La Chine expérimente le « totalitarisme numérique »

Par Gordon G. Chang

  • Le système chinois de « crédit social » note en temps réel le comportements en société de chaque citoyen. Ce contrôle du comportement donne lieu à un classement générateur de récompenses ou de punitions. L'ancien directeur adjoint du centre de recherche sur le développement du Conseil d'Etat a déclaré que le système devrait avoir pour finalité de pousser « les personnes discréditées à la faillite ».
  • Les fonctionnaires ont empêché Liu Hu, un journaliste, de prendre l'avion parce qu'il avait un faible score. Selon le journal du parti communisteGlobal Times, à la fin du mois d'avril 2018, les autorités ont bloqué 11,14 millions de vols et 4,25 millions de voyages en train à grande vitesse.
  • Les fonctionnaires chinois utilisent les listes pour aller plus loin que le simple accès aux avions et aux trains. « Je ne peux pas acheter un logement. Mon enfant ne peut pas aller dans une école privée », a déclaré Liu. « Vous sentez que vous êtes contrôlé par la liste tout le temps. »
  • Les dirigeants chinois sont depuis longtemps obsédés par ce que Jiang Zemin a appelé en 1995 « l'informatisation, l'automatisation et le contrôle », et ce n'est que le début. La question est désormais de savoir si les Chinois de plus en plus soucieux de leurs droits accepteront la vision totalisante du Président Xi.

[...]

D'ici 2020, les autorités chinoises ont prévu de doter le pays de 626 millions de caméras de surveillance. Ces caméras, entre autres outils, alimenteront les bases de données d'un « système de crédit social» national.

Ce système qui devrait être finalisé dans deux ans, attribuera à chaque citoyen chinois une note réactualisée en temps réel en fonction des comportements sociaux observés. Une personne filmée en train de traverser hors des clous verra sa note baisser.

Les responsables espèrent certes réduire ainsi le mésusage des passages cloutés, mais leurs ambitions vont au-delà. Ils souhaitent également inciter les citoyens à respecter les exigences politiques du Parti communiste. En bref, le gouvernement apparait déterminé à créer ce queThe Economist aappelé « le premier État totalitaire numérique au monde».

Ce système de crédit social, une fois perfectionné, sera vraisemblablement étendu aux entreprises étrangères et aux non-nationaux.

[…]

Suite : Gatestone Institute

Voir aussi : Australian Broadcasting Corporation :
The world’s first digital dictatorship is up and running in China(vidéo 2:21)
Leaving no dark corner(article, photos, vidéos)

Rappels :
La Chine va surveiller toutes ses voitures avec des puces électroniques
Chine : la surveillance absolue
Comment on a ajouté de l’intelligence artificielle aux policiers chinois

4 commentaires

  1. Posté par fabiola le

    Ce n’est pas parce qu’on montre la Chine en « exemple » que les autres pays n’y ont pas droit, il n’y a qu’à voir le nombre de caméras qui se multiplient sur les routes et autoroutes depuis le début de cette année (au nom de la sécurité routière), sans compter derrière les panneaux publicitaires numériques, les faux arbres, les caméras planquées dans de faux insectes, chez tous avec le wifi, bref, il serait plus simple de savoir où il n’y en a pas car les caméras sont déjà partout, il ne restera plus qu’à appliquer le « crédit social » qui, j’en suis sûre trouvera écho favorable auprès de ceux qui décident à nos places et qui vénèrent tant le modèle « Chinois ».

  2. Posté par Diablotin le

    Eh bien ils vont pas mal aussi les chinois. Ça va donner des idées à Sommaruga, tous ceux qui regardent une affiche UDC, 6 mois de prison… Notez qu’avec via secura on a le système le plus répressif au monde en matière de circulation routière!!! Je ne vais pas tarder à aller garder les moutons et les vaches à 2’500 mètres d’altitude, loin de cette société de cinglés…

  3. Posté par Gérard Guichard le

    LOL

  4. Posté par Antoine le

    Big Brother est réellement en train de contrôler en temps réel tout ce que font les citoyens chinois.
    Il est temps de refuser ce genre de société ! C’est trop intrusif et les erreurs, malgré tout, sont nombreuses !
    L’opposition chinoise ne va pas manquer de faire savoir son mécontentement (verbal) et si nécessaire de s’opposer au déploiement de 626 millions de caméras … le goulag !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.