La Suède empêche un réfugié syrien de rentrer au pays rejoindre son épouse

Réfugié syrien en Turquie depuis 2012 puis en Suède depuis 2015, Mohamad Sahid Alali veut rentrer au pays, car il a appris que sa femme qu’il avait crue morte est bien vivante et qu’il a un fils de six ans qui l’attend. Il estime que la situation est suffisamment rétablie à Homs pour qu’il puisse y retourner avec ses deux filles, mais le service suédois des migrations ne l’entend pas de cette oreille : la Syrie est « trop dangereuse », Mohamad et ses filles n’obtiennent ni visa, ni billet de retour, ils doivent rester en Suède où ils dépendent de l’aide sociale.

Source : SVT Nyheter via Voice of Europe

2 commentaires

  1. Posté par OldSwissTimer le

    Ben oui… le but de l’asile n’est pas de secourir des réfugiés mais d’immigrer un maximum de gens d’une culture aussi incompatible que possible, le but premier étant de détruire les nations européennes. Si, maintenant, les réfugiés veulent rentrer dans leur pays, ça fiche tout en l’air !

  2. Posté par Yolande C.H. le

    Idem au Liban:
    « Le divorce est consommé entre le Liban et les Nations unies. Jeudi 7 juin, le chef de la diplomatie libanaise Gebran Bassil avait accusé le HCR d’« intimider » les réfugiés dans le but de les empêcher de rentrer chez eux. »

    Beyrouth estime que la stabilité revenue dans de nombreuses régions de Syrie « permet le retour en toute sécurité et dignité des réfugiés ».

    La communauté internationale n’est pas de cet avis et juge ce retour prématuré, en l’absence d’une solution politique au conflit syrien.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.