Des milliers de Pakistanais mobilisés pour exiger l’exécution d’une chrétienne accusée de blasphème

 

Menaces contre les juges, manifestations, les islamistes radicaux pakistanais membres du parti Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), se déchaînent pour demander l'exécution d'une femme chrétienne, condamnée pour blasphème en 2010. Comme le rapporte notamment l'AFP, plusieurs milliers de manifestants ont ainsi défilé dans les rues du pays, à Lahore, à Karachi et à Rawalpindi, appelant à l'exécution d'Asia Bibi, accusée d'avoir insulté l'islam. Si son appel échouait et que la peine de mort était appliquée, elle deviendrait la première personne exécutée pour blasphème au Pakistan.

Ces manifestations ont eu lieu alors que la Cour suprême du Pakistan a statué sur le dernier recours en appel d'Asia Bibi, cette ouvrière chrétienne, accusée de blasphème contre le prophète Mahomet en 2009 par des femmes musulmanes avec lesquelles elle travaillait. Elle clame son innocence et a déposé un ultime recours qui a été examiné le 8 octobre par la plus haute instance judiciaire du pays, après plusieurs années de procédure. La Cour, qui a rendu son verdict, a déclaré que celui-ci n'avait pas encore été rendu public pour «des raisons qui seraient révélées plus tard».

Des milliers de Pakistanais mobilisés pour exiger l'exécution d'une chrétienne accusée de blasphème© AAMIR QURESHI Source: AFP
Un partisan de Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), un parti politique religieux radical, tient une pancarte lors d'une manifestation à Rawalpindi le 12 octobre 2018, exigeant la mise à mort d'Asia Bibi, femme chrétienne condamnée pour blasphème,

Paysanne et mère de cinq enfants, Asia Bibi avait eu une dispute avec une musulmane au sujet d'un verre d'eau. L’incident aurait commencé quand elle est allée chercher une tasse d’eau dans un puits pendant une chaude journée de cueillette de fruits. Selon son récit transcrit dans son autobiographie intitulée Blasphème, quand une femme musulmane l'a vue s'approcher de l'eau, elle aurait crié: «Ne bois pas cette eau, c'est haram [interdit] !» Elle s'est ensuite tournée vers les autres femmes présentes dans le champ, leur disant qu'Asia Bibi avait souillé l'eau du puits en en buvant. Plusieurs femmes l'ont ensuite qualifiée de «chrétienne immonde» et lui ont dit de se convertir à l'islam. «Je ne vais pas me convertir», aurait répondu Asia Bibi, avant d'ajouter : «Je crois en ma religion et en Jésus-Christ, qui est mort sur la croix pour les péchés de l'humanité. Qu'a fait votre prophète Mahomet pour sauver l'humanité ? Et pourquoi est-ce que ce devrait être à moi de me convertir et pas à vous ?» A ce moment-là, une femme lui aurait craché dessus et une autre l'aurait poussée. Quelques jours plus tard, Asia Bibi a été accusée de blasphème.

Le 4 janvier 2011, le gouverneur du Pendjab, Salman Taseer, qui avait publiquement défendu Asia Bibi, avait été assassiné par son garde du corps. Ce dernier a été condamné à mort et exécuté mais est devenu un héros pour les extrémistes. Son tombeau s'est même transformé en un lieu de pèlerinage. Le 2 mars de la même année, le ministre fédéral des Minorités religieuses, Shahbaz Bhatti, de confession catholique, qui l'avait lui aussi publiquement soutenue, et avait appelé à un amendement de la loi sur le blasphème, a lui aussi été assassiné, par des hommes se réclamant d'une mouvance islamiste.

Des milliers de Pakistanais mobilisés pour exiger l'exécution d'une chrétienne accusée de blasphème© ARIF ALI Source: AFP
Les partisans de Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), un parti politique religieux extrémiste, manifestent à Lahore le 12 octobre 2018 pour demander la mise à mort d'Asia Bibi, une mère de famille chrétienne, condamnée pour insulte à l'islam.

Le cas d'Asia Bibi a suscité de nombreuses mobilisations internationales en faveur de sa libération. Les défenseurs des droits de l'homme voient en cette femme un emblème des dérives de la loi réprimant le blasphème au Pakistan, souvent instrumentalisée, selon ses détracteurs, pour régler des conflits personnels.

Le cas d'Asia Bibi a même attiré l'attention des papes Benoît XVI et François. Ce dernier avait rencontré Esham, l'une des filles d'Asia Bibi en 2015. «Il nous a bénis, et a dit : "Dites à votre mère que je prie pour elle"», a-t-elle rapporté.
Bien que la loi pakistanaise prenne très au sérieux l'accusation de blasphème et que des personnes aient déjà été condamnées à mort, personne n'a encore jamais été exécuté pour cette raison.

Lire aussi : Pakistan : 100 000 personnes aux funérailles du meurtrier d'un gouverneur (VIDEOS, PHOTOS)

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par pepiou le

    La barbarie à l’état pur.

  2. Posté par Léo C le

    A bien y réfléchir, l’Occident à qui on prête les Lumières, dans toutes leurs déclinaisons: les sciences, les grandes découvertes, la littérature, la musique, la philosophie, n’est pas même capable de museler ces pays arriérés qui n’ont que pour seule richesse le pétrole qui sourd à quelques centaines de mètres sous leurs babouches.

    Plutôt non désireux; alors que nous avons 40 fois de quoi les renvoyer à l’Âge de Pierre d’où ils ne sont jamais sortis.

  3. Posté par fred le

    et c’est ça qu’on veut nous imposer en France ?

  4. Posté par Bertrand le

    La vérité est blasphématoire… Dire que la Mecque n’était pas un désert mais située entre des forêts et une savane (avec des lions, des léopards…) est dangereux puisque les Mahometains n’acceptent pas de contredire les hallucinations d’un faux prophète…
    La Mecque ne peut pas être le lieu saint des musulmans… Et la preuve, ci-dessous le magnifique paysage du Hedjaz :
    https://nantt44.wordpress.com/2018/07/06/chapitre-vii-charmutha-becius-le-royaume-pount-et-ses-pays/

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.