La guerre contre la Réinformation n’est pas un fantasme de paranoïaques (2). L’exemple du jour : Le site Boulevard Voltaire

Ndlr. Comme nous le disons nous aussi, les attaques deviennent non seulement de plus en plus nombreuses mais de plus en plus perverses.

L'équipe du site Boulevard Voltaire, communiqué 19.6.2018

Chère Madame, cher Monsieur,

Nous devons à nouveau faire face à une attaque des ennemis de la liberté d’expression.

Leur méthode est vicieuse et particulièrement redoutable…

Tout a commencé il y a quelques semaines lorsque nous avons relevé une information sur le témoignage d’une mère d’élève au sujet d’une comptine musulmane, "Bismillah au nom d'Allah", que son fils de 5 ans aurait apprise à l’école maternelle d’Angers.

Nous avons immédiatement mené l'enquête.

Cette chanson existe bien. Elle a même déjà fait l’objet d’une polémique en 2016 pour avoir été enseignée aux enfants dans une école de Grenoble. Le témoignage était donc parfaitement crédible. Sauf que…

… Derrière ce soit disant parent d’élève se cachait, en réalité, un groupe de militants partis en guerre contre ce qu’ils appellent la fachosphère - car pour eux, tous ceux qui ne partagent pas leur avis sont des "fascistes" qu'il faut interdire de parole. Ils cherchaient à contaminer les sites d’information alternative avec un faux témoignage, pour nous amener à diffuser une "Fake news" sur l'islam à l'école.

Leur but : discréditer notre travail de contre-information, et nous faire cataloguer comme source non fiable d'information.

Et ça ne s'arrête pas là ! Ils ont carrément un site Internet avec un mode d'emploi pour inciter d’autres militants à nous bombarder de fausses informations.

C'est une véritable vague d’attaques que ces gardiens de la pensée unique sont en train d’orchestrer, au moment-même où la loi contre les Fake news est débattue à l’Assemblée nationale !

Leur objectif est clair :
- influencer le débat  parlementaire pour faire voter une loi anti-Fake news la plus virulente possible ;

- museler les médias qui ne leur conviennent pas en les faisant condamner pour de fausses informations, qu’ils leur auront eux-mêmes envoyées. Et surtout, en les faisant censurer par les réseaux sociaux qui ne relaieront plus nos informations ;

- empêcher tout avis divergeant pour mieux contrôler l’opinion !

Heureusement, cette fois - même si d’autres médias se sont fait prendre – Boulevard Voltaire a su déjouer le piège.

Mais qu’en sera-t-il les prochaines fois ?

Il est évident que si nous devenons la cible régulière de ces lanceurs de fausses infos, il sera de plus en plus difficile pour notre petite équipe de faire le tri dans la masse d’informations que nous recevons. Nous ne serons pas à l’abri d’en laisser passer une.

S'ensuivront des attaques judiciaires, des procès et des frais d’avocats. De quoi stopper net notre site et tout le travail de contre-information que nous menons.

Ou, pire encore : par manque de moyens, de temps ou par crainte de ne pas pouvoir assumer le coût d’un procès nous pourrions même tomber, bien malgré nous, dans l’autocensure.

C’est exactement là-dessus que comptent ces militants anti-liberté d'expression pour nous bâillonner. Pour nous empêcher de fournir aux citoyens, une information libre et non censurée, celle que ne leur donnent pas les médias subventionnés passés au rouleau compresseur du politiquement correct.

Que vous soyez lecteur ou donateur, c’est vous qui permettez à Boulevard Voltaire de maintenir un vrai débat d'idées en France. Et nous ne vous en remercierons jamais assez !

Mais aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de votre soutien financier !

Car nous devons redoubler de vigilance et nous préparer à affronter ces nouveaux censeurs qui nous menacent.

Nous devons dès maintenant :

  1. Renforcer notre capacité de contrôle et d’investigation. L’énergie et le temps nécessaires pour vérifier chaque information spécifique sont gigantesques. Mais c’est vital !
  2. Organiser la contre-offensive pour stopper ces lanceurs de fausses nouvelles.
  3. En même temps, consolider nos finances pour être capables d’assumer un procès et nous défendre si nous sommes traînés devant les tribunaux.
  4. Enfin et surtout, continuer à informer sur les dangers de la loi anti-Fake news, pour s’opposer à la mainmise politique et à la censure généralisée de l’information.

C’est la seule façon pour que nous puissions continuer à diffuser la contre-information indispensable au débat démocratique en France.

C’est pourquoi, nous vous demandons de faire un don pour aider Boulevard Voltaire.


Je soutiens Boulevard Voltaire

Quel que soit le montant de votre soutien financier, il sera déterminant pour défendre Boulevard Voltaire et gagner ce combat contre les ennemis de la liberté d'expression.

Alors nous comptons sur vous ! Vous seul pouvez nous aider à empêcher que la liberté de parole ne soit confisquée en France.

Par avance, merci pour votre soutien fidèle et votre engagement à nos côtés !

 

L'équipe de Boulevard Voltaire

 

2 commentaires

  1. Posté par SAINT-MARC Jean-Paul le

    les sites Riposte Laïque et Résistance républicaine ont été victimes du même piège…
    A noter que sur leur site, une femme apparaît (apparaissait) comme mère d’élève, pour les chasseur de fake c’est pas mal, c’est la photo d’un mannequin US !
    Bien sûr RL a porté plainte, pour diffusion de fausse information afin de porter préjudice certainement, et peut-être d’autres peccadilles !

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    Pourquoi ne pas croiser vos infos entre tous les sites de réinformation?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.