Matter Thomas : Dans le marais bernois (32) vidéo : « Au cœur de la ville de Zurich, quatre politiciens socialistes équipés de pelles d’or creusent… »

 

Merci à J.-D. Ruegsegger pour la traduction à partir du dialecte alémanique

Au cœur de la Ville de Zurich, quatre politiciens socialistes équipés de pelles d’or creusent une fosse à millions: la conseillère fédérale Sommaruga, le conseiller d’Etat Fehr, la présidente de la Ville Mauch et le conseiller municipal Golta.

 

Ces politiciens PS professionnels sont aussi peu à leur place parmi des ouvriers de chantier que le seraient par exemple des membres de l’UDC aux côtés d’employés de la SSR. Et bien entendu, ils ne bâtiront ni ne paieront eux-mêmes cet édifice. Ce sont les contribuables qui devront le payer.

 

Avec ces quatre socialistes, Zurich fête la construction d’un nouveau centre d'asile fédéral. Il sera situé au cœur de la ville et la conseillère fédérale Sommaruga déclare qu’il « animera le quartier de Zurich-Ouest ». On peut le dire: les requérants d’asile seront placés au cœur du trafic de drogues, de la criminalité étrangère et de la prostitution. L’expérience nous démontre qu’en quelques semaines, plus de 50% des requérants d’asile disparaissent.

 

Le coût de ce palais de l’asile sera de 24,5 millions de francs. Les requérants l’apprécieront bien plus qu'un hébergement au col du Grimsel. Et dix-huit centres de ce type sont prévus en Suisse, ce qui devrait apporter une accélération des procédures d’asile… mais heureux ceux qui ont la foi.

 

Quelles pensées peut bien susciter en Erythrée, en Afghanistan ou en Iran la vue de ces coups de pelles d’or donnés à Zurich? La Suisse nous souhaite la bienvenue avec des constructions valant des millions. Au moment même où l’Italie ne veut plus d’augmentation du nombre de migrants, où la  menace d’une crise gouvernementale due à la crise de l’immigration plane sur l’Allemagne, où l’UE appelle à une sécurisation des frontières extérieures, Zurich ouvre un luxueux centre d’asile. Lors de cette ouverture, la conseillère fédérale Sommaruga a commenté la situation par une brève formule: « Je suis soucieuse ». Nous ne pouvons que lui rétorquer: « Nous sommes également très soucieux ».

 

Le quiz de la semaine nous apprend que le nombre des personnes dépendantes de l’aide sociale en Ville de Zurich continue d’augmenter: actuellement, il s’agit de 22’000 personnes, qui représentent plus de 5% de la population.

 

 

4 commentaires

  1. Posté par toyet le

    En effet les élus UDC refusent que le coût de l’asile soit financé uniquement par la confédération et non par l’aide sociale payée par les communes, une explication svp

  2. Posté par Dominique Schwander le

    Il serait plus juste d’utiliser ces 24,5 millions pour créer plus de crèches à Zürich et que plus de femmes suisses puissent travailler dans notre industrie productrice, au lieu de frontaliers.

  3. Posté par Juan Pablo le

    L’argent coule plus facilement pour les centres d’asile que pour les homes pour personnes âgées… Et puis, quand je pense que lors de mon service militaire, nous dormions dans des tentes sur la paille! (il y a 40 ans de cela, j’en conviens). Je vous laisse chercher l’erreur.

  4. Posté par Jean-Francois Morf le

    On pourrait aussi les mettre chacun dans un studio haut de gamme, leur apprendre la boxe thai, leur donner 10 assistants sociaux par mec, et dépenser plus de 1 million CHF par réfugié soigné. Si les pays d’origine ne veulent pas les reprendre, c’est bien parce qu’ils ont envoyé chez nous tous leurs repris de justice, mais sans papiers. Et parce que nous croyons tous les mensonges des mahométans: tout leur est dû!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.