Oumar Niang, président du Conseil communal de Renens, originaire du Sénégal, musulman, socialiste et sociologue !

Par Chloé Banerjee-Din 13.09.2018

Bio

1968 Naissance à Saint-Louis du Sénégal.
1997 Obtient sa licence en sociologie à l’Université de Fribourg.
1999 S’engage auprès d’Appartenances, association lausannoise d’aide aux migrants, et enseigne à l’École hôtelière de Lausanne.
2002 Part en mission humanitaire.
2004 Regagne la Suisse pour prendre un poste de chargé de projet au sein du Groupe sida Genève.
2009 Établi à Renens, il entre au Conseil communal dans les rangs du PS.
2014 Accueille un fils, Abdoulaye Jean-Claude, avec son épouse, Marie Angélique.
2012-2016 Siège au Comité directeur du PS Vaud.
2018 Est élu à la présidence du Conseil communal de Renens

Certains protocoles s’imposent lors d’une prise de fonction en tant que premier citoyen d’une ville, surtout s’il s’agit de la quatrième du canton. Oumar Niang s’y plie avec le sourire, [...]

[...] Nommé à la présidence du Conseil avant la pause estivale, il avait tenu à saluer le «courage politique» des autres élus. «Ils se sont habitués à ce grand noir qui parle avec un drôle d’accent!» nous explique-t-il à quelques jours de sa première séance en fonction, le 13 septembre. C’est qu’Oumar Niang siège à Renens dans les rangs socialistes depuis 2009 déjà.  [...]

Oumar Niang semble taillé pour pratiquer le consensus cher à la politique suisse. Et pourtant, né au Sénégal il y a bientôt 50 ans, rien ne le destinait à d’autres horizons que Saint-Louis, «une île entre l’océan et le désert». [...]

La Suisse s’ouvre à lui grâce à une bourse d’études. Alors que sa mère, veuve depuis qu’il a 15 ans, ne sait ni lire ni écrire, il s’en va étudier la sociologie à l’Université de Fribourg. «En partant, je ne voulais rien d’autre que réussir, la rendre fière et retourner en Afrique.» Au-delà de ça, il n’y a jamais eu de plan. «Je ne me suis jamais projeté dans le futur. C’est impossible quand vous avez vu des gens, pareils à vous, mourir de maladie alors qu’ils sont brillants et prometteurs.»

De l’École hôtelière à la lutte antisida

Sociologue? Aujourd’hui encore, c’est ainsi qu’il se présente. Depuis 14 ans, il travaille au sein du Groupe sida Genève, une association active dans la prévention et le soutien aux porteurs du virus. Mais avant cela, il a mis à profit son bagage universitaire sur bien d’autres terrains, dont certains assez inattendus. L’un d’entre eux est l’École hôtelière de Lausanne, où il a enseigné la communication sociale et culturelle. Premier job. «C’était un public d’étudiants venus d’horizons différents. Mon but était de leur faire avoir un regard critique sur la culture des autres tout en la respectant.» Dans l’intervalle, les attentats du 11 septembre 2001 ont donné tout son sens à ce thème, l’amenant à monter des ateliers pour aborder le sujet, alors qu’il est lui-même musulman.

«À cette époque-là, je savais que je ferais ma vie en Suisse. Mais c’était important pour moi de rendre quelque chose à l’Afrique.» Il décide de partir en mission pour l’ONG britannique Oxfam, d’abord pour un projet de recherche en Afrique de l’Est, puis sur le terrain, au Darfour. Là, il aide des communautés de femmes à reconstruire des villages entiers sans hommes, pour la plupart disparus ou morts dans les conflits. «Ça a renforcé mon africanité, c’est-à-dire ma fierté de venir d’Afrique. Car si ce continent est dans cette situation, c’est bel et bien malgré lui.» Être un humanitaire africain ne facilite pourtant pas toujours son travail. «Les femmes ne faisaient pas confiance aux hommes, et encore moins aux hommes noirs. Elles les voyaient comme la source de leurs problèmes! Dans ces conditions, agir au sein d’une organisation africaine n’aurait pas été possible. Il leur fallait cette caution caucasienne en quelque sorte», dit-il en toute franchise. En revenant en Suisse, il ramène dans son esprit un supplément d’Afrique qui l’accompagne encore aujourd’hui. «C’est là que j’ai fait la rencontre du sida. [...]

Il s’installe à Renens un peu par hasard, pour être proche de son travail, à Genève, et ne tarde pas à s’engager en politique. Ce n’était pas la première fois à vrai dire. Il avait déjà fait un premier tour de piste dans le petit village broyard de Lovatens, bien des années plus tôt. «Le commandant des pompiers m’avait inscrit comme candidat lors d’une complémentaire. Il a déclaré qu’il fallait un gauchiste au Conseil général!» C’est à cette époque que remonte son choix de s’encarter au Parti socialiste. Il aurait pu changer de bord en rejoignant Renens la rouge, bastion historique du POP. «On me dit que j’ai des idées d’extrême gauche. Et c’est vrai que j’ai fréquenté ces milieux-là. On peut bien sûr vouloir dire non à tout. Mais quand on a un objectif, il faut apprendre à lâcher du lest. Il faut savoir taire certaines de ses exigences si elles vous empêchent de réaliser vos projets.» (24 heures)

Source et article complet:

4 commentaires

  1. Posté par Jim-alain Droz-dit-Busset le

    Beaucoup (trop) de suisses eternellement scotches dans la naivete !

  2. Posté par Charles Alexis le

    C’est un peu notre « Omar Sy » national … en mieux, car il n’insiste pas trop à vouloir être comique ! Sa bio est une odelette à la Suisse multicultu(r)elle, métissée et antiraciste, qui ne me parle pas.
    Bref, Oumar m’a saoulé !

  3. Posté par Proton le

    J’ai été horrifié lorsque j’ai lu le portrait (une page pleine sur 24heures) de ce sale type. Qui se définit lui-même d’extême-gauche et entièrement tourné vers l’Afrique. Un parasite absolu. Au nom de quoi, ce sale type a pu « s’établir » en Suisse ? C’est de la folie ! La Suisse – ce pays qui était envié dans le monde entier – est bel et bien foutue, kaputt, morte.

  4. Posté par Christian Hofer le

    « Mais c’était important pour moi de rendre quelque chose à l’Afrique. »

    Il donnera tout à l’Afrique, aux siens, aux musulmans. N’attendez jamais qu’un type pareil défende notre pays. C’est un cheval de Troie que nous nourrissons, typiquement socialiste.

    Pendant ce temps, on ne compte les Sommaruga et autre Berset parmi nos rangs.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.