Peter Fonda veut jeter le fils de Trump « dans une cage avec des pédophiles »

Une performance du milieu artistique gauchiste.

Peter Fonda veut jeter le fils de Trump "dans une cage avec des pédophiles"

Si les voix s'élèvent pour critiquer, voire dénoncer, la politique d'immigration instillée par Donald Trump, qui vise notamment à renvoyer des parents entrés illégalement sur le territoire en les séparant de leurs enfants retenus parfois dans des centres s'apparentant à un assemblage de cage, les propos de l'acteur Peter Fonda s'apparentent eux à un sérieux dérapage.

 

 

Celui qui a marqué la contre-culture cinématographique américaine avec son apparition dans le film Easy Rider (1969) s'est en effet fendu ce mercredi 20 d'un tweet particulièrement douteux pour exprimer son dégoût de la politique de renvoi des immigrés illégaux.

"Nous devrions arracher Barron Trump (le fils qu'il a eu avec Melania, NDLR) des bras de sa mère et le jeter dans une cage avec des pédophiles et voir si la mère se rebellera contre le trou du cul géant auquel elle est mariée".

WE SHOULD RIP BARRON TRUMP FROM HIS MOTHER’S ARMS AND PUT HIM IN A CAGE WITH PEDOPHILES AND SEE IF MOTHER WILL WILL STAND UP AGAINST THE GIANT ASSHOLE SHE IS MARRIED TO. 90 MILLION PEOPLE IN THE STREETS ON THE SAME WEEKEND IN THE COUNTRY. FUCK

— Peter Henry Fonda (@iamfonda) 20 juin 2018

Outre que l'on ne voit pas très bien en quoi Barron Trump, 12 ans, serait concerné par cette affaire (et pourquoi la "cage" devrait être remplie "avec des pédophiles"), Melania Trump représente paradoxalement l'une des voix qui s'oppose à la tolérance zéro du moment ayant déclaré que les Etats-Unis doivent être "un pays qui gouverne avec le cœur".

Peter Fonda, âgé de 78 ans et dont la carrière s'étale sur six décennies, a joué dans plus de 110 films. Toujours très actif au cinéma, mais n'apparaissant plus dans des oeuvres de premier plan, il est aussi un militant écologiste affirmé et n'hésite pas à déraper. Avant son tweet du jour, il avait traité l'ancien président Barack Obama de "putain de traître" en 2011, pour avoir laissé l'entreprise BP, un géant pétrolier britannique responsable de la grande marée noire dans le golfe du Mexique, exercer aux Etats-Unis. "Vous avez autorisé des étrangers sur notre sol en disant à nos militaires - en l'occurence les Gardes-Côtes - ce qu'ils peuvent faire ou non, et en nous disant à nous, citoyens des Etats-Unis, ce que nous pouvions faire ou non. Je pensais qu'on les (les Britanniques, NDLR) avait foutu dehors depuis longtemps" s'était-il laissé aller.

Merci à Th. Z.

 

Source

Source2

5 commentaires

  1. Posté par floflo le

    Comment peut-on dire de tels horreurs sur un enfant ,il devrait avoir honte acteur vieillissant et haineux..

  2. Posté par Tommy le

    Très décevant de sa part…
    J’adore les Byrds, et surtout la chanson  » The ballad of easy rider ».
    Encore un mythe qui s’ écroule.

  3. Posté par bigjames le

    C’est la popularité qui les rend aussi con ?

  4. Posté par JeanDa le

    Le comportement grégaire du monde du spectacle (pas uniquement américain) est inquiétant. Seuls quelques-un y échappent (Clint Eastwood me vient à l’esprit). Ce sont probablement ceux qui ont un QI suffisant pour leur permettre de voir par dessus les grands titres des médias mainstream.
    Les autres (généralement de gauche) répètent en boucle ce que leurs collègues ont eux-même répété, faisant ainsi une sorte d’auto-allumage qui, malheureusement, fait le grand bonheur de ces mêmes médias.
    Cet auto-allumage se propage tous azimuts et les crétins en font leur philosophie. Et il y a beaucoup de crétins au cerveau laminé par les tissus de mensonges du « prêt-à-penser ».

  5. Posté par Hotch le

    Encore un acteur « has been » qui aurait dû rester sagement dans son EMS. Pauvre gars….

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.