Matter Thomas, Dans le marais bernois, (33) vidéo, Màj. Traduction en français

Merci à J.-D. Ruegsegger pour la traduction  du dialecte vers le français:

 

Depuis le 1er juillet est déterminante sur le marché du travail suisse la préférence nationale telle que comprise par certains politiciens. Voyez mon commentaire à ce propos:

Chers téléspectatrices et téléspectateurs,

Vous vous en souvenez, le 9 février 2014, la majorité de la population et des Cantons a approuvé l’initiative de l’UDC concernant l’immigration de masse. Cela signifie que les Suissesses et les Suisses voulaient à nouveau contrôler l’immigration de façon autonome, ceci avec contigents annuels, taux maximum et préférence nationale.

Au lieu de mettre en œuvre du nouvel article constitutionnel, le Parlement a refusé d’en retenir ne serait-ce qu’un seul point. Les soi-disant représentants du peuple ont prétendu que la décision populaire n’était pas valable, qu’était prépondérant le droit international antérieur de la libre circulation des personnes.

Depuis le 1er juillet est valable ce que les politiciens ont décidé à Berne, ainsi que ce qu’ils nomment de façon absurde « préférence nationale light ». En réalité, il s’agit d’une préférence des chômeurs light qui n’a rien à voir avec les nationaux. Les quelques centaines de millions de travailleurs citoyens de l’UE peuvent tous s’inscrire dans un office de placement suisse et chercher un emploi.

Lorsque le taux de chômage dans une profession donnée dépasse 8%, tout poste libre doit être annoncé à l’Office régional de placement, et cet office pourra  proposer les travailleurs qui conviendraient pour le poste en question. Gare à ceux qui n’annonceraient pas un poste vacant. S’il s’agit d’une simple négligence, ils paieront jusqu’à 20’000 francs d’amende, et jusqu’à 40’000 francs si l'omission est volontaire. Une amende incroyablement élevée pour une PME.

Dans les administrations et les entreprises, un grand nombre de personnes doivent être engagées à cause de cette idiotie.

Et voici que soudain, tout le monde se plaint de cette monstrueuse bureaucratie. Le sommet, c’est que certains médias laissent entendre qu'avec son initiative contre l'immigration de masse, c’est l’UDC qui en serait responsable. Est particulièrement perfide une communication que j’ai entendue personnellement à la radio Zürichsee. En fait, l’UDC n’a rien à voir avec cette transposition. Bien au contraire, c’est elle qui, au sein du Parlement, à mis en garde contre ce monstre bureaucratique.

 

Philipp Müller, qui tel Pinocchio se pince le nez sur la vidéo, a prétendu textuellement dans l’Aargauerzeitung: « Ce monstre bureaucratique, nous le devons à l’UDC ». On est toujours surpris de voir comme certains politiciens peuvent mentir sans rougir. La non mise en œuvre de l’initiative contre l’immigration de masse, ainsi que la gigantesque bureaucratie qu’elle implique pour l'économie, nous les devons à Philipp Müller et à Kurt Fluri, ainsi qu’à une coalition agissant au mépris de la Constitution et qui a mis en œuvre à la lettre l’idée de Philipp Müller.

Le thème était donc « mettre le clignotant à droite et tourner à gauche »!

 

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.