Migrants : quelques pistes d’« accueil »

post_thumb_default

 

Les pays du groupe de Visegrád ne sont plus les seuls à le proposer. L’Autriche, soutenue par le Danemark, voudrait étudier la possibilité d’ouvrir des centres d’accueil des « migrants » en dehors de l’Union européenne. Comme le pratique avec succès l’Australie depuis 2013, les demandes d’asile seraient étudiées sans que les intéressés aient encore pu mettre le pied dans l’espace Schengen. Ceux dont la demande sera refusée ne seront pas autorisés à y entrer. Pour que cela fonctionne, encore faudrait-il l’accord des pays qui pourraient abriter de tels centres d’accueil moyennant rétribution. L’idée est néanmoins à prendre au sérieux car c’est justement l’Autriche qui prendra pour six mois la présidence du Conseil de l’UE au premier juillet. Une Autriche gouvernée par une coalition des droites qui annonçait vendredi la fermeture de sept mosquées et l’expulsion d’une soixantaine d’imams dont une quarantaine pour cause de leur financement par un pays étranger – la Turquie –, ce qu’interdit une loi autrichienne adoptée début 2015 pour encadrer l’islam. A Vienne, comme à Varsovie, Budapest et maintenant Rome, la fête est terminée.

Bruxelles et Berlin auraient bien aimé boucler la réforme du règlement de Dublin avant le début de la présidence autrichienne, mais la réunion du Conseil des ministres de l’Intérieur de l’UE qui s’est tenue le 5 juin à Luxembourg a été un échec. La présidence bulgare proposait un nouveau système de redistribution des « demandeurs d’asile » non obligatoire mais donnant lieu à des compensations financières de la part des pays qui ne voudraient pas prendre leur quota de colons extra-européens : 30 000 € par immigrant non pris. Mais bien entendu, un immigrant illégal coûte bien plus que cela à son pays d’accueil, et cela ne convenait pas à l’Italie, l’Espagne, la Grèce et Malte qui sont en première ligne. Inversement, les pays du V4 refusent par principe d’avoir à payer pour ne pas prendre d’immigrants. Ils veulent bien mettre la main à la poche, mais uniquement pour sécuriser les frontières et organiser l’accueil de ces immigrants en dehors de l’UE.

Pour Rome, et notamment pour son nouveau ministre de l’Intérieur Matteo Salvini, le règlement de Dublin, en vertu duquel un immigrant doit demander l’asile dans le premier pays où il est arrivé dans l’UE, doit être entièrement abandonné. Les autres pays européens refusant, Rome ne veut plus ouvrir ses ports aux bateaux non italiens chargés d’immigrants clandestins comme l’Aquarius de l’ONG franco-allemande SOS Méditerranée et de MSF (plus de 600 « migrants » à son bord) ou le Sea Watch 3 de l’ONG allemande Sea Watch (plus de 800). Pour Salvini, en attendant de pouvoir empêcher les départs, ce sont les pays de provenance des navires des ONG qui doivent accueillir les immigrants, et c’est pourquoi l’Italie s’apprêtait mardi à accueillir uniquement un navire de la Garde côtière italienne transportant 937 immigrants, ce qui est déjà beaucoup.

Outre la proposition autrichienne et danoise sur l’accueil hors de l’UE, il serait bon d’étudier la proposition du secrétaire d’Etat belge à la Migration formulée lors du Conseil de l’UE du 5 juin : revenir aux refoulements vers leur point de départ des bateaux de migrants. Le Belge Theo Francken a très bien expliqué le problème : « Je plaide moi pour une approche australienne, où nous dirons “Vous ne ferez pas de l’Europe votre maison”. On stopperait l’immigration illégale, et on privilégierait les installations légales de vrais réfugiés à partir de camps de réfugiés, légalement et correctement. […] Je suis convaincu que si toutes les portes étaient fermées, tous les pays seraient d’accord de faire preuve de plus de solidarité. »

Cet article Migrants : quelques pistes d’« accueil » est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par Antoine le

     »…revenir aux refoulements vers leur point de départ des bateaux de migrants », ils en ont mis du temps pour arriver tout simplement à cette conclusion !

  2. Posté par Antoine le

    Il fut un temps où les demandes d’immigration se faisaient dans les ambassades des pays concernés.
    On est passé du TOUT au RIEN avec l’immigration de masse illégale et incontrôlée.
    On revient à des mesures de contrôles, attendons encore quelques temps, les visas et les demandes d’immigrations seront réintroduits … la boucle est bouclée …

  3. Posté par Léo C le

    Prendre des sanctions économiques ou financières envers les pays (pour la plupart perfusés) d’où partent ces migrants d’opérette; où on a politisé la prétendue misère pour créer des filières industrialisées et fort lucratives de trafic humain.

    Je vous fiche mon billet que ça pourrait éveiller leur sens moral.

    Prendre d’éventuelles sanctions envers les ONG qui participent à ce trafic et arrêter toute embarcation dès leur entrée en eaux internationales.

    Ça exige des moyens que nous pouvons trouver sans dépenses supplémentaires et sans ponction du contribuable chère à nos gouvernants.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.