Immigration clandestine : «Le revenu des passeurs est supérieur à celui du pétrole en Libye»

post_thumb_default

 

Pour commenter en amont la rencontre entre Angela Merkel et Giuseppe Conte, RT France a reçu l'ancien sénateur de Paris Yves Pozzo di Borgo le 18 juin. Selon lui, Giuseppe Conte est l'émanation de l'évolution des opinions publiques en Europe qui ont changé de camp sur la question de l'immigration et sont de plus en plus réticentes à accueillir les migrants.

«Autant ils [les Européens] étaient d'accord pour accueillir les migrants au plus fort des crises en Syrie ou en Afghanistan, [autant] là ils se rendent compte qu'ils ont été un peu doublés parce que ce sont plus les migrants économiques que les réfugiés qui arrivent». Tirant ses informations de l'opération Sophia, opération militaire de l'Union européenne pour lutter contre le trafic de migrants en Méditerranée, Yves Pozzo Di Borgo a également affirmé : «Le revenu des passeurs en Libye est supérieur au revenu du pétrole.»

Selon l'invité du journal télévisé de RT France, la chancelière allemande fait face à des éléments anti-migrants au sein de l'Union chrétienne-sociale (CSU), le parti qui lui est allié. C'est le cas notable de son ministre de l'Intérieur Horst Seehofer qui «a la même position que Giuseppe Conte» sur la question des migrants. Horst Seehofer a lancé un ultimatum à Angela Merkel ce 18 juin en menaçant de fermer les frontières allemandes aux migrants dès le mois de juillet si aucun accord européen n'était trouvé à la fin juin. La chancelière allemande a rejeté l'ultimatum mais a accepté un compromis avec ses alliés du CSU sur un durcissement de la politique migratoire. Ce compromis, qui évite au moins pour le moment un conflit ouvert entre la CDU et la CSU, prévoit que les migrants déjà enregistrés dans un pays de l'UE, appelés également les «dublinés», en l'occurrence la quasi-totalité, soient reconduits aux frontières allemandes dès juillet si aucun accord n'est conclu au sommet européen des 28 et 29 juin à Bruxelles. Le compromis prévoit également que les migrants dont la demande d'asile a été rejetée une première fois en Allemagne et qui se présenteraient de nouveau à la frontière puissent être immédiatement refoulés, comme l'exigeait la CSU.

Lire aussi: Migrants : les ONG alimentent un système de «trafiquants et de criminels» selon un magistrat italien

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Ribellu le

    En prenant du recul la situation demande une réflexion plus approfondie .
    Vu toutes les facilitations de nos pourritures politicardes pour laisser entrer les envahisseurs , on est ne droit de se demander s’ils ne sont pas en combine avec les passeurs , voir , s’ils ne sont pas eux même des « passeurs » . Ce serait un bon moyen de financer un parti politique et au passage de s’enrichir personnellement .

  2. Posté par Antoine le

    «Le revenu des passeurs en Libye est supérieur au revenu du pétrole.»
     »Ils (les Européens) se rendent compte qu’ils ont été un peu doublés (complètement TROMPES) parce que ce sont plus les migrants économiques que les réfugiés qui arrivent ».
    Les Européens commencent à se réveiller !! Il était temps.
    Je vais contacter les départements fédéraux de justice et police (Mme Sommaruga) et de l’armée (M. Parmelin) pour avoir leurs positions concernant nos frontières et l’interdiction aux migrants/immigrés d’Allemagne ou d’ailleurs de venir grossir le flux de l’immigration de masse illégale que le peuple souverain suisse ne veut surtout PAS !

  3. Posté par Dominique Schwander le

    Sommaruga et toute l’über-gauche préparez-vous à fermer les frontières de la Suisse parce que l’Allemagne, c’est-à-dire l’UE germanique, va nous envahir avec tous ses illégaux.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.