La Belgique s’entraine afin de pouvoir faire face à une attaque terroriste biologique.

La Défense a organisé mardi au Quartier Major Housiau de Peutie à Vilvorde un exercice de réponse nationale et internationale à une attaque bioterroriste, appelé "Bio-Garden". Le but de la démarche est la préparation et la réponse des intervenants de première ligne en cas d'attaque bioterroriste, que ce soit des attaques chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Près de 300 personnes ont pris part à l'exercice.

Le scénario de l'exercice se déroule durant la finale de la Champions League à Bruxelles. Les services de sécurité reçoivent des informations concernant une menace terroriste imminente. La police découvre ensuite un laboratoire clandestin. On apprend également que plusieurs VIP ont été malades après un repas qui a eu lieu dans un restaurant situé à proximité.

 

 

Cas complexe
"Bio-Garden" était organisé à la caserne de Peutie, mais aussi au Centre de crise fédéral à Bruxelles. "Le cas est complexe, mais nous devons pouvoir gérer ce genre de situation", a expliqué la ministre de la Santé publique, Maggie De Block. Elle a assisté à l'exercice grandeur nature en compagnie des ministres de l'Intérieur, Jan Jambon, et de la Défense, Steven Vandeput, ainsi que du commissaire européen de la sécurité chargé de la lutte contre le terrorisme et le crime, Sir Julian King.

Nouvelle technologie de communication
Une nouvelle technologie de communication a été testée pour transmettre des images et des données en temps réel au Centre de crise de Bruxelles. Il doit ensuite déterminer ce qui se passe et quelles mesures de protection sont nécessaires. Le Centre de crise compte également mettre au point une équipe qui se spécialisera dans les menaces CBRN. Pour le moment, l'équipe est composée de trois personnes, mais elle devrait, à terme, en compter une douzaine.

Être prêts avant le moindre signe
Un nouveau "plan d'urgence CBRN" figure par ailleurs au Moniteur Belge. "Il était nécessaire d'adapter le plan d'urgence CBRN dans le contexte d'une menace terroriste", a souligné M. Jambon. "Ce faisant, nous répondons à l'une des recommandations de la commission attentats. Nous devons nous tenir prêts, mais nous n'avons cependant aucune indication que de telles attaques soient en préparation", a-t-il assuré.

(...)

 

Source

6 commentaires

  1. Posté par Dragonnès le

    Trop tard !

  2. Posté par Socrate@LasVegas le

    Entièrement d’accord pour la peine de mort!
    Dissuasive ou pas: PEU IMPORTE on évitera de faire ressortir de prison des terroristes ayant utilisé leur détention (raccourcies avec le soutien de nos politiques et juges TRAITRES) pour former d’autres détenus!

  3. Posté par Antoine le

    @Christian Hofer : Merci pour le complément d’information.
    Nous vivons avec une épée de Démoclès en permanence au-dessus de nos têtes … cela ne peut plus durer longtemps dans l’état actuel. Le point de rupture est proche, préparons-nous au pire !

  4. Posté par Christian Hofer le

    @ Antoine

    Je pense que cet exercice est lié plus spécifiquement à cette tentative d’attentat:

    Allemagne: un Tunisien accusé de fabrication d’armes biologiques. Mise à jour : Il serait un partisan de l’Etat islamique.

    https://lesobservateurs.ch/2018/06/15/allemagne-un-tunisien-formellement-accuse-de-fabrication-darmes-biologiques/

    Ou alors à d’autres que la police belge et la police européenne cachent (ce qui est très plausible dans l’état actuel des choses).

  5. Posté par Antoine le

     »Le monde traverse la période la plus paisible de l’histoire connue mais, pour une raison qu’il sera bientôt interdit de mentionner, nous devons investir dans la protection contre les attaques chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. »
    Il faut mentionner :
    1) Il y a déjà eu des attentats terroristes chimiques (Sarin dans le métro de Tokyo)
    Référence :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_au_gaz_sarin_dans_le_m%C3%A9tro_de_Tokyo
    2) Il y a déjà eu des vols de matières radioactives.
    Référence:
    http://www.infosud.org/RD-Congo-a-Kinshasa-un-reacteur,5325
    3) Les djihadistes qu’on laisse en liberté ou les djihadistes qu’on sort de prison sont des artisans potentiels pour toutes sortes d’explosifs (TAP) qu’on peut confectionner dans une cuisine !
    Référence:
    http://www.lepoint.fr/monde/le-tatp-un-redoutable-explosif-facile-a-fabriquer-23-03-2016-2027446_24.php
    Maintenant ce n’est qu’un exercice, demain ce sera un attentat RÉEL ! Malheureusement pour nous la population …
    Nos gouvernements félons sont des irresponsables !
    Des mesures draconiennes doivent être prises, la peine de MORT rétablie !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.