L’association pro-migrants SOS Méditerranée a reçu des dons en nature de grands médias

En obtenant le label « grande cause », décerné par le Premier ministre, l’association humanitaire a pu obtenir des spots de publicités.

L’association de sauvetage en mer SOS Méditerranée, qui porte assistance aux personnes en détresse en mer, a vu ses campagnes de publicité passées gratuitement à la télévision et à la radio, indique Libération, via son site spécialisé Checknews.

Libération explique ces campagnes gratuites par l’obtention du label « grande cause », obtenu en 2017 par SOS Méditerranée. Il s’agit d’une distinction décernée par le Premier ministre chaque année à une ou plusieurs associations en manque de visibilité. Elle permet d’obtenir des campagnes publicitaires sur les chaînes publiques et certaines chaînes privées, pendant douze mois.

540.000 euros de publicités gratuites

Comme Libération le rappelle, il existe deux types de campagnes :
- des campagnes « payantes ». Les chaînes publiques diffusent des spots payés par le fond de 100 000 euros attribués par le gouvernement avec le label. Pour SOS Méditerranée, ce fonds s’est réparti de la façon suivante : 70 000 euros pour les campagnes télévisuelles et 30 000 euros pour les campagnes à la radio.
- des campagnes gracieuses sur les chaînes publiques et privées : ces dernières offrent la diffusion à l’ONG.

L’association n’a donc en soi rien reçu comme argent des médias français, explique Libération. Ceci étant, si elle avait dû payer les spots publicitaires gracieusement diffusés par les médias, le coût total aurait été de 540 828 euros. Les médias ont donc offert ces publicités gratuitement, mais n’ont jamais financé SOS Méditerranée.

Le quotidien fait aussi la liste des médias qui ont participé :

- Dons en nature valorisés dans nos comptes : Amaury Media (L’EQUIPE TV) CANAL+ (VICELAND, Planete +, Comedie +, Infosport +, Non stop people, Campagne TV) IP France (RTL) Lagardère Publicité (Europe 1, Virgin radio, RFM, RFM TV, VIRGIN radio TV, Elle Girl) M6 (6TER, W9) NRJ (NRJ12, NRJ hits, Station 25, NRJ, Chérie 25, Nostalgie, Rires et Chansons) REGIS (Mangas, TREK, Animaux, Toute l’Histoire, Sciences et Vie TV, Chasse et Pêche, AB Moteurs, AB1) TF1

- Dons en nature non valorisés dans nos comptes : France 2 France 3 NEXT (RMC, BFM Business) Nova Régie (Radio Nova, TSF Jazz) Radio France (France info, France inter, France bleu) Skyrégie (SKYROCK)

Nisrine Yadini, directrice administrative et financière de SOS Méditerranée France a indiqué que l’association n’était « pas intervenue » dans le processus de négociation avec les chaînes. C’est le service d’information du gouvernement qui s’en est occupé. Libération précise qu’il ne s’agit donc pas de militantisme de la part des médias, étant donné que le label grande cause constitue justement à se faire diffuser.

Valeurs Actuelles

Nos remerciements à Jean-Pascal Cattin

5 commentaires

  1. Posté par aldo le

    La vous avez exactement LA MEME MYSTIFICATION PAR CORRUPTION ET COORDINATION D’ETAT: https://www.lilo.org/fr/category/les-projets/ PAS POUR DES SITES COMME LES OBSERVATEURS… CE SERAIT TROP BEAU.

  2. Posté par aldo le

    Je vois très bien l’Europe U€RSS leur verser des montants compensatoires sous le prétexte de sauver la presse et la liberté d’opinion. CES TRAITRES SONT A CE POINT DE NON RETOUR: UTILISER LA CORRUPTION AVEC DES FONDS EXTORQUES AUX SUISSES.

  3. Posté par Diablotin le

    Et beaucoup de ces médias bénéficient de subventions publiques… Allez regarder qui possède ces médias, c’est intéressant…

  4. Posté par Socrate@LasVegas le

    « Les médias ont donc offert ces publicités GRATUITEMENT »

    En fait de gratuité c’est avec l’impôt-redevance…Encore une fois: on vous vend la corde pour vous pendre!

  5. Posté par Bussy le

    Les médias auraient pu verser 540’828 euros et SOS Méditerranée payait les pubs 540’828 euros, donc aucune différence entre financer en versant des fonds ou financer en offrant une prestation gratuite !
    Donc, les médias français subventionnent SOS Méditerranée, sont-ils eux-mêmes subventionnés ? Si oui, c’est le contribuable qui paie….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.