L’UDC combat la nouvelle loi sur les médias. Communiqué de presse UDC Suisse, le 22 juin 2018

Communiqué de presse

UDC Suisse, le 22 juin 2018

L'UDC combat la nouvelle loi sur les médias

La nouvelle loi sur les médias électroniques que le Conseil fédéral a mis en consultation aujourd'hui permettra au gouvernement de réguler internet et de subventionner des entreprises médiatiques supplémentaires. L'UDC s'oppose avec détermination à ces tendances à l'étatisation dans le domaine médiatique. Un encouragement des médias par l'Etat est une erreur fondamentale : il crée des incitations contreproductives et provoque de dangereuses dépendances. D'ailleurs, le Conseil fédéral n'a aucune compétence constitutionnelle pour agir dans ce domaine. Avec ce projet de loi sur les médias, le Conseil fédéral veut restreindre la liberté d'internet. Les offres médiatiques en ligne comportant de nombreuses séquences audiovisuelles seront soutenues financièrement alors que les productions médiatiques composées principalement de textes n'y auront pas droit. Ce projet est aussi mal réfléchi qu'inutile.
Au lieu de clarifier enfin le mandat de service public, le Conseil fédéral cherche même, moyennant cette loi sur les médias électroniques, à l'étendre au secteur en ligne. Les médias en ligne – donc aussi toutes les maisons d'édition – pourront concourir pour obtenir des mandats de prestations. Par ce procédé sournois, le Conseil fédéral cherche à réguler même la presse écrite. Or, selon un avis largement partagé jusqu'à ce jour, le gouvernement ne dispose d'aucune compétence constitutionnelle en la matière.

Le secteur en ligne se distingue précisément par d'innombrables offres médiatiques et une diversité énorme. A côté des maisons d'éditions connues, de nombreux autres producteurs s'activent sur ce marché. Ces petites entreprises sont souvent très rentables et novatrices. Les lois du marché jouent donc parfaitement dans cette branche. Néanmoins, la Confédération veut soutenir financièrement les projets de son choix. Le but inavoué mais évident est de manipuler ce secteur en donnant la préférence aux offres en lignes qui plaisent au gouvernement et en défavorisant celles qui lui déplaisent. Des producteurs actifs sur le marché seront concurrencés par des producteurs subventionnés. Une monstruosité !

La diversité et la liberté des médias exigent la totale indépendance financière de l'Etat. Or, la loi sur les médias a juste l'effet inverse. L'UDC rejettera donc ce projet dans le cadre de la procédure de consultation et fera ses propres propositions pour accroître la liberté entrepreneuriale et garantir ainsi la diversité de l'offre.

3 commentaires

  1. Posté par Jean Durand le

    Si tous les médias faisaient vraiment leur boulot c’est à dire d’informer au lieu de former l’opinion (autrement dit laver des cerveaux ) , ce débat n’aurait même pas lieu d’être. Formation de l’opinion. .. on prend la société pour une école enfantine ?

  2. Posté par Maurice le

    Bravo l’U.D.C. ! Continuez de veiller sur les malversations des dirigeants ! Restez bien vigilants ! Merci !

  3. Posté par Antoine le

    Soutenons l’UDC dans ce nouveau combat !
    Ne nous laissons pas enfumer par le Conseil Fédéral (7 nains) qu’il faudrait limoger au grand complet !
    Il y e na MARRE de prendre les citoyens suisses pour des naïfs et ignares ! Nous devons garder et défendre nos libertés !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.