Honte sur vous: l’administration Trump a sauvé 160 enfants d’un réseau de trafic sexuel, et vous les médias, avez caché l’info

post_thumb_default

 

Une opération ordonnée par l’administration Trump contre un réseau de commerce du sexe dans la région d’Atlanta a permis des dizaines d’arrestations, et le sauvetage d’environ 160 enfants forcés de travailler comme esclaves sexuels. Les médias d’information, qui ne sont plus du tout là pour rapporter l’information mais vous laver le cerveau, ont consacré des […]

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

5 commentaires

  1. Posté par Gagu le

    @Arnold Rochat
    Effectivement je trouve le titre de cet article assez trompeur. Trump n’a absolument rien à voir avec cette opération, il est juste le président en exercice au moment où elle a eu lieu. On ne va pas lui attribuer tous mes mérites du travail de la police américaine non plus. Le « Trump-bashing » est une connerie mais ne tombons pas non plus dans la Trumpolatrie.

  2. Posté par mr propre le

    Donald tu est le top !!! JE VOTE POUR TOI.

  3. Posté par maury le

    Je ne sais pas pour Obama mais les Clintons sont bien placés dans ce genre de pourriture!!GO TO HELL

  4. Posté par Arnold Rochat le

    Bonjour,
    Je me permet de remettre l’église au milieu du village :
    Déjà toutes les sources semblent indiquer que c’est 149, et pas 160 enfants, c’est du détails mais c’est des manières étranges d’arrondir les chiffres. Ensuite expliquez moi comment « l’administration trump » a sauvé ces enfants. C’est une enquête menée par le FBI, pas piloté ou demandée par l’administration Trump. Si la gendarmerie vaudoise met la main sur un criminel, à moins qu’il s’en soit personnellement chargé et intéressé, on ne va pas dire que c’est grâce à Monsieur Alain Berset ! Le mérite revient à la police qui fait son travail. Très beau coup du FBI, qui est dirigé effectivement par quelqu’un nommé par Trump. Mais réfléchir ainsi c’est attribuer le mérite, mais aussi la responsabilité des fautes de toutes les institutions américaines au président…

    D’ailleurs je précise qu’après des recherche Trump n’a ni tweeté, ni évoqué directement cette affaire nul part, aucune trace. Donc comment voulez-vous que les médias traditionnels lient ça directement à Trump si celui-ci ne le relève même pas !

    Et pour la petite anecdote, Obama avait proclamé janvier 2012 : Mois pour la Prévention de l’Esclavage et de la Traite des Personnes. Il y avait eu des mesures, cette fois directement engagée par le président, à cette époque.

  5. Posté par Vautrin le

    La propagande revêt plusieurs formes : active (ouverte), manipulatrice, et par omission. C’est ici le troisième cas de figure qui est révélé. Dans l’esprit de la « bien-pensance », l’administration Trump ne saurait rien faire de bon, voyons ! Voyous !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.