L’embarrassante candidature de l’Arabie saoudite à l’Organisation internationale de la Francophonie

post_thumb_default

 

Depuis plus de deux ans, Riyad frappe à la porte de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF), sans succès. Et pour cause : la candidature saoudienne au statut de membre observateur de cette organisation rencontre l’opposition de certains membres.

En 2016, lors du précédent sommet organisé à Antananarivo, à Madagascar, l’Arabie saoudite avait officiellement déposé sa première demande d'adhésion. Elle avait certes reçu le soutien de plusieurs pays africains comme le Maroc ou encore le Sénégal, mais rencontré l’hostilité d'autres gouvernements, notamment occidentaux, le Canada et Québec en tête. Le Premier ministre québécois avait alors affirmé sans détour que Riyad ne respectait pas deux valeurs fondamentales prônée par l’OIF : la promotion de la langue française et le respect des libertés individuelles.

Par ailleurs, le Canada, poids lourd de l’organisation, est ouvertement en conflit avec l’Arabie saoudite depuis le mois d’août dernier. Les autorités saoudiennes avaient pris la décision d’expulser l’ambassadeur du Canada après les critiques formulées par Ottawa au sujet de la vague d'arrestations de militants des droits de l'homme dans le royaume. 

En plus de l'intervention de l’armée saoudienne au Yémen, dénoncée par de nombreuses associations de défense des droits de l'homme, la récente disparition en Turquie d’un journaliste saoudien, très critique envers les Saoud, pourrait constituer un nouvel obstacle à une candidature déjà controversée. 

Quid de la France ?

Membre le plus influent de l’organisation, la France n’a quant à elle pas donné pour l’heure une position claire sur cette question sensible. «Nous aurons à travailler avec le secrétariat général et les autres membres pour nous exprimer sur ce sujet. Je ne vais donc pas le préempter plusieurs semaines avant le sommet à Erevan», s’était borné à déclarer Emmanuel Macron lors de son déplacement au siège de l’ONU à New York, le 25 septembre.

Lire aussi : Macron au Niger avec les troupes françaises : retour ou retrait de la France en Afrique ?

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par Vautrin le

    Non mais… Qu’est-ce qu’une tyrannie arabophone, pays d’un fou ayant inventé une religion cruelle, viendrait faire parmi les pays francophones ? C’est complètement délirant, mais on sait que Macron n’est pas à une tyrannie près.

  2. Posté par Diablotin le

    Il y a bientôt toute la planète dans cette organisation, ils doivent changer le nom: association des mondialistes francophones serait beaucoup plus approprié 😉

  3. Posté par aldo le

    Avec Macron et l’Europe la France n’existe plus, sinon dans la fiction. On peut craindre que Macron reçoive un arrivage https://cdn-s-www.ledauphine.com/images/42b277f3-995c-4c31-b2a0-cba537909d5b/LDL_V0_12/afp-1538328600.jpg comme il les aime bien, juste pour le faire chanter afin qu’il accepte cette imposture musulmane de plus. Tous ne sont pas dupe des actions « bonnes consciences » de ces tartufes. https://www.youtube.com/watch?v=qV4EnbKCMUM&bpctr=1539248429

  4. Posté par Yolande C.H. le

    Pendant que ça se déchire en haut lieu, on demande aux pékins que nous sommes de vivre multi-culturellement en bonne entente et d’avoir une compréhension magnanime envers des comportements « inadaptés », les critiquer devenant un délit.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.