Le fantasme de la « meute homophobe, islamophobe et raciste »…

post_thumb_default

 

282 000 manifestants, c’est un succès. A plus forte raison pour une mobilisation qui a démarré anonymement sur les réseaux sociaux. Et ce sont les chiffres du seul gouvernement, d’ordinaire contrebalancés par ceux des organisateurs ce qui donne généralement : 282 000 selon la police, 800 000 selon les organisateurs… Mais là, il n’y avait pas d’organisateurs.

Ceux qui étaient dans les barrages et les blocages ce week-end comme plusieurs de nos rédacteurs et de nos lecteurs, ont constaté en effet comme l’a souligné Marine Le Pen, qu’Emmanuel Macron a « réussi à faire descendre dans la rue la France qui ne manifeste jamais ».

C’est la France périphérique qui était sur les barricades. Celle qui n’a parfois plus les moyens de se chauffer, ni de payer un plein de carburant de plus. C’est la France qui bosse, qui cotise et qui partage la même colère, taxée à tous les étages, régulièrement culpabilisée, et révoltée par la préférence étrangère dans les choix budgétaires.

Quand Edouard Philippe déclare dimanche soir aux Gilets jaunes, « la France, ce n’est pas l’anarchie » : « J’ai vu, hier et aujourd’hui, certaines scènes qui relevaient de l’anarchie, de la pression et de la violence », ses propos sont proprement scandaleux. Quand les milices d’extrême gauche cassent et pillent méthodiquement les centres-villes, harcèlent systématiquement les forces de l’ordre pendant des semaines, il n’en dit pas autant, il se garde bien de les stigmatiser.

Les Gilets jaunes ont été dans leur très grande majorité pacifiques, n’ont pas incendié les véhicules de police ni caillassé les pompiers. Et s’il y a un mort à déplorer – une manifestante de 63 ans percutée par une mère de famille qui a paniqué alors qu’elle voulait contourner un barrage pour emmener son enfant chez le médecin – c’est un dramatique accident qui ne peut en aucun cas résumer le mouvement, la majeure partie des manifestations se tenant sur les routes, le risque d’accident était en effet élevé.

Les trois « bavures » emblématiques

Dès que la France populaire bouge le petit doigt, elle est de toute façon accusée d’être « facho », dirigée en sous-main par « l’extrême droite » et de « faire le jeu des populismes ». Nous avons eu droit aux trois bavures emblématiques relayées par les médias et le gouvernement. La bavure homophobe, la bavure islamophobe et la bavure raciste. Une de chaque, le compte est bon ! Salaud de peuple.

Samedi alors que le conseiller municipal de Bourg-en-Bresse et son compagnon arrivent sur un barrage de Gilets jaunes, ils tentent de le forcer mais les manifestants retiennent leur véhicule. « J’ai entendu certains manifestants dire : “Je le reconnais, c’est un pédé”. A partir de là, ils nous ont menacés », explique Raphaël Duret à La Voix de l’Ain qui relate que sa vitre arrière a été cassée. Pour le président de SOS homophobie, Joël Deumier c’était « une meute homophobe ».

En Charente, une automobiliste noire tente de forcer le passage devant une rue barrée. La conductrice dira avoir entendu les mots suivants : « Retourne dans ton pays », « Dégage », « Pouffiasse », « Salope », « Les histoires de Noirs, on veut plus en entendre parler. »

A Saint-Quentin en Picardie, la légende est encore plus belle : « Sur le côté, il y a une dame garée depuis une heure… Ils lui ont fait retirer son voile. » Des témoignages isolés, saisis à la volée, déformés, amplifiés et qui permettront à Libération de titrer : « Gilets jaunes : indignations après des agressions homophobes, islamophobes et anti-Noirs ». La langue du peuple écorche les oreilles bobos, sa colère serait-elle encore plus inquiétante que ce que l’on craignait ?

Cet article Le fantasme de la « meute homophobe, islamophobe et raciste »… est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Léo C le

    Ce genre d’occurrence est du pain bénit pour les « shit stirring media », comme les disent les Américains.

    Les gilets jaunes deviennent un peu plus bruns, n’est-ce pas ? Par contre les gauchos et autres nuisibles à Nuit Debout pouvaient incendier ou agresser à tout va.

  2. Posté par Bussy le

    Début de panique chez les élites traîtres aux peuples européens… elles sentent que le moment approche où le peuple viendra les trouver avec des fourches !!!

  3. Posté par Hotch le

    S’ils arrivent à avoir pas loin de 300’000 personnes sur des ronds-points de province, ils doivent être capables de les mobiliser à l’élysee : les benalla de service feront -au pire’ quelques centaines de morts, mais une fois macron, sa femme et sa clique guillotinés ou pendus, les Français pourront peut-être reprendre leur avenir en mains.
    1789 – 2019 : 230 ans, mais le combat reste le même 🙂

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.