Rebecca Ruiz : Programmes d’occupation pour dealers!

Cenator : Les programmes d’occupation pour dealers et autres clandestins, aux frais de ceux qui subissent leurs nuisances, font bien rigoler tout ce beau monde vivant en marge de la légalité. Ces programmes accréditent l’idée que la Suisse est décidément une bonne vache à lait qui ne demande qu’à être traite tant et plus.

La généreuse socialiste Rebecca Ruiz, généreuse avec l’argent des contribuables, contribue à perpétuer, et amplifier, le cancer des agglomérations atteintes par la vente ouverte de drogues et les trafics annexes qui gravitent obligatoirement autour.

En fait, il n’y a pas de multiples solutions à ce type de fléau.

Les illégaux envahisseurs doivent être expulsés. La prison ne résout rien : en effet, une fois sortis de prison, le bal recommence. Tous ceux qui ne peuvent pas être expulsés doivent être internés dans des camps spartiates fermés aussi longtemps qu’un pays ne sera pas disposé à les recevoir.

Malheureusement, l’initiative concernant l’expulsion des criminels étrangers n’avait pas inclus les dealers dans le « package » des expulsables. Ainsi, il manque les bases légales.

Quant aux ONG parasites vivant des « migrants », il s’agira de les éjecter et/ou de les assécher financièrement parlant, comme la Hongrie l’a fait (elles sont en train de partir de ce pays, si ce n’est déjà pas fait) .

Osons rêver!
Un jour, alors que le brave peuple mis en esclavage pour entretenir des masses de parasites s’était débarrassé de ce joug, un tout nouveau problème social apparaissait. Comment occuper les socialistes devenus inutiles du fait de la disparition de tous leurs boulots bidon « à l’Etat » ?

Ayant toujours vécu comme parasites, ils auront besoin de programmes de formations, d’occupations. Peut-être qu’avec tout l’argent amassé via leurs salaires bien confortables, ils pourront financer eux-mêmes leur recyclage?

*****
Pauline Rumpf: Outre des mesures annoncées par la Municipalité, et des propositions de plusieurs partis lausannois, le thème a été porté au Conseil national. Tour d'horizon des idées.

[...] A Berne, plusieurs élus abordent la question sous un angle légal.

Peine d'au moins un an

L'UDC Michaël Buffat a déposé une initiative parlementaire demandant des peines d'au moins un an pour les dealers de rue. La vente dans un lieu public serait en effet considérée comme circonstance aggravante, au même titre que la vente à proximité d'une école.

«Il faut donner un signal fort, expliquer à ces gens qu'ils ne peuvent pas venir en Suisse vendre de la drogue en toute impunité», martèle le conseiller national. En toile de fond, la mesure proposée permettrait, en tout cas théoriquement, d'expulser les étrangers condamnés pour ce type d'infraction, explique-t-il.

Police plus visible

Réagissant aux demandes pressantes des riverains, la Ville de Lausanne a annoncé des mesures «en préparation depuis plusieurs mois», qui doivent débuter vendredi. Une vingtaine de policiers seront mobilisés tous les jours, de 8h à 22h dans six quartiers sensibles du centre-ville.

A défaut d'éradiquer le deal, les forces de l'ordre espèrent perturber un maximum les transactions. Ce déploiement policer servira aussi à observer les intervenants et déceler d'éventuels changements de zone, ou d'habitudes.

Combattre l'offre et la demande

La socialiste Rebecca Ruiz, elle, interpelle plutôt le Conseil fédéral sur la possibilité d'utiliser un nouvel outil, les peines privatives de liberté de courte durée (maximum 3 mois), en vigueur depuis le début de l'année. «De cette façon, ils mettraient un pied en prison au moins de temps en temps», explique-t-elle. Et puisque ces réseaux sont généralement internationaux, la Vaudoise demande également quel est le travail fourni par Fedpol pour s'y attaquer.

«C'est un phénomène complexe qui dépend de nombreux facteurs», rappelle Rebecca Ruiz. Son parti, qui explique vouloir combattre l'offre et la demande, a donc fait ses propositions à Lausanne, comme intensifier la prévention ou revaloriser des programmes pour occuper les migrants. Il demande aussi que Lausanne participe au test pilote de dépénalisation du cannabis prévu dans plusieurs villes de Suisse.

Source (avec vidéo): 20min.ch

**********

Les commentaires les plus plébiscités:

Pluche: Il serait temps que l'on "saisisse le taureau par les cornes" des années que l'on tourne autour du pot... "l'angélisme " a des limites... .Si on avait "serré la vis dès le début " le problème serait réglé... Appliquons simplement la sévérité  de la route... Et expulsons tout ce petit monde sans discussions ça coûtera moins cher...

Zorro: Cest inadmissible quen Suisse on narrive pas à supprimer cette montée de vente de deal qui se fait vers les écoles et lieux publics!La Suisse est devenue le territoire favoris des dealers car rien de drastiques ne leur est imposée!!!Cest le moment de changer nos lois rapidement car on est envahie partout!!!

5 commentaires

  1. Posté par mady le

    @Bonardo
    Tout à fait d’accord avec vous. Ils s’occupent de donner du travail aux dealers, çà leur fera un salaire de plus, car il n’arrêteront jamais de dealer.Mais est-ce quelqu’un s’occupe des Suisses qui cherchent un emploi et ne trouve rien. C’est inacceptable.

  2. Posté par Dominique Schwander le

    Je ne vois aucune raison pour laquelle un vendeur de drogue est moins puni qu’un empoisonneur avec de la mort au rat. Nos autorités n’ont aucune logique et appellent les dealers à venir s’installer impunément chez nous.

  3. Posté par Célestine le

    Pour occuper tous ces dealers, l’Etat de Vaud pourrait aussi les obliger à effectuer des travaux d’utilité publique, par ex. nettoyer les forêts, les ruisseaux, les bords de route, les rues de Lausanne et autres villes. Evidemment cela leur rapportera un petit peu moins que le deal, mais Rebecca Ruiz sera là pour subvenir personnellement à leurs dépenses non convertes, non?

  4. Posté par Antoine le

    Voilà LE problème :
     »La généreuse socialiste Rebecca Ruiz, généreuse avec l’argent des contribuables, contribue à perpétuer, et amplifier, le cancer des agglomérations atteintes par la vente ouverte de drogues et les trafics annexes qui gravitent obligatoirement autour ».
    Il serait temps que des gens COMPÉTENTS soient mis au commande de l’ETAT !
    Depuis que Mme Y. Jaggi (PS) puis M. Brélaz (Vert – 4 législatures !) ont sévi à la municipalité de Lausanne, la ville décline et la dette augmente … comme quoi avec le fric du contribuable on peut rendre invivable une jolie et agréable ville qui méritait mieux que cela …

  5. Posté par bonardo le

    Mon fils Madame cherche du travail ,après 3 ans d`apprentissage ,il ne trouve rien ,malgré 250 postulations ,il est tout simplement Suisse ,et je pense que cela devient un problème dans notre pays non ??

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.