Aide suisse au développement : la DDC pourrait se retirer de l’Amérique du Sud

RTS/Forum, 19 juin 2018

La DDC pourrait se retirer de l’Amérique du Sud: interview de Gilles Carbonnier

La Suisse pourrait stopper d’ici à 2025 ses programmes d’aide en Amérique du Sud. Ignazio Cassis veut orienter le travail de la Direction du développement et de la coopération (DDC) sur les pays au cœur des questions migratoires. Interview de Gilles Carbonnier, professeur d’économie à l’IHEID.

Audio 7:49

**********

Rappels :
https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/nouvelle-strategie-dignazio-cassis-pour-laide-au-developpement-debat-entre-carlo-sommaruga-et-philippe-nantermod?id=9634597
https://www.rts.ch/info/suisse/9653182-ignazio-cassis-aurait-fait-corriger-un-rapport-juge-trop-critique-et-negatif.html
https://www.tdg.ch/lematindimanche/ignazio-cassis-corriger-rapport-juge-critique/story/28831468

Un commentaire

  1. Posté par Dominique Schwander le

    Le DDC devrait se retirer de partout, l’argent (bien pas de 1 milliard) devrait être versé à l’AVS et les collaborateurs devraient se trouver un poste de travail dans l’industrie productrice.
    Le défaut fondamental et essentiel  de l’aide publique au développement est qu’elle détruit les incitations à évoluer, à se réformer, à se développer, à faire des efforts, à innover et à trouver le chemin d’une croissance durable. Preuve en est que tous les pays qui ont connu un développement important, que ce soit en Europe, en Amérique et en Asie, doivent leurs performances non pas à l’aide publique venue de extérieur mais à leur propre capacité à créer des richesses. Il y a trente ans, le Malawi, le Burundi, le Burkina Faso et Haïti disposaient d’un revenu par habitant supérieur à celui de la Chine. Mais c’est la Chine qui a obtenu une croissance soutenue et a diminué ses pauvres parce qu’elle a réussi à gagner en compétitivité et à attirer à elle des investissements étrangers mais pas de l’aide publique au développement. Avec une vision à long terme, la Chine est le pays aux résultats les plus spectaculaires; en une génération, l’extrême pauvreté y serait passée de 60% à 12%. Les Chinois ont pourtant leurs milliardaires. Il est judicieux d’examiner la situation et les stratégies de la Chine qui, contrairement à nombre de pays musulmans la Palestine en tête, n’a pas profité et vécu sur l’aide publique au développement de l’Occident.
    Par exemple, au cours des cinquante dernières années, le montant total de l’aide au développement transféré des pays « riches » et endettés vers l’Afrique a représenté plus d’un trillion de dollars. La pauvreté n’en a pas reculé, bien au contraire. L’Afrique reste un continent riche, mais peuplé de pauvres et de quelques très riches, le plus souvent très corrompus. L’Afrique est le continent le plus assisté en termes d’aide humanitaire et de coopération au développement. Tout comme pour tout pays, que se soit Haïti ou ceux d’Afrique, le développement ne peut pas s’importer. L’Afrique et l’Amérique latine doivent davantage produire d’eux-même leur développement, comme l’ont fait des pays européens, la Suisse par exemple il y a plus d’un siècle, alors qu’ils étaient très pauvres. Moins d’argent donné par les autres, moins de corruption et une meilleure gouvernance, voilà ce dont ont besoin les pays africains, Cuba à qui la Suisse donne des millions, le Nicaragua…, qui du reste en auraient tous les moyens si leurs habitants le voulaient.
    J’ai travaillé et vécu des années en Amérique centrale. Je sais!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.