En Algérie, des prières de rue organisées pour empêcher la tenue de certains concerts

post_thumb_default

 

La saison estivale connaît ses premières fausses notes en Algérie : des centaines de personnes ont organisé des prières de rues à travers plusieurs villes du pays afin de protester contre l’organisation de concerts. Pour l'instant, trois villes auraient été la cible de ces élans de protestation.

Comme le rapportent plusieurs médias algériens, le mouvement de contestation a débuté le 26 juillet dans la ville de Ouargla. 

Dans cette ville du sud, des centaines d'habitants, exhortant les autorités à satisfaire leurs revendications sociales, ont empêché la venue de Kader Japonais, un chanteur de raï en vogue dans le pays, en organisant à proximité du lieu où devait se produire le chanteur, la prière du soir. 

Usant du même procédé, des dizaines de personnes ont tenté d’annuler le 1er août le lancement du festival de la chanson raï dans la ville de Sidi Bel Abbès, à l'ouest du pays. Citant des sources locales, le site Maghreb Emergent relate que plusieurs personnes ayant participé à l'initiative ont été interpellées par les forces de l’ordre.

«La page Facebook [de] la wilaya [département] de Sidi Bel Abbès diffusait des messages appelant les habitants de la wilaya à se révolter contre le festival du raï en organisant le jour de lancement de l’activité un rassemblement devant la maison de la culture. Des appels rapidement adoptés par plusieurs d’autres pages connues pour leur tendance islamiste», a par ailleurs indiqué la même source.

Face à la multiplication de ces incidents, l’Office national des droits d’auteur (Onda), organisme public chargé de l’organisation de ces concerts, a décidé de déprogrammer plusieurs autres concerts prévus les 2 et le 3 août dans la ville d’El Oued, dans le sud du pays. Interrogé le 4 août par un journaliste du quotidien arabophone Al Hiwar, le ministre algérien de la Culture Azzedine Mihoubi a cependant assuré que «l’Etat [algérien] ne laissera[it] jamais un désert culturel et artistique en Algérie». 

Les islamistes une nouvelle fois à la manœuvre ? 

Pour une partie de la presse algérienne, ces appels à la rationalisation des deniers publics cachent mal la volonté des islamistes de combattre des comportements jugés immoraux.

Dans un article intitulé, «L’Algéristan en devenir», publié le 2 août dans le quotidien algérien Liberté, le chroniqueur Moustapha Hammouche fait part de son indignation : «Des spectacles ont été annulés dans plusieurs endroits du pays. Ici, par des groupes improvisés de "maintien de l’ordre moral", et là, par décision d’autorités prévoyantes préférant battre en retraite devant la menace de descentes islamistes en colère contre la fête.» 

Sentiment d'indignation que l'on retrouve dans un autre article publié le même jour par le journal algérien El Watan qui a entre autres repris une chronique de l’écrivain Kamel Daoud ayant pour titre «Kader Japonais est le problème, le FIS [Front islamique du salut] est la solution».

«La bonne vieille méthode : opposer islam et Raï, prière et concert de chant, un "religieux" et un chanteur. Ensuite recycler la mal vie d’une ville et d’une région et indiquer comme cause, non la corruption, l’Administration, la bureaucratie, les oligarques […] mais le "chant", le "Haram" [péché], la dépense pour "danser", un chanteur», écrit notamment l’auteur.

Ce n’est pas la première fois qu'en Algérie des islamistes prennent la culture pour cible. Le 18 décembre dernier, un homme muni d’un burin et d’un marteau avait lourdement endommagé une statue emblématique de la ville de Sétif en s’attaquant à son visage et à ses seins, malgré les vives protestations des passants.

Lire aussi : Algérie : le fils d’un célèbre ancien leader islamiste emprisonné pour conduite en état d’ébriété

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.