démocratie directe! Tant admirée à l’étranger!
    Dommage que les Suisses, trop gâtés, n’aient pas compris l’enjeu de cette votation.
    Comment est il possible de laisser à des étrangers le soin de décider pour notre pays?
    Changer nos lois, défaire ce qui nous unissait , où est le Pacte du Grütli?
    En tant que Suissesse de l’étranger, j’ai mal de voir mon pays se banaliser! Se mourir
    à petit feu, faute de courage, de discernement et de bon sens!
    Regardez donc ce qui se passe en Europe! Aucun autre peuple n’est aussi souverain que le nôtre!
    Que l’on adhère ou pas à l’UDC, il n’était pas bien compliqué de comprendre ce qui se tramait au CF et d’evaluer ses conséquences ! Se jeter dans la gueule du loup européen et perdre sa liberté
    d’expression!
    Dommage, tellement dommage ! Pauvre Suisse chérie!

  23. Posté par PvG le

    Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre..
    Le peuple se trompe , comme le peuple allemand s’est trompé en portant Hitler au pouvoir
    PvG

  24. Posté par Rey le

    Je comprends votre déception qui est la mienne également. Aujourd’hui je me détache de plus en plus de ce pays que j’ai tant aimé. Je ne me sens plus du tout solidaire, ni même concerné. Je pense même ne plus vouloir voter. Je viens d’acquérir une propriété en Algarve et je ne vais pas me gêner de déménager.
    Bien à vous.

  25. Posté par JeanDa le

    Peut-être nous laissera-t-on nous prononcer par votation sur les cornes des vaches et la hauteur de leurs clôtures ….

  26. Posté par Bussy le

    Et dans la foulée, tout content, le CF va courir pour signer le pacte de l’ONU sur les migrations, qui sonnera la fin de l’Europe occidentale !
    Repose en paix !
    Place à la charia, aux guerres tribales, au shithole !
    Que c’est beau la vie !

  27. Posté par Anton le

    Pauvres Suisses, c’est comme si vous aviez voter « Macron », comme les Français et pourtant vous voyez ce qui se passe dans ce beau pays (surtout vous les Romands) mais c’est votre choix, un vrai choix masochiste qui n’a aucun respect pour vos ancêtres qui se sont toujours battus contre l’Etranger qui voulait déjà vous imposer sa loi. De profundis !

  28. Posté par Antoine le

    Merci M. Montabert pour votre billet.
    C’est triste en effet de voir que la majorité suisse ne voit pas les conséquences de cette votation.
    Nous aurons droit à une mascarade de  »démocratie directe » qui n’incite pas à allez au bureau de vote pour s’exprimer !
    On connait les résultats de la votation concernant le renvoi des migrants violents, ainsi que l’ersatz proposé par le CF concernant l’immigration de masse …
    C’est désolant, mais c’est la volonté du peule souverain, grandement aidé par tous les menteurs et manipulateurs qui ont plaidé en faveur du non …

  29. Posté par bigjames le

    L UDC a fait tout faut. Et surtout, ses deux conseillers fédéraux ont été misérables. Inexistants, comme d habitude.

  30. Posté par Edi o le

    Je suis si déçu par ce résultat. J’y ai cru jusqu’au bout. Quelque chose a vraiment changé depuis 2 ou 3 ans. Apparemment le matraquage médiatique et la diabolisation de l’UDC font effet sur la majorité des citoyens.
    Je pense que l’élection de Donald Trump, qui a nuit à l’image des partis conservateurs en Europe, et la communication catastrophique de l’UDC et leurs 2 représentants au CF sont les éléments déclencheurs.
    Il faut se rendre à l’évidence qu’une majorité de Suisses s’accommode des problèmes de logement de traffic routier et de criminalité tant qu’ils ont du pouvoir d’achat. J’en viendrai presque à souhaiter une crise économique afin que les gens œuvrent les yeux.
    L’UDC doit absolument se remettre en question. Il est illusoire de penser qu’ils pourront être accepté par l’élite donc autant rester sur une ligne dur. Leur communication et leur présence sur les réseaux sociaux doit être adapté à notre époque car pour les jeunes ils sont clairement ringard.
    L’émergence d’un parti plus à gauche sur les questions sociales et économiques mais conservateur sur les thèmes de société pourrait être bénéfique en offrant un choix aux électeurs conservateurs.
    Essayons de rester optimistes.

  31. Posté par Marie-France le

    « La Suisse, elle aussi , était minée de l’intérieur. La bête y avait creusé toutes ses sapes, mais avec tant de précautions qu’elles furent plus longues à s’écrouler. Et la Suisse, par larges pans, s’oublia à trop penser. De l’intérieur et de l’extérieur, les pressions se firent progressivement plus fortes. Le coup de Munich. Imparable. La Suisse dut négocier. Elle ne pouvait y échapper. Aujourd’hui , elle a signé.(…) Alors je me répète lentement, pour bien m’en pénétrer, cette phrase mélancolique d’un vieux prince Bibesco : »La chute de Constantinople est un malheur personnel qui nous est arrivé la semaine dernière » ( dernier paragraphe de l’épilogue du livre de Jean Raspail « Le Camp des saints ».. écrit en 1973 !!)

  32. Posté par Thgh hhljh le

    Salut Stéphane, je partage ton désarroi. Comment a-t-on pu en arriver là?! Le problème est que le peuple suisse écoute et fait confiance aux médias. Un autre bel exemple est ce qui est en train de se passer en France, les français ont écouté leurs médias et ont élu Macron, maintenant ils s’en mordent les doigts ! Laissons à tous ces imbéciles apprendre de la manière forte, puisque qu’ils ne comprennent que ça finalement. De notre côté, je pense que maintenant il est clair que le combat devra être focalisé sur démontrer que nos médias et politiciens sont corrompus. Il faut démontrer les raisons économiques qui poussent tous ces gens à mentir et manipuler.

  33. Posté par Ghost hjjgf le

    Test

  34. Posté par Baron d'Bobard le

    J’espère que les Suisses vont être totalement soumis au droit international et à l’UE. Que leur démocratie disparaisse. Ils ne la méritent pas.
    Pour se faire entendre ils ne leur restera plus que de descendre dans la rue. Alors il faudra faire charger la police contre ces gueux. Ils ne méritent que ça.
    Ils ont choisi l’esclavage, ils seront traité comme tel.

  35. Posté par Hjjjjut le

    Test

  36. Posté par Jean-Francois Morf le

    Résumé de la décision d’aujourd’hui des juges étrangers: 1 milliard de mahométans consanguins dégénérés vont pouvoir venir toucher tout l’éventail des prestations sociales financées par les travailleurs chrétiens non consanguins non dégénérés. Des prestations qui étaient originalement destinées à ne pas laisser les chrétiens tombés au chômage tomber dans la déchéance. La cour de justice européenne est tombée sur la tête!

  37. Posté par lucie le

    Sur le vif, je dis que c’est une catastrophe nationale !!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.