Le business de la solidarité: Sortie de crise financière pour l’UNRWA

Propos recueillis par Mehmet Gultas/oang

L'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a presque réussi à surmonter la crise financière provoquée par le retrait des Etats-Unis. Son patron, le Suisse Pierre Krähenbühl, l'a annoncé jeudi à Genève.

L'UNRWA avait prévu un budget de quelque 1,2 milliard de francs pour 2018. Mais elle s'est retrouvée face à un trou d'environ 446 millions après la défection de son premier contributeur, par une décision du président Donald Trump.

L'agence a alors demandé le soutien des membres de l'ONU et a collecté 380 millions de francs supplémentaires, ce qui laisse un déficit pour l'année en cours de 64 millions.

"On a réussi une mobilisation extraordinaire"

"C'était une crise tout à fait existentielle, aussi par la dimension totalement imprévue de la décision américaine qu'on a évidemment beaucoup regrettée", souligne le commissaire général de l’UNRWA dans l'émission Forum. "Mais il fallait retrousser ses manches et on a réussi une mobilisation tout à fait extraordinaire au niveau de la communauté des Etats. Beaucoup de pays nous ont rejoints (…) aussi en Asie, les pays du Golfe se sont mobilisés, et cela a été un développement très positif", poursuit Pierre Krähenbühl.

L'agence n'est pas encore tout à fait au bout de ses peines, mais le Suisse est optimiste sur ce plan financier: "C'est une mobilisation remarquable (…) et j'espère avoir encore de nouvelles annonces dans les dix jours à venir."

L'espoir d'un retour des Etats-Unis au sein du cercle des donateurs, en revanche, est mince. "La dernière prise de position officielle des Etats-Unis, à la fin du moins d'août, était clairement de communiquer publiquement qu'ils n'allaient pas se réengager", note le patron de l'UNRWA. "Donc on ne compte pas là-dessus (…) mais on reste engagés dans le dialogue avec les Américains."

"On a été très près du conflit à Gaza"

Pierre Krähenbühl reste par ailleurs très préoccupé par la situation à Gaza, malgré le cessez-le-feu conclu avec Israël.

>> Lire: Le Hamas annonce un cessez-le-feu avec Israël après des combats à Gaza

L'agence a vraiment craint une nouvelle guerre durant l'été. "A deux-trois reprises, on était très, très près du conflit", dit-il. Et l'impression a été la même ces derniers temps. Aujourd'hui, il y a une sorte de répit, mais Pierre Krähenbühl reste prudent: "Je ne pense pas qu'on en soit tout à fait sortis, les éléments de crise sont tellement présents."

"Les réfugiés de 1948 et leurs descendants

L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens fournit de l'aide aux Palestiniens qui ont été chassés de chez eux ou qui ont fui lors de la guerre de 1948, à la création d'Israël, ainsi qu'à leurs descendants.

Israël et les Etats-Unis s'opposent au fait que les Palestiniens puissent transmettre le statut de réfugié à leurs enfants, souhaitant réduire le nombre de personnes bénéficiant d'une aide de l'UNRWA, ce que les Palestiniens dénoncent comme une violation de leurs droits.

L'UNRWA gère notamment 711 écoles dans les Territoires palestiniens, en Jordanie, au Liban et en Syrie."

*****

Un commentaire

  1. Posté par Bussy le

    Les pays du Golfe se sont mobilisés…. très bien, au lieu de financer la construction de mosquées dont l’Europe n’a pas besoin, qu’ils aident leurs camarades !
    Et ils pourraient même, dans la foulée, leur accorder l’asile !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.